mer. 6 juillet 202210 mins luesFather Hans Buob

15e dimanche

Homélies bibliques sur les Évangiles du dimanche en lecture Année C

Landscape with the Parable of the Good Samaritan, by Rembrandt van Rijn (ca. 1638)

Passages bibliques


Luc 10,25-37

Un professeur de la loi se leva et dit à Jésus pour le mettre à l'épreuve: «Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle?» Jésus lui dit: «Qu'est-il écrit dans la loi? Qu'y lis-tu?» Il répondit: «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même.» «Tu as bien répondu, lui dit Jésus. Fais cela et tu vivras.» Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus: «Et qui est mon prochain?» Jésus reprit la parole et dit: «Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba entre les mains de brigands qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups et s'en allèrent en le laissant à moitié mort. Un prêtre qui, par hasard, descendait par le même chemin vit cet homme et passa à distance. De même aussi un Lévite arriva à cet endroit; il le vit et passa à distance. Mais un Samaritain qui voyageait arriva près de lui et fut rempli de compassion lorsqu'il le vit. Il s'approcha et banda ses plaies en y versant de l'huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, (à son départ,) il sortit deux pièces d'argent, les donna à l'aubergiste et dit: ‘Prends soin de lui, et ce que tu dépenseras en plus, je te le rendrai à mon retour.’ Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands?» «C'est celui qui a agi avec bonté envers lui», répondit le professeur de la loi. Jésus lui dit (donc): «Va agir de la même manière, toi aussi.»

Homélies bibliques


"Un professeur de la loi se leva et dit à Jésus pour le mettre à l'épreuve: «Maître, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle?»  Jésus lui dit: «Qu'est-il écrit dans la loi? Qu'y lis-tu?»“ (cf. verset 25-26)

La parabole du bon Samaritain est une parabole très connue. Un docteur de la loi veut piéger Jésus et lui demande ce qu'il faut faire pour gagner la vie éternelle. L'introduction en grec "kai idou" (καιιδου) peut être traduite par "et soudain" ou "par surprise". Cela montre qu'un nouveau point de vue est abordé à cet endroit. Il s'agit de l'action de l'homme en vue de la vie éternelle. C'est pourquoi Jésus répond au v. 28 : "Agis en conséquence et tu vivras" Il s'agit donc, en vue de la vie éternelle, de la question suivante : que puis-je et que dois-je faire en tant qu'être humain pour y parvenir ?

Le docteur de la loi n'est pas du tout sérieux dans sa question. C'est pourquoi il pose une question impersonnelle. Ce n'est pas exactement traduit ici, il faudrait dire plus littéralement : Qu'est-ce qu'on a fait ? c'est-à-dire : Qu'est-ce qu'on doit faire pour avoir la vie éternelle ? On, pas moi, donc de manière tout à fait impersonnelle. Mais Jésus reprend tout de même la question et y répond pour tous ceux qui écoutent. Et il renverse les rôles : il dirige la question vers celui qui la pose : pas moi, mais toi. Que lis-tu dans la loi ? Le docteur de la loi voulait en effet éluder la question avec son "on", mais Jésus en fait pour ainsi dire une "conversation pastorale" afin d'inciter ceux qui écoutent à agir, car : Ce que je dois faire en tant qu'être humain pour gagner la vie éternelle est une question tout à fait décisive.

Le professeur de droit doit donc maintenant donner lui-même la réponse. C'est évidemment gênant pour lui. Car la loi est la volonté de Dieu et ne nécessite aucune justification. Elle est absolument sûre et clairement définie. Cela vaut également pour nous, chrétiens d'aujourd'hui : je n'ai pas besoin de défendre les dix commandements de Dieu devant le monde. Ils sont la parole de Dieu et donc la volonté de Dieu. C'est ce que dit la Bible. Nous avons tendance à chercher une justification derrière chaque chose. C'est tout à fait légitime et même nécessaire dans le domaine du naturel et de la science, mais nous devrions déjà être clairs : Pour nous, en tant que croyants, la preuve la plus importante et la meilleure est la parole de Dieu. La loi est la volonté de Dieu. Elle n'a pas besoin de justification. C'est pourquoi le docteur de la loi qui veut tenter Jésus doit lui aussi répondre entièrement dans le sens de Jésus.

