mer. 29 juin 202210 mins luesFather Hans Buob

14e dimanche

Homélies bibliques sur les Évangiles du dimanche en lecture Année C

Ⓒ Photo by Pixabay on Pexels

Passages bibliques


Luc 10,1-12.17-20

Après cela, le Seigneur désigna encore 70 autres disciples et les envoya devant lui deux par deux dans toutes les villes et dans tous les endroits où lui-même devait aller. Il leur dit: «La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson. Allez-y! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne prenez ni bourse, ni sac, ni sandales et ne saluez personne en chemin. Dans toute maison où vous entrerez, dites d'abord: ‘Que la paix soit sur cette maison!’ Et s'il se trouve là un homme de paix, votre paix reposera sur lui; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangez et buvez ce qu'on vous donnera, car l'ouvrier mérite son salaire. N'allez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où l'on vous accueillera, mangez ce que l'on vous offrira, guérissez les malades qui s'y trouveront et dites-leur: ‘Le royaume de Dieu s'est approché de vous.’ Mais dans toute ville où vous entrerez et où l'on ne vous accueillera pas, allez dans les rues et dites: ‘Nous secouons contre vous même la poussière de votre ville qui s'est attachée à nos pieds. Sachez cependant que le royaume de Dieu s'est approché (de vous.)’ Je vous dis que, ce jour-là, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville-là.Les 70 revinrent tout joyeux et dirent: «Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom.» Jésus leur dit: «Je regardais Satan tomber du ciel comme un éclair. Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toute la puissance de l'ennemi, et rien ne pourra vous nuire. Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans le ciel.»

Homélies bibliques


"Après cela, le Seigneur désigna encore 70 autres disciples et les envoya devant lui deux par deux dans toutes les villes et dans tous les endroits où lui-même devait aller.“ (cf. verset 1)

Jésus est toujours en route pour Jérusalem. Auparavant, il a déjà envoyé les Douze, qui représentent en quelque sorte les 12 tribus d'Israël. Il envoie maintenant les 72 disciples. Selon Gn 10, 72 est le nombre des peuples de la terre. En envoyant les 72, Jésus exprime qu'en tant qu'envoyé de Dieu, il n'a pas seulement un droit sur Israël, mais sur toute l'humanité. Il est en effet sur le chemin de la rédemption et veut inclure tous les hommes dans cette rédemption. Il s'agit de tous les peuples. C'est pour eux tous que Jésus emprunte le chemin de la rédemption.

Les 72 reçoivent alors de Jésus une mission et un mandat : ils doivent aller deux par deux dans toutes les villes et localités où il veut lui-même se rendre. Pourquoi à deux ? Deux témoins masculins sont toujours l'expression de la vérité dans le judaïsme. Un autre aspect se trouve certainement dans Mt 18,20 : "Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d'eux". Si deux personnes vont quelque part, le Christ est également présent.

Les 72 doivent maintenant aller là où Jésus veut venir, ils doivent donc en quelque sorte l'y amener. C'est une mission merveilleuse pour nous aussi : partout où nous allons consciemment à deux, nous apportons le Christ. Partout où nous sommes consciemment à deux parmi les hommes, Jésus est également parmi ces hommes comme celui qui agit et qui touche. Ces 72 personnes sont donc des témoins de la cause du Christ. Ils sont envoyés par le Seigneur comme hérauts et doivent préparer le chemin pour sa venue. La mission de Jean-Baptiste doit être poursuivie.

"Il leur dit: «La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson.“ (cf. verset 2)

Avant d'envoyer les 72, Jésus les invite : Priez pour des ouvriers, des disciples pour la vigne. La récolte est grande, les ouvriers sont peu nombreux. Le moment de la récolte est l'affaire de Dieu et non celle du disciple qu'il envoie. Pour le disciple, seule la prière pour les ouvriers est importante. Il doit lui-même prier pour obtenir des ouvriers pour la vigne.

