mer. 2 février 202210 mins luesFather Hans Buob

5ème dimanche

Homélies bibliques sur les Évangiles du dimanche en lecture Année C

Passages bibliques


Luc 5, 1-11

« Or, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : ‘Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche.’ Simon lui répondit : ‘Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets.’ Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. A cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : ‘Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur.’ En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : ‘Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras.’ Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent. »

Homélies bibliques


« Or, la foule se pressait autour de Jésus pour écouter la parole de Dieu, tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth. Il vit deux barques qui se trouvaient au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’écarter un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait les foules. » (cf. Verses 1-3)

Jésus proclame la parole de Dieu au bord du lac de Génésareth, car c'est là que les gens veulent vraiment entendre la parole de Dieu. Le fait que Jésus se tienne au bord du lac exprime chez Luc l'attitude du Kyrios souverain, du Seigneur divin au milieu de son peuple.

Comme la foule est très nombreuse, Jésus monte finalement dans la barque de Pierre et se laisse conduire un peu plus loin de la terre. Étant donné que ce processus est spécifiquement mentionné ici, il doit y avoir un sens profond à tout cela : bien sûr, cette sortie sur le lac permet à Jésus d'être mieux entendu par la foule. Mais en même temps, cela symbolise aussi la distance que la foule doit prendre par rapport à la majesté de Jésus, le Kyrios. Une seule fois encore, Jésus apparaît sur le lac en donnant des ordres, et ce comme quelqu'un qui vient d'un autre monde. Mais ici, le Seigneur, déjà élevé, adresse sa parole à l'Église dans une sorte de préfiguration.

Mais pour cela, Jésus a besoin d'aide. Et le fait qu'il monte justement dans la barque de Pierre indique déjà la future mission de ce dernier, sa future fonction dans la barque de l'Église. C'est la caractéristique de la Parole de Dieu que de vouloir nous révéler, même dans la description de ce qui est apparemment banal ou quotidien, des choses plus profondes, qui nous dépassent.

«  Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : ‘Avance au large, et jetez vos filets pour la pêche.’ » (cf. Verse 4)

Ce qui frappe dans cette courte scène, c'est que Jésus s'adresse d'abord uniquement à Simon-Pierre au singulier - “Avance au large”- puis poursuit au pluriel : ”jetez vos filets pour la pêche.” Cela montre déjà ici la nécessité pour Simon, une fois qu'il assume sa mission dans la barque de l'Église, d'avoir des aides. Pourtant, les autres pêcheurs ne sont pas nommés. A Pierre seul a été confiée cette mission et ce n'est que sur son ordre que tous se mettent en route avec leur barque. Il s'agit donc d'un passage très important en ce qui concerne la primauté de Pierre et sa position dans l'Église actuelle.

 « Simon lui répondit : ‘Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets.’ » (cf. Verse 5)

Ce qui n'a pas réussi pendant une nuit favorable doit maintenant réussir à un moment tout à fait défavorable de la journée - en fait, c'est une contradiction.  Mais Simon est prêt à obéir, malgré son expérience de pêcheur. Et c'est cette obéissance qui est décisive. Nous devons nous demander si, en tant qu'Église ou en tant qu'individu, nous sommes vraiment dans l'obéissance du Seigneur ou si nous ne faisons pas plus confiance à nos propres œuvres et à nos soi-disant plans pastoraux, qui nous ont pratiquement conduits jusqu'à présent à une Église mourante, qu'à la mission et à l'ordre du Seigneur, aux appels de Dieu et aux offres du ciel.

Par ces offres du ciel, j'entends aussi les révélations privées reconnues par l'Église. Ou bien le ciel ne doit-il plus parler ? Le ciel doit-il se taire ? Pouvons-nous lui interdire de nous révéler, dans son infinie miséricorde, quelque chose qui est nécessaire à la croissance de l'Église et au salut des hommes ? Mais nous refusons ce que le ciel nous offre et préférons nous en remettre à nos propres œuvres. Bien sûr, avec les Saintes Écritures, la révélation objective de Dieu proprement dite est terminée. Mais nous ne pouvons pas non plus interdire à Dieu de parler à l'avenir, lorsqu'il vient à notre secours dans son amour et sa miséricorde infinis, parce que nous ne pouvons plus avancer nous-mêmes.

Pierre doit donc partir sur le lac dans l'obéissance et contre son expérience, et il le fait. Il a entendu la parole de Jésus et c'est pourquoi il dit : "Sur ta parole” que tu viens d'annoncer, je pars à l'encontre de toute notre expérience humaine. Cette obéissance de Pierre doit démontrer à tous les ministres la docilité à la parole du Seigneur.

 « Et l’ayant fait, ils capturèrent une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer. Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient. » (cf. Verses 6-7)

Les hommes pêchent une telle quantité de poissons que leurs filets menacent de se déchirer. Ils ont donc besoin d'aide et font appel aux autres. Ce passage est également à comprendre dans la perspective du royaume de Dieu et de la mission ultérieure de Pierre avec ses co-apôtres.

