mer. 20 avril 202210 mins luesFather Hans Buob

Deuxième dimanche du Temps Pascal

Homélies bibliques sur les Évangiles du dimanche en lecture Année C

The Incredulity of Saint Thomas, by Caravaggio (ca. 1602).

Passages bibliques


Jean 20,19-31

Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

Homélies bibliques


Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.“ (cf. verset 19-20)

L'indication précise de l'heure, en fait inhabituelle dans l'évangile, veut relier l'événement du soir à celui du matin. Le matin, c'était le jour de la résurrection de Jésus. Et cet événement du matin trouve maintenant son point culminant le soir. Malgré les portes fermées - et ce : "par crainte", comme il est dit explicitement - Jésus entre au milieu d'eux. Cette apparition de Jésus libère les disciples de la peur et de la tristesse. Désormais, nous n'entendrons plus dire qu'ils s'enferment par crainte.

La salutation de paix de Jésus, et donc la certitude qu'il l'est vraiment, font que la crainte dans le cœur des disciples cède la place à la joie. Ils se réjouissent en voyant le Seigneur. C'est ainsi que la salutation de paix est devenue la salutation pascale - jusqu'à aujourd'hui.

Jésus leur montre ses stigmates sur les mains et sur son côté pour prouver qu'il est le même : Il est le même Jésus qu'avant sa passion. La parole "qu'ils le virent" est en fait la réalisation de la promesse faite par Jésus avant sa passion : "Vous me verrez de nouveau" et "votre cœur se réjouira". Nous trouvons ici la confirmation de ces paroles de Jésus : nous célébrons aujourd'hui le dimanche de la miséricorde. Et c'est précisément ici, dans les plaies que Jésus montre à ses disciples, que se trouve la racine de cette miséricorde : c'est ainsi que sainte sœur Faustine nous informe que le sang et l'eau, sources de la miséricorde, coulent du cœur, du côté de Jésus. Ces stigmates sont donc en fait la source, l'expression imagée de la miséricorde infinie de Dieu. C'est ici que l'on voit tout ce que Dieu a risqué pour nous par miséricorde. Ces blessures représentent l'ensemble de ses blessures, y compris ses blessures intérieures, et la blessure au cœur indique précisément sa blessure au plus profond du cœur, au centre intime de la personne. Car le cœur est le centre le plus intime de la personne. C'est là que se trouve la source de la miséricorde. La page est donc précisément le regard vers le centre le plus intime de la personne de Jésus, sa souffrance la plus intime, l'expression de sa miséricorde envers nous. La parole de Jésus à Sœur Faustine : "Jamais, dans les siècles des siècles, un homme ne pourra sonder la profondeur de ma miséricorde" résonne ici dans ce récit.

"Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »“ (cf. verset 21)

Jésus parle encore une fois de paix à ses disciples et veut ainsi exprimer que la paix à l'avenir est plus qu'une simple salutation ou un souhait de bénédiction. Le "shalom" était alors, et est encore aujourd'hui, la salutation normale pour les Juifs. Mais maintenant, en tant que salutation pascale de Jésus, elle sera plus qu'une simple salutation ou un souhait de bénédiction. La paix sera un cadeau intérieur qui se répercutera pour ainsi dire à l'extérieur. Elle est devenue, comme l'écrit Paul, l'un des fruits de l'Esprit : La paix, la joie, l'amour, la patience. Une paix qui, même si je suis au milieu d'une discorde extérieure, repose au fond de moi. C'est pourquoi Jésus dit aussi aux apôtres : "Quand vous entrez dans une maison, la première chose que vous faites, c'est de dire : "Paix à cette maison"". (Lc 10,5), c'est-à-dire la salutation pascale. Et si des enfants de paix y habitent et l'acceptent, elle reposera sur eux ; sinon, elle retournera vers vous.