Jésus choisit les disciples et les envoie. L'envoi des 72 est donc une question de vocation et cette vocation doit être priée. C'est aussi une question que je me pose à moi-même : est-ce que je tiens à ce que des ouvriers viennent travailler dans la vigne ? Très concrètement : est-ce que je prie pour les vocations sacerdotales ? Est-ce que je m'occupe de prier pour cela dans ma paroisse ? Je constate régulièrement que de jeunes hommes envisagent de devenir prêtres, mais que même leurs familles catholiques s'y opposent, parce qu'elles voient comment les prêtres se portent aujourd'hui, comment on les traite et les juge. Ces familles ont peur que leurs fils ne puissent pas tenir le coup. Et au lieu de soutenir les jeunes et de prier pour eux, elles retiennent même les membres croyants de leur famille. Elles veulent certes avoir un prêtre, mais elles ne veulent pas prier pour leurs propres fils.

La prière doit maintenir en éveil chez le disciple la conscience qu'il a une vocation et une mission, et que cette vocation et cette mission ne sont pas de son fait, mais qu'elles sont dues à la grâce de Dieu sur la base de la prière des autres. C'est pourquoi je dois être responsable de ma vocation et de ma mission, car elles sont le fruit de la prière d'autres personnes.

"Allez-y! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne prenez ni bourse, ni sac, ni sandales et ne saluez personne en chemin.“ (cf. verset 3-4)

"Allez !" est le signe d'une mission de départ, de marche et d'action. Mais en grec, on retrouve le petit mot bien connu "idou" (ιδου), ce bouleversant "Regardez ! Prenez garde !". Jésus nous envoie comme des brebis au milieu des loups et ce n'est bien sûr pas quelque chose de particulièrement engageant, mais : c'est justement le fait qu'il les envoie qui constitue l'équipement le plus important qu'il donne à ses disciples, la mission par Jésus.

Jésus demande ensuite à ses disciples : "Ne saluez personne en chemin". Il s'agit là des salutations orientales excessives, qui duraient souvent des heures, voire des jours. Mais les disciples ne doivent pas rendre visite à différentes personnes en cours de route. Qu'ils laissent tout cela de côté. Car tout cela est inutile et les empêche d'accomplir leur mission. Or, le royaume de Dieu est pressé ! Ils ne doivent donc pas se laisser détourner de leur mission, mais prendre rapidement la route sans saluer. C'est typique de l'évangile de Luc, dans lequel tous les messagers se hâtent toujours. Marie se précipite à travers la montagne. Les bergers se hâtent vers Bethléem, Philippe se hâte vers le sud. Et les 72 ici présents ne doivent pas non plus être gênés dans l'exécution de leur mission. Cela montre clairement que le royaume de Dieu souffre de la violence. Le royaume de Dieu et la proclamation du message sont importants. Il s'agit du salut éternel des hommes.

"Dans toute maison où vous entrerez, dites d'abord: ‘Que la paix soit sur cette maison!’ Et s'il se trouve là un homme de paix, votre paix reposera sur lui; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangez et buvez ce qu'on vous donnera, car l'ouvrier mérite son salaire. N'allez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où l'on vous accueillera, mangez ce que l'on vous offrira, guérissez les malades qui s'y trouveront et dites-leur: ‘Le royaume de Dieu s'est approché de vous.’ Mais dans toute ville où vous entrerez et où l'on ne vous accueillera pas, allez dans les rues et dites: ‘Nous secouons contre vous même la poussière de votre ville qui s'est attachée à nos pieds. Sachez cependant que le royaume de Dieu s'est approché (de vous).’ Je vous dis que, ce jour-là, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville-là.“ (cf. verset 5-12)

La première étape de l'évangélisation est la salutation de paix, dire quelque chose de bon aux gens. Cela peut aussi être notre forme : "Salutations", "Bonne journée", "Je vous souhaite quelque chose de bon", "Je vous souhaite la paix". Mais cette paix est un don. Elle n'est pas simplement un vœu pieux qui s'éteint. Lorsque les disciples sont rejetés, ils doivent faire un signe, car c'est en même temps le rejet de Jésus et donc un péché plus grand que le péché de Sodome et Gomorrhe.

