mer. 14 septembre 202210 mins luesFather Hans Buob

25e dimanche

Homélies bibliques sur les Évangiles du dimanche en lecture Année C

The Parable of The Shrewd Manager by Marinus van Reymerswaele (1490–1546), National Museum in Warsaw, Poland.

Passages bibliques


Luc 16,1-13

Jésus disait encore aux disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens. Il le convoqua et lui dit : “Qu’est-ce que j’apprends à ton sujet ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car tu ne peux plus être mon gérant.” Le gérant se dit en lui-même : “Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gestion ? Travailler la terre ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte. Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, des gens m’accueillent chez eux.” Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : “Combien dois-tu à mon maître ?” Il répondit : “Cent barils d’huile.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.” Puis il demanda à un autre : “Et toi, combien dois-tu ?” Il répondit : “Cent sacs de blé.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu, écris quatre-vingts.” Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté ; en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande. Si donc vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ? Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ? Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. »

Homélies bibliques


"Jésus disait encore aux disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens. Il le convoqua et lui dit : “Qu’est-ce que j’apprends à ton sujet ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car tu ne peux plus être mon gérant.”“ (cf. verset 1-2)

Dans l'évangile de dimanche dernier, Jésus s'adressait surtout aux pharisiens et aux scribes : la brebis perdue, la drachme perdue. Maintenant, il s'adresse à nouveau à ses disciples, à ceux qui le suivent, qui se sont décidés pour lui - donc aussi à nous.

Dans cette parabole, il s'agit d'un intendant qui est accusé derrière son dos - car c'est ainsi que l'on dit en grec : "diaballein" (διαβαλλειν) : par derrière - par l'homme riche qu'il sert. Ce riche met alors en place une vérification pour savoir si ce qu'il a entendu est vrai, si son intendant a vraiment agi injustement. Et l'intendant a mauvaise conscience parce qu'il sait pertinemment que l'examen confirmera ce qu'il a entendu, à savoir : qu'il est un intendant injuste, et qu'il sera alors renvoyé.

"Le gérant se dit en lui-même : “Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gestion ? Travailler la terre ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte. Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, des gens m’accueillent chez eux.” Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : “Combien dois-tu à mon maître ?” Il répondit : “Cent barils d’huile.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.” Puis il demanda à un autre : “Et toi, combien dois-tu ?” Il répondit : “Cent sacs de blé.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu, écris quatre-vingts.” Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté ; en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière.“ (cf. verset 3-8)

Mais l'administrateur est encore en fonction pendant cet examen. Il lui reste donc encore peu de temps en tant qu'administrateur et il en profite : L'administrateur infidèle devient soudain intelligent dans la détresse, au sens humain, mondain, terrestre du terme. En tant qu'intendant, il a encore l'autorité du Seigneur. C'est le moment décisif de cette parabole. Il voit la détresse s'approcher de lui. Il ne peut pas travailler dur, il ne veut pas mendier, ce serait trop honteux. C'est pourquoi il choisit des gens qui s'occuperont de lui plus tard, lorsqu'il sera libéré. En vertu de son pouvoir d'administrateur, il réduit tout simplement la dette de chaque individu, et ce de manière si évidente que le propriétaire foncier a dû remarquer, à la lecture des reconnaissances de dettes modifiées, que son administrateur avait procédé à des changements très importants. Et de manière surprenante, le maître - c'est-à-dire ce propriétaire terrien - félicite son intendant, car il a en fait fait fait ce qu'il pouvait faire de plus intelligent dans son cas, même si c'était au détriment de son maître. Mais le propriétaire foncier doit admettre : C'était raffiné. C'était intelligent - dans le sens du monde. C'était certes au détriment de son maître, mais il a fait ce qu'il pouvait faire pour être entretenu et assurer en quelque sorte sa retraite. Il a abusé de son pouvoir et a simplement accordé une remise, ce qui était en ordre d'un point de vue purement juridique, puisqu'il possédait encore ce pouvoir de son maître. Il ne s'agit donc pas ici de l'injustice qu'il a éventuellement commise, mais de sa sagesse. L'intendant a utilisé le peu de temps qu'il lui restait pour assurer sa vieillesse et sa vie future, au détriment de son maître. Et pourtant, le propriétaire le félicite et dit : "C'est la chose la plus intelligente qu'il ait pu faire. C'est la pensée de ce monde.

