mer. 10 novembre 202110 mins luesFather Hans Buob

La venue du Fils de l’homme

Homélies bibliques sur les Évangiles du dimanche en lecture Année B

Passages bibliques


Marc 13:24-32

Homélies bibliques


La venue du Fils de l’homme

En ces jours-là, après une pareille détresse, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ; les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et avec gloire. Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, depuis l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel. Laissez-vous instruire par la comparaison du figuier : dès que ses branches deviennent tendres et que sortent les feuilles, vous savez que l’été est proche. De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le Fils de l’homme est proche, à votre porte. Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. Quant à ce jour et à cette heure-là, nul ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais seulement le Père.

Aujourd'hui c’est l'avant-dernier Dimanche du cycle de l'année. La liturgie nous guide tout au long de l'année à travers les différents mystères du salut qui sont sources de notre force dans notre chemin avec le Christ. À la fin de l'année liturgique, nous sommes conduits vers le but qui est le retour du Seigneur. Nous connaissons ce texte depuis notre plus tendre enfance, mais je crois que c'est précisément parce que nous le connaissons que nous ne le prenons plus assez au sérieux. En raison notamment de notre attitude scientifique, il contient pour nous des images pures qui ne signifient plus rien pour nous. Nous ne comprenons plus les signes des temps. Il est donc d'autant plus important pour nous d’entendre attentivement cet Évangile.

Jésus parle sur le Mont des Oliviers, en face du Temple. Entre le Mont des Oliviers et le Temple se trouve la vallée du Cédron. Ce texte est le dernier discours de Jésus avant sa Passion. Ce texte est précédé par divers avertissements que Jésus donne à ses disciples, notamment celui de ne pas se laisser tromper en ce temps qui précède sa venue. Il dira : "Il y a l'Oint, il y a le Christ, il y a Lui" et Jésus dit : "Ne croyez pas cela ! Ne vous laissez pas séduire !" Ce genre de séduction est très concret de nos jours. Combien de Christs prennent la parole ? Combien disent qu'ils sont la réincarnation de Jésus, etc.? Combien de messies apparaissent soudainement sous la forme de gourous et de choses pareilles ? Nous vivons dans ce temps dont Jésus parle dans ce passage. Mais beaucoup d'entre nous sont déjà dupés - il est d'autant plus important d’entendre les Paroles et de revenir à Jésus. L'Évangile d'aujourd'hui commence par une transition vers quelque chose d'entièrement nouveau. Il dit :

« En ces jours-là, après une pareille détresse, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté ; les étoiles tomberont du ciel, et les puissances célestes seront ébranlées. » (cf. verset 24-25)

Ainsi, là où il y a des tentations, là où il y a le danger d'apostasie, quelque chose de complètement nouveau va venir à présent. « Ces jours » ne signifient plus les jours de la grande tribulation, mais les jours après la grande tribulation. La grande tribulation, est à propos de la séduction et de l'apostasie. Nous vivons aujourd'hui une grande apostasie, sans aucune exagération, et celui qui ne le voit pas est aveugle. Jusque dans nos villages. Jusque dans le cœur de ceux qui vont peut-être encore à l'église. A quel point la foi est-elle encore palpable ? Cette grande apostasie est suivie, pour ainsi dire, par des changements cosmiques. Ces signes extérieurs, par exemple l'extinction des lumières célestes, sont des signaux de la venue du Fils de l'Homme. Ils sont soudainement reconnaissables par tous comme une révélation. Jésus dit dans un autre passage : « En effet, comme l’éclair part de l’orient et brille jusqu’à l’occident, ainsi sera la venue du Fils de l’homme. » (cf. Mt 24,27) Par conséquent, nous ne devons pas être induits en erreur. Lorsque le jour du jugement arrive, tout le monde le reconnaît. C'est un signe très important. Les puissances célestes indiquent le jour du jugement.

« Alors on verra le Fils de l’homme venir dans les nuées avec grande puissance et avec gloire. » (cf. verset 26)

Nous n'avons pas besoin d'être séduits à l'avance. Quand le Messie viendra, nous le verrons, et tout le monde le verra. Il est dit : Alors "on" - c'est-à-dire les adversaires de Jésus et les adversaires de ses disciples - "verra le Fils de l'homme venant sur des nuées". Le pluriel indéfini dans ce passage exprime la révélation perceptible partout du Fils de l'homme dans le rayonnement de Sa puissance, dans Sa force et Sa gloire. L'expression « avec grande puissance et avec gloire » représente la plénitude de la gloire du Seigneur qui revient, le Juge final. « Dans les nuées » est toujours une expression qui exprime la présence de Dieu. La nuée qui cache, est une paraphrase voire un signe de la présence de Dieu. Dans la nuée, Dieu descend sur le temple, etc. Ainsi, tous - tous les adversaires - le verront. Tous les persécuteurs, même les persécuteurs des disciples, le verront. Il sera révélé.

« Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde, depuis l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel. » (cf. verset 27)

C'est le deuxième acte du jour du jugement. Il est introduit dans la langue Grecque par une expression qui signifie "deuxième étape". Le premier est l'apparition du Seigneur, puis les anges sont envoyés comme moissonneurs, et ils doivent rassembler les élus, et cela des quatre coins du monde. C'est une promesse très réconfortante. Aucun élu ne sera oublié dans ce rassemblement, où qu'il se trouve. Les anges seront envoyés pour les rassembler, pour aller les chercher. On ira nous chercher ! Quelle merveilleuse expression ! Dieu nous invite. Il apparaît et il envoie ses anges pour aller nous chercher là où nous sommes, peu importe où, et personne n'est oublié. C'est une expression si belle de l'amour de Dieu, en fait une expression aussi de cette parole qui est dans un autre passage de l’Évangile : « Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche. » (Luc 21,28). C'est un jour de réjouissance. Si j'ai vécu avec le Christ, le fait de pouvoir le voir quand il vient est un évènement joyeux. De pouvoir attendre qu'on vienne nous chercher personnellement. Il nous est permis d'imaginer un peu cela, de percevoir le contexte, la signification, le caractère très personnel. Il ne s'agit pas simplement d'un rassemblement de masses, mais les élus sont rassemblés et récupérés, chacun individuellement, aux quatre vents. Ces anges sont envoyés -, ‘apostelein’ -, c'est le même mot que Jésus a utilisé pour envoyer les apôtres. Donc, il les envoie comme les apôtres, avec autorité, avec l'autorité de nous conduire dans le royaume de gloire.

« Laissez-vous instruire par la comparaison du figuier : dès que ses branches deviennent tendres et que sortent les feuilles, vous savez que l’été est proche. » (cf. verset 28)

Contrairement aux nombreux autres arbres de Palestine, qui sont toujours verts, le figuier perd ses feuilles en automne et en produit de nouvelles au printemps, tout comme nos arbres. De cette façon, il indique la saison. Ainsi, le jugement dernier n'est pas comparé à l'automne, ce à quoi nous pourrions nous attendre, il est plutôt comparé au printemps, à l'été. Lorsqu'il se couvre de feuilles - c'est-à-dire au printemps - alors la venue du Seigneur est proche. Une expression merveilleuse, car l'été signifie la vie. La vie est proche ! Quand le Seigneur vient, la vie, la vie éternelle, est proche. C'est ce que l'image du figuier veut nous dire - c'est l'expression du début de la "vie nouvelle". C'est pourquoi Jésus utilise cet arbre dans sa comparaison et non pas les arbres qui gardent leurs feuilles toute l'année.

« De même, vous aussi, lorsque vous verrez arriver cela, sachez que le Fils de l’homme est proche, à votre porte. » (cf. verset 29)

Tous les signes que Jésus a décrits jusqu'à présent indiquent la proximité de la fin. Quand vous verrez cela arriver", ce que Jésus a décrit ici, alors le Seigneur est "proche à votre porte". La consommation finale aura lieu lors de la venue du Fils de l'homme. Les expressions "c'est ainsi que cela commence" et "c'est ainsi que vous le saurez" montrent l'importance de la déclaration : Par ces signes des temps, vous connaîtrez la proximité de la fin. Jésus n'énumère ici que quelques signes. Si vous considérez la puissance de ces signes des temps - ici, seuls quelques éléments sont énumérés, dans Matthieu et avec les autres évangélistes, Jésus énumère des signes des temps complètement différents - et si nous regardons ce que Paul écrit également au sujet des signes des temps, alors nous remarquerons que nous vivons aujourd'hui de tels signes à grande échelle que ce soit des tremblements de terre, des inondations, des tempêtes ou des incendies. Tout cela tient l'humanité sous une emprise tout au long de l’année. Selon eux, les scientifiques confirment également qu’il n'y a jamais eu une telle abondance de catastrophes dans l'histoire du monde. Avec ces événements en train de se passer, Jésus nous envoie un signe. Nous devons les considérer comme un signe : Il est à la porte. Cela devrait nous donner matière à réflexion et nous ne devrions pas nous contenter de vivre sans réfléchir malgré les signes. Le monde devrait sentir que nous vivons en vue d'un événement à venir. Que nous ne nous contentons pas de vivre nos vies comme si cette vie était tout, mais que nous attendons quelque chose, tout comme les gens attendent un mariage, tout comme les mariés attendent leur mariage - avec une excitation et un enthousiasme étonnants. C'est ainsi que nous voulons que les gens nous rencontrent : nous attendons les noces de l'Agneau avec son épouse, l'Église, que nous sommes. Nous attendons l'arrivée de l'Époux, l'arrivée du Seigneur. Ce sont précisément les signes des temps qui doivent nous encourager à attendre de nouveau. Après tout, nous prions dans chaque Sainte Messe, après la prière du « Notre Père », que nous attendons la venue du Seigneur Jésus-Christ. Mais est-ce bien vrai ? Ici aussi, nous faisons souvent l'expérience d'un décalage entre la prière et la foi.

