mer. 23 mars 202210 mins luesFather Hans Buob

Quatrième dimanche de Carême

Homélies bibliques sur les Évangiles du dimanche en lecture Année C

Return of the Prodigal Son, by Bartolome Esteban Murillo, in the Museo del Prado, Madrid, Spain.

Passages bibliques


Luc 15,1-3.11-32

Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » Alors Jésus leur dit cette parabole : Jésus dit encore : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.” Et le père leur partagea ses biens. Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre. Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. Il alla s’engager auprès d’un habitant de ce pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors il rentra en lui-même et se dit : “Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Traite-moi comme l’un de tes ouvriers.” Il se leva et s’en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : “Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.” Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.” Et ils commencèrent à festoyer. Or le fils aîné était aux champs. Quand il revint et fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des serviteurs, il s’informa de ce qui se passait. Celui-ci répondit : “Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a retrouvé ton frère en bonne santé.” Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père sortit le supplier. Mais il répliqua à son père : “Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. Mais, quand ton fils que voilà est revenu après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu as fait tuer pour lui le veau gras !” Le père répondit : “Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé !” »

Homélies bibliques


“Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! »” (cf. verset 1-2)

Le présent évangile est à nouveau très connu. Jésus raconte aux pharisiens et aux scribes, qui ne peuvent pas comprendre que Jésus s'occupe de pécheurs et de publicains, une parabole par laquelle il veut leur montrer la miséricorde de Dieu.

“Alors Jésus leur dit cette parabole : Jésus dit encore : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.” Et le père leur partagea ses biens.” (cf. verset 3.11-12)

Il y a l'homme et ses deux fils, qui sont bien sûr tous deux ses enfants. Dans ce sens, cette parabole nous concerne tous, puisque nous sommes tous des enfants de Dieu. Ecoutons donc attentivement ce que Jésus veut nous dire, à quel genre d'enfant de Dieu nous appartenons, si nous sommes plutôt le fils cadet ou le fils aîné.

Le cadet se rend alors chez son père et lui demande sa part d'héritage. Il demande ainsi quelque chose qui, selon le droit de l'époque, ne lui revient absolument pas, car il ne peut hériter qu'après la mort du père. Transposons cela directement à notre situation : maintenant, je me tiens ainsi devant Dieu et je demande quelque chose qui ne me revient pas, à quoi je n'ai pas encore droit. Mais je le demande comme si j'y avais droit, comme si Dieu devait le faire, comme si je savais que c'est bon pour moi. Je ne demande pas : Quelle est ta volonté, Père ? Qu'est-ce qui me fait vraiment du bien ? Et cet impératif, cette exigence, est le chemin qui mène toujours vers le bas. Nous le constaterons toujours. Dieu, le Père, partage. Lorsque quelqu'un veut contraindre Dieu de manière pénétrante, Dieu exauce souvent son souhait, afin que l'homme reconnaisse ensuite aux conséquences à quel point il a prié à tort et se repente. C'est le but !

„Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre. Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. Il alla s’engager auprès d’un habitant de ce pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien.” (vgl. Vers 13-16)

C'est ce qui se passe ici aussi dans la parabole. Le père partage les biens, donne au fils cadet sa part d'héritage et le laisse partir. Et le fils cadet s'en va dans un pays lointain, c'est-à-dire : Il n'est plus disponible pour le père. Mais qu'est-ce que cela signifie réellement : ne plus être accessible à Dieu ? Peut-être qu'un passage de l'Apocalypse secrète, où il est dit : "Les tièdes, je les vomis de ma bouche", nous aidera à y voir plus clair. "Parce que tu n'es ni chaud ni froid..." Dieu peut atteindre les chauds et les froids, mais les tièdes, ceux qui pensent : "Je suis déjà chrétien. Que pourrais-je faire de plus ?", Dieu ne peut plus les atteindre. Et sommes-nous nous-mêmes si étrangers à cette attitude ? Réfléchissons !