La salutation de paix n'est donc plus seulement une salutation ordinaire ou une demande de bénédiction, mais un cadeau intérieur qui doit se répercuter à l'extérieur. Nous le remarquons lorsque nous rencontrons des personnes qui vivent dans cette paix intérieure avec Dieu et avec elles-mêmes. Il devient alors évident que ce n'est pas quelque chose de fabriqué ou d'entraîné, mais le don du Seigneur ressuscité. Et c'est précisément ce que nous devrions prendre au sérieux dans l'Eucharistie, lorsque le prêtre dit : "Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous". Ici, ce don de la paix nous est transmis par le Seigneur ressuscité, qui est présent. Nous ne devons donc pas simplement écouter cette promesse du prêtre comme une simple salutation, mais l'attendre et y répondre en toute conscience : j'accepte consciemment cette paix du Seigneur ressuscité. Nous ferons alors l'expérience de pouvoir conserver cette paix intérieure malgré les turbulences du quotidien. C'est une grande grâce, car si l'homme doit vivre dans une discorde intérieure, cela se répercute de manière inéluctable à l'extérieur.

Par sa salutation, Jésus introduit maintenant aussi l'envoi des disciples. La forme du présent en grec : "Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie" montre que l'heure de la mission est arrivée. Ce n'est pas quelque chose qui est encore à venir ou qui est déjà passé, mais quelque chose qui est maintenant et qui sera toujours. C'est toujours le présent. C'est toujours la mission de Jésus, qu'il a reçue du Père, qui est maintenant la mission de l'Église, c'est-à-dire notre mission.

Les disciples reprennent donc la mission que Jésus avait reçue du Père. Il s'agit ici pour Jésus de transmettre l'autorité et la mission qu'il avait reçue du Père : transmettre le salut et la rédemption du monde. Telle est la mission et l'autorité de Jésus. Et rendre le Seigneur présent dans le monde et poursuivre son action salvatrice, telle est désormais la mission des disciples. Mais avant cela, il y a la paix. Ils ne doivent pas avoir peur. Jésus leur parle : Vous pouvez porter en vous cette paix pascale, cette victoire pascale.

"Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »“ (cf. verset 22-23)

Après l'envoi, vient maintenant la communication de l'Esprit. L'onction du Saint-Esprit est la condition préalable à l'exercice de cette mission. De même que Jésus a été oint dans le Jourdain et que la voix du Père a retenti : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé", de même les disciples doivent maintenant recevoir le Saint-Esprit. C'est pourquoi l'envoi est maintenant nécessairement suivi de la communication de l'Esprit. En grec, on dit littéralement "il souffla". Souffler signifie déjà dans l'Ancien Testament : transmettre la vie. C'est le souffle, le souffle de vie, ruach, le Saint-Esprit. Les disciples prennent ainsi part à la vie du Seigneur ressuscité. Il a en effet possédé le Saint-Esprit en abondance et le transmet maintenant à ses disciples, et donc à nous aussi. C'est ce même Esprit Saint qui a guidé Jésus.

La parole de laisser aller les péchés et de les retenir est une magnifique parole d'autorité du Seigneur ressuscité, car c'est pour cela qu'il est venu : pour pardonner le péché. Il nous a rachetés du péché. C'est pourquoi le sacrement de pénitence est précisément le sacrement du Seigneur ressuscité. Malheureusement, cette grande grâce de la résurrection est aujourd'hui presque oubliée ! Nous devrions pourtant veiller à retrouver cet immense sacrement du jour de Pâques et à ne plus négliger cette grande grâce, car c'est pour cela que le Christ s'est fait homme. Pour nous offrir cette rédemption de nos péchés, il a accepté de souffrir amèrement.

"Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »“ (cf. verset 24-25)

Par son évangile, Jean veut renforcer notre foi. C'est son but. Et c'est pourquoi il apporte à la fin de l'ensemble du récit quelque chose qui doit lui sembler très important, à savoir ce passage sur Thomas qui doute. Déjà en Jn 14,5, Thomas dit au Seigneur : "Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment donc pourrions-nous connaître le chemin ?" (Jn 14, 5) Dans ce passage aussi, nous sentons donc chez Thomas une lutte sérieuse. Il veut aller avec le Seigneur, mais il ne sait pas comment.