Jésus reproche ainsi aux bons, pour leur faire honte, la sagesse des méchants à des fins malveillantes. Les méchants sont intelligents. La sagesse des enfants de lumière laisse parfois à désirer dans ce monde, mais la sagesse des enfants de ce monde est magistrale. Quelle est la sagesse des disciples du Seigneur ? Utilisons-nous vraiment cette vie avec sagesse ? Utilisons-nous vraiment tout ce qui nous arrive au quotidien pour gagner la vie éternelle ? Vivons-nous vraiment notre vie avec une vraie sagesse ? C'est de cela qu'il s'agit. Comment gérons-nous tout ce qui nous est confié en vue de la vie éternelle ? Ou bien passons-nous éventuellement à côté de la vraie vie ? Nous contentons-nous de l'utiliser pour nous-mêmes, sans l'employer pour la vie éternelle ? Comment gérons-nous les offres de grâce de Dieu, ou très concrètement : les sacrements ? Est-ce que je laisse Dieu m'accorder le pardon dans le sacrement de pénitence aussi souvent que possible ? Est-ce que je vais le plus souvent possible à l'Eucharistie, dans laquelle tout le salut est résumé, dans laquelle le Seigneur se tourne vers moi et ne fait plus qu'un avec moi, comme cela ne peut pas être plus profond dans la vie ? Comment aborder la parole de Dieu ? Comment est-ce que je gère le temps ? Comment gérer tout ce que Dieu m'a confié en termes de personnes, de connaissances, d'expérience, de biens spirituels et terrestres ? Comment est-ce que je gère tout cela ? Est-ce que, par exemple, je rachète le temps, comme le dit l'Écriture, en vue de la vie éternelle ? Suis-je intelligent ? Telle est la question ! Comment est-ce que j'utilise ma position et mon influence dans la vie professionnelle - pour la vie éternelle en vue de mon salut ou seulement pour moi-même ? Est-ce que j'utilise tout cela de manière égoïste - dans ce cas, je ne suis pas sage - ou est-ce que je profite vraiment de cette chance, du peu de temps qui m'est donné à moi aussi en tant que gestionnaire de tous les biens que Dieu m'a confiés ? Est-ce que j'utilise ce temps comme cet intendant injuste, mais de la bonne manière ? Est-ce que je consomme ces choses de manière égoïste, sans fruit pour la vie éternelle, ou est-ce que je les utilise de manière profitable pour la vie éternelle ?

"Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. “ (cf. verset 9)

Jésus tire maintenant la conséquence de cette parabole : ego (εγϖ), c'est-à-dire tout à fait souligné, "Je vous le dis : faites-vous des amis à l'aide de Mammon l'injuste" Mammon l'injuste signifie les possessions terrestres, les richesses recherchées pour elles-mêmes. C'est un danger pour l'âme. C'est pourquoi nous devons l'utiliser avec sagesse, afin qu'elle nous soit utile pour la vie éternelle, afin que "quand tout sera fini pour vous" - en grec, il y a ici l'aoriste, qui exprime quelque chose de définitif - "vous serez admis dans les demeures éternelles" - c'est l'opposé de la demeure éphémère sur terre. Les amis que nous devons faire à l'aide de l'injuste Mammon sont nos semblables, les pauvres, qui interviennent ensuite pour nous dans le jugement, lorsque Jésus dit : "Dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait". (Mt 25,40)

"Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande. Si donc vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ? Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ?“ (cf. verset 10-12)

Jésus établit un lien indissoluble entre le petit et le grand. La véritable fidélité, la fidélité à Jésus, la disposition à faire sa volonté, se confirme dans les petites choses du quotidien et dans la gestion des biens terrestres, qui sont en effet éphémères. Celui qui n'est pas fidèle en cela ne l'est pas non plus dans les biens d'un ordre supérieur, les dons spirituels et intellectuels.

Jésus oppose ensuite le Mammon de l'iniquité et le vrai. Le Mammon de l'iniquité désigne l'utilisation des biens terrestres conformément à Dieu. Le vrai est le bien de salut confié aux enfants de la lumière.

Enfin, dans l'image du bien étranger et de la véritable propriété, Jésus résume encore une fois ce qui a été dit : Les biens étrangers ne sont pas la propriété de l'homme. Nous ne sommes que des gérants sur les dons terrestres, sur le "Mammon injuste" qui nous a été confié. Ce ne sont pas nos propres biens, mais ceux d'autrui. Quant aux biens intellectuels et spirituels, Jésus les appelle "les vôtres". Ils seront notre propriété impérissable. C'est pourquoi nous devons faire preuve de sagesse dans la gestion des biens que nous avons à administrer, à l'instar de l'intendant de la parabole, afin qu'avec ce qui est périssable, ce qui nous est étranger, nous atteignions ce qui est impérissable, ce qui nous est propre.

"Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. »“ (cf. verset 13)

À la fin de l'évangile, Jésus le rappelle expressément : "Aucun serviteur de maison ne peut servir deux maîtres ! Il s'adresse ici délibérément à ceux qui le suivent, à ses disciples, mais aussi aux publicains et aux pécheurs qui le suivent maintenant. Vous ne pouvez pas à la fois servir et vous attacher à des maîtres aussi opposés que le périssable et l'impérissable. Vous ne pouvez pas vous attacher à ce monde et à Dieu en même temps.

Jésus parle de la paresse et de l'indécision des enfants de la lumière par rapport aux enfants du monde, qui agissent de manière très décidée et intelligente dans les choses du monde. Il s'agit donc pour lui que nous nous tenions entièrement à lui, jusque dans les plus petites choses de la vie quotidienne. Nous serons alors des gestionnaires avisés des multiples dons de Dieu. ∎