Le fils cadet mène alors une vie dissolue à l'étranger et dilapide toute sa fortune. Puis vient la famine. On peut souvent observer que tout s'écroule soudainement chez une personne : tout à coup, on est malade, ou quelqu'un meurt, ou on perd son emploi - tout à coup, toutes les choses s'écroulent sur nous et on se retrouve devant une ruine. Mais un tel effondrement est aussi une chance. Beaucoup de gens ne parviennent pas à réfléchir tant qu'ils n'ont pas à vivre un effondrement total de toutes choses. S'il avait eu de l'argent, le fils aurait toujours pu obtenir quelque chose au marché noir, même pendant la famine, mais il n'a maintenant plus rien. Maintenant, il est envoyé à la garde des cochons. Nous ne pouvons pas vraiment nous faire une idée de ce que cela signifie pour lui : pour le Juif, les porcs sont des animaux impurs et cet homme perd ainsi ce qu'il a de plus sacré, son appartenance au peuple, à l'Église du salut. Il est rejeté. C'est ce qu'il y a de pire pour un Juif. Il est envoyé à la garde des porcs, ce qui signifie qu'il est descendu si bas, jusqu'à l'auge à cochons, qu'il ne peut plus aller plus loin. Et combien de personnes doivent arriver jusqu'à l'auge à cochons pour que Dieu les atteigne, si elles ne désespèrent pas d'abord, si elles ne meurent pas de faim à l'auge à cochons - au sens figuré.

“Alors il rentra en lui-même et se dit : “Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Traite-moi comme l’un de tes ouvriers.” Il se leva et s’en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ;” (cf. verset 17-20a)

Le fils cadet, lui, ne meurt pas de faim à l'auge des cochons. Trois étapes sont maintenant décrites, et nous devrions nous demander si nous avons déjà franchi ces trois étapes.

Tout d'abord, il réfléchit. Il se recueille. C'est déjà difficile pour l'homme d'aujourd'hui de se recueillir avec tout ce bruit. Chaque jour, il doit se passer quelque chose. On ne peut plus se supporter tout seul. On ne peut même plus supporter le silence pour se retrouver. Mais c'est le premier pas : revenir à soi. Le fils rentre donc en lui-même et réfléchit : chez le père, les journaliers, c'est-à-dire les ouvriers les moins chers, ont une vie incroyablement bonne. Ils ont du pain en abondance et moi, en tant que fils, je meurs de faim. Transposé, on pourrait dire : peut-être que j'ai déjà fait l'expérience de Dieu auparavant et que j'ai ainsi eu un sens à la vie, pour ainsi dire du pain en abondance. Maintenant, tout est perdu et je ne peux pas le récupérer. Mais pour beaucoup de gens, il n'est pas si facile d'admettre qu'ils ont échoué, qu'ils ont fui Dieu et qu'ils ont fait des erreurs. L'orgueil est souvent un obstacle. Et même si on le reconnaît, on n'est souvent pas prêt à aller voir le Père, à le dire et à le confesser, c'est-à-dire à aller se confesser et à se repentir.

Puis vient la deuxième étape. Il prend une résolution : je veux me lever et aller vers mon père et lui dire : Père, j'ai péché contre le ciel et devant toi. Donc : je suis rentré en moi-même, j'ai reconnu mon erreur et je fais maintenant un deuxième pas : oui je veux aller vers le Père. Peut-être avons-nous déjà pris une telle résolution : Je vais me confesser samedi prochain. Je veux vraiment me repentir. Je veux prendre un nouveau départ avec Dieu. Mais ensuite, le temps était trop mauvais, et je n'y suis pas allé en me disant : peut-être samedi prochain. Et peut-être que je repousse toujours ce pas, jusqu'à aujourd'hui. J'ai beau avoir la résolution, avec le temps, la grâce meurt à nouveau. Je la perds à nouveau parce que je ne l'accepte pas.

Le fils a même encore appris par cœur, mot pour mot, une belle petite phrase qui doit attendrir tout père qui l'entend : "Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne suis plus digne d'être ton fils ; fais de moi l'un de tes journaliers". Car le fils ne sait pas comment son père va réagir lorsqu'il rentrera à la maison. Mais nous, nous savons comment Dieu réagit. Jésus nous l'explique. Voici maintenant la troisième étape. Il se peut très bien que j'aie déjà souvent pris des résolutions. Mais la troisième étape s'appelle : "Puis il se leva et alla vers son père". C'est l'étape la plus importante. C'est maintenant qu'il part. Maintenant, il se décide et ne laisse plus rien ni personne l'en empêcher. En termes catholiques : maintenant, je fais demi-tour. Je vais me confesser et demander pardon à Dieu. Je vais voir mon père.

“Il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : “Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.” Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.” Et ils commencèrent à festoyer.” (cf. verset 20b-24)

Il y a maintenant un changement de scène : le père est décrit d'une manière merveilleuse. Il est dit que le père le voit venir de loin. Il a donc dû le guetter et l'attendre en permanence. Dieu est comme ça ! Dieu m'a toujours attendu - toujours, en vain, peut-être pendant très longtemps en vain - et maintenant quelqu'un vient.