« A cette vue, Simon-Pierre tomba aux genoux de Jésus, en disant : ‘Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur.’ » (cf. Verse 8)

Dans cette scène, Simon-Pierre est à nouveau particulièrement mis en avant par rapport aux autres, qui ont vécu la même chose et sont tout aussi touchés. Et ici, il est déjà désigné par son futur nom officiel, Simon Pierre. Il fait l'expérience de sa nullité humaine et se prosterne en quelque sorte devant la majesté et la puissance divines de Jésus.

L'appellation Kyrios, que Pierre utilise ici en grec, rend la majesté de Jésus dans l'au-delà encore plus évidente qu'au verset 5, où il s'adresse à lui en l'appelant Maître. Il s'agit là d'un terme humain. Mais maintenant, après avoir vécu la pêche abondante contre toute expérience et toute attente, il appelle Jésus Kyri- os, Seigneur élevé.

Enfin, la formulation de Pierre : "Je suis un homme pécheur" suggère déjà ici sa chute ultérieure et sa conversion.

Cela montre aussi que l'importance de Pierre est entièrement fondée sur l'acte de grâce de Jésus et non sur sa propre performance. Aujourd'hui comme hier, Jésus continue d'appeler des pécheurs à son service, car nous sommes tous des pécheurs.

« En effet, un grand effroi l’avait saisi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, les associés de Simon. Jésus dit à Simon : ‘Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras.’ » (cf. Verses 9-10)

D'après le mot grec, l'étonnement de Pierre et de ses compagnons n'est pas simplement un étonnement, mais plutôt une frayeur étonnée qui rencontre la réalité divine de manière tout à fait inattendue ; quelque chose que nous expérimentons toujours lors des révélations du ciel.

Jacques et Jean étaient les associés de Simon. Comme ils sont sortis avec Pierre, ils ont également été témoins de l'événement. Mais Jésus ne s'adresse qu'à Pierre, qui est à ses pieds. Et il s'adresse à lui avec les mêmes mots que tous les êtres célestes le font à l'égard des hommes (par exemple lors de l'Annonciation de Marie) : “Sois sans crainte”! C'est avec les mêmes mots que Jésus s'adressera plus tard à Pierre en tant que Ressuscité et Seigneur exalté.

Pierre doit attraper des gens - et les laisser vivre, comme le dit le mot grec. Il devient ainsi le sauveur des hommes qui sont sur le chemin de la perdition, et plus précisément le sauveur de la vie pour l'éternité. Les paroles de Jésus ne sont pas un ordre, par exemple de le suivre, mais une prophétie qui s'accomplit dès maintenant : “Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras.”

« Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent. » (cf. Verse 11)

La parole prophétique que Jésus vient de prononcer produit ce qu'elle dit. Elle provoque chez Pierre et ses assistants, Jean et Jacques, la force de le suivre immédiatement, c'est pourquoi nous devrions aussi toujours écouter les paroles prophétiques, comme le dit Paul : “Efforcez-vous d’atteindre la charité. Recherchez avec ardeur les dons spirituels, surtout celui de prophétie.” ! (1 Co 14,1) et : “Je souhaiterais que vous parliez tous en langues, mais, plus encore, que vous prophétisiez.” (1 Co 14,5). Car ce don de prophète nous est confié et rendu possible d'une manière particulière lors du baptême et surtout de la confirmation.

C'est un appel à tous les chrétiens, en particulier à tous les prédicateurs et responsables de l'Église, à faire davantage confiance à la parole de Dieu. Simon et les autres ont pu constater directement le succès de l'obéissance à la parole de Jésus : les deux barques étaient pleines à craquer. C'est ainsi que nous devons nous aussi reconnaître le succès de l'obéissance à la parole de Jésus et le peu de succès de la déformation de sa parole, dont nous sommes malheureusement souvent témoins de nos jours. C'est pourquoi l'invitation de Jésus à Pierre est en quelque sorte un ordre pour ce dernier, car la parole de Jésus lui donne en même temps la grâce de le suivre.

Le miracle et la parole de Jésus provoquent un nouveau départ chez Simon. Et ce don de la grâce est le véritable miracle du récit, à côté du motif principal de ce passage, à savoir la justification du ministère de Pierre pour l'Église. Ce don de la grâce montre comment les actes de puissance et les paroles du Kyrios, le Seigneur exalté, peuvent être un appel à se laisser rencontrer par lui et à le suivre, un appel à tout quitter et à consacrer entièrement sa vie à l'apostolat. C'est pourquoi nous devrions nous aussi écouter la parole de Dieu et nous laisser interpeller par elle. Et il peut alors arriver que certaines paroles de Jésus, certains actes de puissance de Jésus deviennent pour nous aussi un appel à tout quitter et à consacrer entièrement notre vie à l'apostolat, à l'évangélisation, au salut des hommes et à la gloire de Dieu. ∎