Et maintenant, les autres disciples lui témoignent : "Nous avons vu le Seigneur". Le mot grec "horao" (οραω), ne signifie pas simplement une vision, mais exprime toujours une apparition de Dieu. Il s'agit d'une révélation, d'une perception et d'une connaissance qui est plus que "voir quelqu'un ou quelque chose". Ils ont vu le Seigneur signifie donc : ils l'ont reconnu comme le Ressuscité. Et le mot au parfait, une forme de passé qui veut dire : ils l'ont vu et reconnu et ce qu'ils ont vu est maintenant encore réellement là en eux, c'est aussi le présent et le futur, quelque chose de durable.

Mais Thomas va plus loin, car il se dit que les yeux peuvent être trompeurs. Si Jésus est vraiment ressuscité, il doit pouvoir être touché. C'est en fait un raisonnement logique de Thomas. Thomas n'est donc pas un sceptique par esprit critique. Il y a des critiques qui doutent de tout parce qu'ils croient toujours tout savoir mieux que les autres. Thomas, lui, est un sceptique par nécessité. C'est différent. Ni les disciples ni le Seigneur ne s'indignent à son sujet, car il est un vrai chercheur de vérité.

"Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »“ (cf. verset 26-28)

C'est ici que le dimanche prend le pas sur le sabbat. De même que la première rencontre de Jésus avec les disciples a eu lieu le dimanche, la deuxième rencontre avec les disciples a lieu huit jours plus tard, le dimanche, premier jour de la semaine. Dans le récit de la création, le septième jour, le sabbat, est le jour du repos éternel. Le premier jour du récit de la création est celui de la nouvelle création. Et donc, le jour de la résurrection est le dimanche, le jour de la nouvelle création, de la nouvelle vie. C'est pourquoi nous célébrons le dimanche et c'est pourquoi le Seigneur est ressuscité un dimanche et est apparu aux disciples le soir du même jour, puis à nouveau un dimanche une semaine plus tard.

Ce qui est intéressant dans cette deuxième apparition de Jésus, c'est que les portes sont à nouveau fermées, mais qu'il n'est plus question de peur. En effet, les disciples ont déjà vu Jésus. La peur et l'angoisse leur avaient été enlevées, ce qui signifie que le Ressuscité a déjà fait quelque chose en eux.

Il est maintenant important pour Thomas que Jésus soit à nouveau au milieu d'eux. Et Jésus - c'est merveilleusement décrit - se tourne vers Thomas. Il s'intéresse à l'individu dans sa situation particulière. C'était vrai à l'époque, mais c'est aussi vrai pour nous aujourd'hui. Jésus ne rejette pas Thomas. Il ne le critique pas : "Pourquoi ne crois-tu pas ?’’ Non, il le prend au sérieux dans sa détresse. C'est une merveilleuse révélation de Dieu. Il le prend au sérieux dans son questionnement. Il se tourne vers lui en tant qu'individu, bien que tous les autres soient là aussi. Jésus connaît sa détresse et Thomas peut en faire l'expérience : le Seigneur me connaît entièrement. Il en fait l'expérience : Jésus répond à ma détresse sans me critiquer, sans me remettre en question d'une quelconque manière. C'est cette merveilleuse révélation qui nous concerne tout autant que Thomas.