Mais celui qui arrive n'est plus le fils que le père a connu, mais un type qui n'a plus que des haillons sur le corps, sale et puant la merde de porc. Pourtant, le père n'est pas en colère - il aurait bien des raisons de l'être - mais il est merveilleusement dit : "Et il eut pitié de lui".

La compassion et la miséricorde, c'est la miséricorde de Dieu, qu'aucun homme ne pourra sonder de toute éternité. Et qui se met à courir ? Le vieux père. C'est lui qui court à la rencontre du fils, lui saute au cou et - on peut vraiment le dire au sens figuré - l'embrasse au milieu de la merde de porc, c'est-à-dire au milieu du péché. Le père prend tout sur lui, car s'il se retrouve avec son fils impur, il devient lui-même impur. Il perd ce qu'il y a de plus sacré dans sa vie, son appartenance au peuple du salut. Et c'est exactement ce que Dieu a fait pour nous en son Fils. Jésus a été en quelque sorte chassé de son peuple. En dehors de la ville, il a été crucifié, méprisé par tous. Il l'a fait pour moi. On ne peut pas inventer un tel Dieu ! Un tel Dieu doit se révéler à nous, comme ici dans cet évangile. Un tel Dieu doit être rencontré.

Bien sûr, le fils est totalement surpris que son père l'accueille ainsi et non pas avec une cravache et des injures et des reproches. Dieu merci, le fils a appris par cœur un "poème" à l'auge à cochons et il le récite maintenant au père, mot pour mot : "Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne suis plus digne d'être ton fils". La dernière phrase : "Fais de moi l'un de tes journaliers". il laisse toutefois tomber maintenant. Le père l'a pris dans ses bras, il l'a embrassé et le tient encore dans ses bras lorsque le fils dit cela, et il lui ferme en quelque sorte la bouche : "Cela ne m'intéresse pas du tout. Tout ce qui m'importe, c'est que tu sois de retour". Dieu est ainsi !

C'est pourquoi le père se tourne aussitôt vers ses serviteurs : "Allez vite chercher le meilleur vêtement". - Le fils n'avait en effet plus que des lambeaux - "Mettez-le-lui, mettez-lui un anneau à la main". Bien que le fils ait dilapidé toute sa fortune et n'ait donc plus aucun droit, le père lui donne à nouveau l'anneau sigillaire qui lui permet d'effectuer des transactions au nom du père avec force de loi. C'est incroyable. Oui, le père fait même abattre le veau gras pour son fils, qui n'était en fait engraissé que pour les grandes fêtes de l'année. Le retour du fils au père - si nous nous confessons et nous convertissons vraiment, alors Dieu tue le veau gras, c'est la grande fête de l'année chez Dieu. Il y a une plus grande joie dans le ciel que pour tous les autres qui s'imaginent qu'ils n'ont pas besoin de se repentir.

Après tout, ils célèbrent ensemble une joyeuse fête, et il n'est pas dit que le père ait murmuré à l'oreille de son fils : "Où as-tu donc mis mon argent ? Qu'as-tu fait avec ? Qu'est-ce que tu as fait ?" Non, le père ne lui demande rien du tout, il ne lui fait aucun reproche. Il est simplement heureux que son fils soit de retour. Dieu est comme ça ! C'est inimaginable.

“Or le fils aîné était aux champs. Quand il revint et fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des serviteurs, il s’informa de ce qui se passait. Celui-ci répondit : “Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a retrouvé ton frère en bonne santé.” Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père sortit le supplier. Mais il répliqua à son père : “Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis. Mais, quand ton fils que voilà est revenu après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu as fait tuer pour lui le veau gras !”” (cf. verset 25-30)

Nous nous sommes peut-être déjà un peu reconnus dans ce fils, mais nous devrions aussi écouter le deuxième fils, celui qui est resté sagement à la maison. Celui-ci revient des champs et entend de la musique et des danses en plein jour. Naturellement, il s'étonne et demande à l'un des serviteurs ce qui se passe. Et après que le serviteur lui a fait son rapport, comment réagit le brave et cher fils ? "Il se mit en colère et ne voulut pas entrer".