« Amen, je vous le dis : cette génération ne passera pas avant que tout cela n’arrive. » (cf. verset  30)

Encore cet "Amen" - cette confirmation absolue. "Amen" signifie "sûr de la mort", donc un accent très fort sur cette prophétie que Jésus prononce maintenant, que cette génération - au singulier - ne passera pas avant que tout n’arrive. La race humaine - c'est-à-dire cette génération de l'humanité, la race humaine, au singulier - ne s'éteindra pas avant. Elle ne s'éteindra pas non plus avant, mais elle fera l'expérience de tout cela. Telle est la prophétie. Ainsi, lorsque le Seigneur viendra, l'humanité ne sera pas anéantie - comme nous le craignons souvent - par des armes nucléaires et non par les moyens de destruction massive les plus fous de l'homme. Non, cette génération ne passera pas avant que tout cela ne se produise. Nous comprenons cela comme une garantie que les gens ne peuvent et ne doivent pas s'exterminer les uns les autres jusqu'à la venue du Seigneur. La race humaine ne s'éteindra pas ou ne sera pas anéantie avant cela. Lisons les Saintes Écritures - ce que Dieu nous a dit. Cette prophétie est sous le "Amen", elle est donc absolument certaine.

« Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas. » (cf verset 31)

Dans cette phrase, il est affirmé que la parole de Jésus ne perd jamais sa validité. Rien de ce qui La concerne ne peut être expliqué. La parole de Dieu dit. : « Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas. » - et ce sont là toutes les paroles des Saintes Écritures. Que personne ne vous induise en erreur et ne vous fasse croire que vous ne devez pas prendre au sérieux toutes les paroles de l'Écriture. Puis, à la fin, Jésus dit :

« Quant à ce jour et à cette heure-là, nul ne les connaît, pas même les anges dans le ciel, pas même le Fils, mais seulement le Père. » (cf. verset 32)

Jésus a retiré sa divinité. En tant qu'être humain, il ne connaît pas l'heure, mais seul le Père la connaît. Les disciples s'interrogent toujours sur les temps - tout comme nous. Dans un autre passage de l'Écriture, ils demandent à Jésus : « Dis-nous quand cela arrivera, et quel sera le signe de ta venue et de la fin du monde. » (cf. Matthieu 24,3 ; Marc 13,4 ; Luc 21,7) La question sur le temps est par pure curiosité. Pourquoi ai-je besoin de connaître l'heure ? Si j'attends Jésus, si je suis à son écoute, alors il peut venir à tout moment. Pourquoi ai-je besoin de connaître l'heure ? Il est toujours agréable d'être surpris.

En effet, être surpris par quelque chose d'agréable est plus merveilleux que de tout savoir à l'avance. Noël en est un exemple typique. Si je sais déjà tout ce que je vais recevoir comme cadeau, j’arriverai peut-être encore à l'attendre avec impatience. Mais quand je suis surpris par quelque chose que je n'attendais pas, c'est beaucoup plus agréable. Laissons-nous surprendre et ne cherchons pas toujours à demander curieusement quand et comment cela va arriver. Derrière ce questionnement se cache souvent un manque de volonté de se repentir. Nous voulons repousser cela encore un peu. Aujourd'hui, les gens courent partout où il y a un prétendu message sur l'avenir, et quand une diseuse de bonne aventure dit quelque chose sur l'avenir, tout le monde est emballé. Mais personne ne se convertit. Si nous sommes honnêtes, avec nos questions : "Quand est-ce que ce sera ?", nous ne voulons en fait que couvrir nos arrières car si ce n'est que dans cent ans, je n'ai même pas besoin d'y penser, je n'ai pas besoin de rebrousser chemin - ou alors je le ferai peu de temps avant ma mort, même si c'est très risqué ! Car ma vie est décisive, très décisive, et ma mort le sera aussi. Nous ne devons pas nous leurrer à ce sujet. Ainsi, seul le Père connaît le temps, et nous ne devrions pas calculer ce temps, mais plutôt répondre au message de Jésus - à savoir, repenser, se repentir et orienter notre vie vers Lui. Alors il peut venir quand il veut. Il peut alors nous surprendre à tout moment. ∎