"Il répondit: «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même.» «Tu as bien répondu, lui dit Jésus. Fais cela et tu vivras.»“ (cf. verset 27-28)

La profession de foi juive, que le docteur de la loi Jésus donne en réponse, souligne l'importance de l'amour de Dieu. Observer les lois sans amour de Dieu rend les premières inhumaines.

En grec, il s'agit à nouveau d'"agapein" (αγαπειν), la vertu divine de l'amour. Nous devons aimer Dieu par-dessus tout, par la force que Dieu nous a donnée dans le baptême, dans lequel il nous a insufflé la vertu divine de l'amour. Nous aimer nous-mêmes est une expression tout à fait décisive à cet endroit. Combien de personnes ne peuvent pas s'accepter elles-mêmes ? Elles ne peuvent pas s'aimer telles qu'elles sont. Que ce soit parce qu'elles n'aiment pas leur apparence, parce qu'elles ne parlent pas aussi bien que les autres ou parce qu'elles n'ont pas certaines capacités, etc.... Ces personnes ne peuvent pas se dire oui à elles-mêmes. Elles ne peuvent pas s'aimer. Car pour cela, il faut d'abord avoir l'amour de Dieu. "Tu aimeras l'Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur...". Si j'aime Dieu, je ne peux pourtant pas haïr ses œuvres, et l'œuvre suprême, celle qui est en fait l'image de Dieu, c'est l'homme. C'est moi-même. Je ne peux pas aimer et reconnaître Dieu et me rejeter, moi, son œuvre, comme s'il avait fait là une erreur. Je ne peux donc me percevoir comme quelque chose de précieux qu'à partir de Dieu et m'affirmer tel que je suis et non tel que je voudrais être. Si je ne m'affirme pas en me répétant sans cesse : "Tu ne vaux rien". "Tu n'es rien". "Tu es stupide". "Tu ne sais rien faire". "N'y touche pas". "Tu n'as que des échecs." etc., alors je ne peux pas non plus aimer les autres personnes, alors je vais aussi transmettre cette haine de soi aux autres. Alors je me persécute dans les autres. C'est pourquoi ce commandement d'amour est le premier et le plus important, celui vers lequel convergent toutes les lois et tous les commandements. C'est ce que je dois faire : Aimer Dieu par-dessus tout et, à partir de lui, me voir et m'aimer tel que je suis, et ensuite aussi aimer mon prochain tel que Dieu l'a créé et voulu. C'est la véritable "agapè" (αγαπη), la vertu divine de l'amour qui a été infusée en nous et avec laquelle nous pouvons aimer.

Jésus félicite donc le docteur de la loi pour sa réponse. C'est évidemment gênant pour ce dernier. Il avait espéré que Jésus ne pourrait pas lui donner de réponse, mais celui-ci renvoie justement à l'Écriture, à la Parole de Dieu, comme le docteur de la loi lui-même est censé l'enseigner. Il voulait donc piéger Jésus et doit maintenant répondre dans l'esprit de Jésus et dire très clairement ce qu'il faut faire, ce qui est le plus important sur le chemin du salut.

"Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus: «Et qui est mon prochain?» Jésus reprit la parole et dit: «Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba entre les mains de brigands qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups et s'en allèrent en le laissant à moitié mort. Un prêtre qui, par hasard, descendait par le même chemin vit cet homme et passa à distance. De même aussi un Lévite arriva à cet endroit; il le vit et passa à distance. Mais un Samaritain qui voyageait arriva près de lui et fut rempli de compassion lorsqu'il le vit. Il s'approcha et banda ses plaies en y versant de l'huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, (à son départ,) il sortit deux pièces d'argent, les donna à l'aubergiste et dit: ‘Prends soin de lui, et ce que tu dépenseras en plus, je te le rendrai à mon retour.’“ (cf. verset 29-35)

Dans la suite de l'article, le docteur de la loi tente de se justifier et revient soudainement à un niveau théorique. Jésus l'avait immédiatement éloigné de ce "Que faut-il faire ?" impersonnel en lui demandant : "Que lis-tu ? Donne-nous la réponse ! Il s'est adressé à lui de manière très personnelle. Maintenant, le docteur de la loi s'éloigne à nouveau de ce niveau personnel, bien trop dangereux pour lui, et bascule à nouveau sur le plan théorique avec la question "Qui est mon prochain ?