Maintenant, réfléchissons très attentivement : supposons que nous soyons le cher et bon fils resté à la maison, qui a fidèlement servi Dieu : Comment réagissons-nous lorsqu'un tel "super pécheur" se repent ? Lors des grandes fêtes - Noël, Pâques - ou lors de mariages ou d'enterrements, il y a souvent des gens qui viennent à l'église et qui ne savent même pas où se trouve la porte de l'église. Comment réagissons-nous lorsque nous voyons de telles personnes dans l'église, qui ne savent absolument pas comment se comporter et qui se sentent totalement étrangères ? Comment réagis-je le soir de Noël lorsque j'arrive à l'église et que quelqu'un est déjà assis à ma place habituelle, quelqu'un qui ne vient qu'une fois par an, et que je dois rester debout pendant toute la messe ? Comment réagis-je ? Comment réagit autrefois le bon fils ou la bonne fille qui reste à la maison ? Peut-on aussi dire d'eux : "Il s'est mis en colère et n'a pas voulu entrer ! Est-ce que je me dis : "Alors je repars. Je ne vais pas dans l'église où celui-là entre !"? Ou est-ce que je peux me réjouir que, grâce à ces circonstances, cette personne soit aussi venue une fois à l'église ? Puis-je alors vraiment prier le Seigneur avec joie : "Seigneur, maintenant il est là. Maintenant, tu peux le rencontrer par ta parole. Maintenant, tu peux t'adresser à lui. Je te demande ta grâce et ta miséricorde" ?

Le père, lui, est pareil avec tout le monde. Il se passe exactement la même chose qu'avec le fils cadet. Il sort et se précipite à sa rencontre, comme il l'a fait avec le fils cadet. Et il lui parle. Mais le "bon" fils fait de violents reproches à son père : il l'a servi si longtemps et a toujours agi selon sa volonté, mais le père ne l'a jamais félicité pour cela, ni même récompensé par une petite fête. "Mais à peine celui-ci est-il arrivé, ton fils, qui a fait fructifier ta fortune avec des prostituées...". Il ne l'appelle même plus son frère, tant il est "chrétien", tant il le méprise. Il arrive malheureusement souvent que les "bons" mettent en avant les erreurs des autres et les étalent avec délectation : "Tu as déjà entendu... ? Sais-tu déjà tout ce qu'il a fait ?", etc. ... Examinons notre cœur !

Le fils aîné n'a donc pas appelé son père "père", ni son frère "frère". Et il se peut qu'il ait vraiment toujours accompli la volonté du père, mais il n'a jamais fait le plus important - ce texte le montre ici très clairement - à savoir : il n'a pas aimé le père. Il ne l'appelle même plus "père". Il est si loin de lui, plus loin que le fils prodigue.

“Le père répondit : “Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé !” »” (cf. verset 31-32)

Le père lui répond maintenant. Et il l'accepte à nouveau complètement et dit : "Mon enfant". Mon fils. "Tu es toujours avec moi et tout ce qui est à moi est aussi à toi". En d'autres termes : "Tu aurais toujours pu tuer le veau gras avec tes amis". Le père est désolé que son fils ne veuille rien de ses biens, qu'il ne puisse pas lui faire plaisir.

Nous aussi, nous devons nous demander : comment se porte le Père, comment se porte Dieu avec moi ? L'étable est remplie de sacrements, de toutes les grâces offertes par l'Église. Et qu'est-ce que nous utilisons ? Si un "nouveau converti" vient, va chaque jour à l'église, communie et se confesse chaque semaine, que disons-nous ? Il est fou ! Mais ce nouveau converti s'approprie l'étable d'engraissement. Il tue le veau gras - et le père se réjouit ! Le bon, l'aimable, le brave fils économise. Il ne veut rien du tout de la part de Dieu, tout au plus une fois par an. Le père nous dit : "Tout ce qui est à moi est à toi". "Pourquoi n'as-tu rien pris ? Cela t'appartenait pourtant autant qu'à moi et j'aurais été heureux si tu avais tué le veau gras, si tu avais fait une fête pour une fois, si j'avais pu t'offrir quelque chose pour une fois".

Puis il dit : "Mais maintenant, nous devons nous réjouir et faire la fête, car ton frère était mort et il est revenu à la vie ; il était perdu et il a été retrouvé". C'est ainsi que se termine la parabole. Maintenant, je dois donc me décider moi-même : Est-ce que je vais entrer dans la maison du Père ou non ? Est-ce que j'accepte cette fête, également comme une fête pour moi ? Est-ce que j'accepte que le veau gras soit aussi tué pour moi, si je reviens maintenant et que j'appelle le Père Père ? C'est une question tout à fait décisive, notamment en période de Carême : est-ce que je vais entrer dans la maison de mon Père ? ∎