Thomas fait alors une expérience similaire à celle de Nathanaël. Lorsque Philippe annonce à Nathanaël - qui a également douté - : "Nous avons trouvé Jésus de Nazareth", celui-ci, du haut de son doute, rétorque : "De Nazareth ? Est-ce que quelque chose de bon peut venir de là ?" (Jn 1,46) Nazareth ne figure pas dans les Écritures, le Messie ne peut donc pas venir de Nazareth. Dans cette situation, Philippe n'a d'autre choix que de dire : "Viens et vois". Et effectivement, malgré ses doutes, Nathanaël l'accompagne. Jésus le voit venir vers lui et dit : "Voici un vrai Israélite, un homme sans fausseté" (Jn 1,47), c'est-à-dire un Israélite qui interroge honnêtement, qui cherche dans les Écritures, qui cherche vraiment la vérité et donc le Messie. Et à la question surprise de Nathanaël : "Comment me connais-tu ?", Jésus répond : "Avant même que Philippe ne t'appelle, je t'ai vu sous le figuier". (Jn 1,48) Tout comme Thomas dans l'évangile d'aujourd'hui, Nathanaël fait lui aussi l'expérience suivante : ce Jésus connaît ma détresse intérieure, ma recherche de la vérité, ma quête du Messie. Il m'a même reconnu sous le figuier. Peut-être Nathanaël avait-il vécu sous le figuier quelque chose de très personnel que lui seul connaissait et que Dieu seul pouvait donc connaître. Ainsi, Nathanaël était convaincu : "Ce Jésus connaît ma détresse. Il s'approche de moi. Lui seul, Dieu, peut connaître mon intérieur. Et Thomas fait la même expérience : Jésus connaît ma détresse intérieure et il va vers moi. Même si nous pensons que Jésus, même si nous pensons que Dieu est loin, il est toujours là.

Jésus permet à Thomas ce dont sa foi a maintenant besoin, c'est-à-dire d'être touchée. En grec, à nouveau, le mot exact n'est pas "sois" comme en français, mais "deviens" : ginu (γινου) : "Ne deviens pas incrédule, mais croyant". Ce "deviens" est ici tout à fait décisif, il montre en effet que Thomas n'est pas un Thomas incroyant, mais qu'il veut devenir croyant. Il se trouve en quelque sorte entre les deux. Il peut désormais devenir l'un ou l'autre, soit incroyant, soit croyant. Dans le Nouveau Testament, l'incrédulité n'est pas une absence de foi, mais un refus conscient de la foi. Thomas, qui peut maintenant toucher Jésus, le voir et l'entendre, peut maintenant devenir incrédule - c'est-à-dire rejeter consciemment la foi - ou croyant. Il doit maintenant prendre une décision. Et tout ce que Jésus lui a révélé - à savoir : je connais ta détresse, même si tu ne m'as pas vu, et j'y réponds - suffit à Thomas pour faire sa merveilleuse confession : "Mon Seigneur et mon Dieu" ! Cette réponse de Thomas est la confession du chrétien par excellence.

"Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom." (cf. verset 29-31)

"Parce que tu m'as vu", dit littéralement le grec, "tu es devenu croyant". Et là encore, l'imparfait est utilisé pour bien montrer que c'est le cas : Thomas n'est pas devenu croyant pour ce moment précis, mais pour longtemps.

La béatitude de ceux qui n'ont pas vu et qui pourtant croient s'applique à nous : bienheureux ceux qui n'étaient pas là il y a 2000 ans, qui ne l'ont pas vu de leurs yeux terrestres ni touché de leurs mains et qui pourtant croiront. C'est un regard que Jésus porte de Thomas à toutes les générations suivantes, à nous.

Le prologue de l'Évangile de Jean dit : "Au commencement était la Parole" (Jn 1,1) et cette Parole va maintenant dans le monde par l'intermédiaire des témoins : "Or, ces [signes] ont été écrits afin que vous croyiez que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom". (Jn 20,31) La parole va donc dans le monde par l'intermédiaire des témoins - par Thomas et les autres apôtres, et finalement par nous aussi - et produit la foi. C'est la parole qui produit la foi, pas les miracles !

Ainsi, dans l'évangile de Jean, le début est lié à la fin. Considérons encore une fois cet évangile. Il a beaucoup à nous dire pour notre vie. ∎