Et voilà que Jésus propose cette parabole très connue du bon samaritain. Pour mieux comprendre, il faut se remémorer le contexte historique : L'homme qui est attaqué vient de Jérusalem, il est donc juif. Le prêtre et le lévite qui passent et continuent leur chemin sont eux aussi juifs. Ils viennent de Jérusalem et se rendent à Jéricho, la ville des prêtres. Et c'est justement le Samaritain, cet étranger dans la conception juive, voire l'ennemi du peuple de tous les Juifs, qui a pitié de l'agressé. La parabole est donc très pointue et répond maintenant à la question du docteur de la loi sur ce qu'il faut faire pour hériter de la vie éternelle.

C'est à dessein que Jésus fait passer deux serviteurs du culte, un prêtre et un lévite, qui viennent donc directement du service du temple devant Dieu et se rendent à Jéricho. A l'aide de la parabole et du commandement principal juif cité, Jésus montre que l'amour pour Dieu s'exprime par l'amour du prochain. C'est aussi le sens de la parole : "Si tu apportes ton offrande à l'autel et que tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l'autel ; va d'abord te réconcilier avec ton frère, puis viens offrir ton offrande". (Mt 5,23 sqq.) Je ne peux pas servir devant l'autel, et donc en quelque sorte aimer Dieu en apparence, et en même temps mépriser mon prochain et le laisser là. Le prêtre et le lévite voient l'homme agressé et "passent à côté de lui de l'autre côté du chemin". Ils ont en tout cas peur d'être touchés, car s'ils touchent un mort, ils sont impurs et ne peuvent plus faire le service du temple. Ils passent donc de l'autre côté - une contradiction criante entre l'amour de Dieu dans le service divin et le véritable amour du prochain. La loi divine, ou souvent très humaine, ne peut pas dissoudre le commandement suprême. Le fait que l'agressé soit aussi un juif, l'un d'entre eux, complique encore les choses.

Et c'est justement ce Samaritain détesté qui a pitié de lui. Il s'approche de ce juif agressé sans demander sa nationalité et l'aide tout simplement. Jésus montre ainsi que tout homme est appelé à agir. Jésus renverse maintenant la question : "Qui est mon prochain ?" et demande à chaque être humain d'agir avec miséricorde. La question n'est pas : "Qui est mon prochain ?", mais la règle est la suivante : mon prochain est celui envers qui j'agis avec miséricorde. Pour cela, il n'y a pas de frontière, ni nationale, ni religieuse, ni éthique. C'est pourquoi la question "Qui est mon prochain ?" est superflue. Là où il y a de la détresse, je suis appelé à agir.

"Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands?» «C'est celui qui a agi avec bonté envers lui», répondit le professeur de la loi. Jésus lui dit (donc): «Va agir de la même manière, toi aussi.»“ (cf. verset 36-37)

Avec cette dernière phrase, Jésus donne donc finalement au docteur de la loi une réponse très claire à sa première question : "Que dois-je faire pour gagner la vie éternelle ?": "Va et agis de la même manière", tu fais alors ce que tu dois faire pour gagner la vie éternelle. Et cette réponse, le docteur de la loi ne peut plus s'y soustraire. Il ne répond plus non plus.

Mais cette réponse de Jésus vaut bien sûr aussi pour nous, chrétiens d'aujourd'hui, car nous aussi, nous nous demandons toujours : que dois-je faire, qu'est-ce qui est le plus important pour gagner la vie éternelle ? Que j'aime Dieu par-dessus tout et que je m'accepte entièrement de la part de Dieu, et que je sois alors capable d'accepter mes semblables et de les aimer comme Dieu les aime, avec l'"agapè" (αγαπη), la vertu divine d'amour infusée dans le baptême.

Certes, tout le monde n'est pas du genre à vouloir spontanément se jeter à son cou, mais avec la vertu divine de l'amour, je peux l'accepter, je peux l'aider en cas de besoin, je peux aussi l'honorer et le respecter et je ne dois pas le mépriser. La vertu divine de l'amour, que le Saint-Esprit opère en nous, m'y aide. ∎