Pourtant, les disciples ne doivent pas, ne peuvent pas imposer cette Bonne Nouvelle, le salut, aux gens. Si les gens n'acceptent pas le message, ils doivent simplement continuer à aller là où ils veulent l'entendre. Cela vaut aussi pour nous aujourd'hui : nous devons nous aussi donner un signe et faire savoir clairement aux gens : Vous avez rejeté le message de Jésus et donc Jésus. C'est pourquoi je vais ailleurs. La manière de le faire dépend de la situation.

Mais si les disciples sont accueillis avec leur message, ils doivent aussi rester dans cette maison. Ils ne doivent pas errer à la recherche d'une maison où ils seraient peut-être mieux. Ils doivent rester là où ils sont, avec tout ce qui en découle, que ce soit un soulagement ou une croix. Qu'ils acceptent tout ce qui découle de l'évangélisation.

"Les 70 revinrent tout joyeux et dirent: «Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom.» Jésus leur dit: «Je regardais Satan tomber du ciel comme un éclair. Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toute la puissance de l'ennemi, et rien ne pourra vous nuire.“ (cf. verset 17-19)

Les disciples qui reviennent se réjouissent davantage de leur expérience d'exorcisme - à savoir que les démons leur obéissent lorsqu'ils prononcent le nom de Jésus - que du fait que Jésus a été accueilli par les gens et qu'ils ont accepté le message. La joie de leur capacité à chasser le diable est plus grande. En effet, ils ont désormais le même pouvoir que Jésus lorsqu'ils prononcent son nom et commandent en son nom. C'est pourquoi ils l'appellent explicitement Kyrios, Seigneur divin. Cela rappelle la majesté du Kyrios qui envoie et qui autorise.

Dans la suite du texte, Jésus parle d'une vision. Il a vu la chute de Satan, c'est-à-dire le retrait du pouvoir de Satan. Sa chute du ciel a été la condition préalable pour que les disciples puissent le chasser. Mais la chute de Satan ne signifie nullement son expulsion du monde, car dans l'Apocalypse secrète, il est dit : "Il a été précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable ou Satan, qui séduit le monde entier ; le dragon a été précipité sur la terre, et avec lui ses anges ont été jetés en bas". (Apocalypse 12,9) Satan n'a donc pas encore été précipité dans l'enfer, sa dangerosité tentatrice ne lui a pas encore été retirée. Nous devons encore être sur nos gardes. Mais avec la déclaration d'autorité, Jésus assure à ses disciples que Satan ne peut plus leur nuire en aucune manière dans l'œuvre missionnaire. C'est une déclaration merveilleuse. Il est vaincu, mais il possède encore sa capacité de séduction. Il faut faire attention.

"Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans le ciel.»“ (cf. verset 20)

Dans le verset final, Jésus corrige la joie des disciples qui reviennent de leur pouvoir sur les démons. Il dit qu'il y a quelque chose de plus important : le fait de savoir qu'ils sont destinés par Dieu au salut éternel est bien plus important que le fait que les démons obéissent aux disciples. "Que vos noms soient inscrits dans les cieux", qu'ils soient eux-mêmes des auditeurs, voilà qui doit être plus important pour eux que d'être écoutés ! Par cette correction, Jésus renvoie les disciples spécialement mandatés et envoyés avec leur énorme pouvoir au rang des petits, des enfants (dont les noms sont également inscrits dans le ciel), afin qu'ils ne deviennent pas arrogants. Car alors, Satan, dans sa capacité de séduction, pourrait effectivement les attaquer. Ils doivent rester dans l'humilité, sachant qu'ils n'ont pas reçu leur vocation en raison de leur propre capacité, mais que d'autres l'ont implorée pour eux. Leur vocation est une pure grâce, un pur don et une mission de Jésus. ∎