ven. 13 novembre 202010 mins lues

Qui peut recevoir l'onction des malades et comment se fait-elle ?

Le sacrement de l'onction des malades : qui peut recevoir l'onction des malades, que signifie-t-elle et comment se fait-elle ?

Ⓒ Photo by Marcelo Leal on Unsplash.

Définition


L'onction des malades

Le sacrement de l'onction des malades, comme tous les sacrements (= signes de salut), est basé directement sur Jésus et est (avec la confession) l'un des deux "Sacrement de pénitence et de réconciliation, par lequel nous sommes libérés du péché et fortifiés lorsque nous sommes faibles physiquement et moralement." (YOUCAT 224) "Par l’onction des malades, le Christ guérit, fortifie et console."(YOUCAT 193) Dieu veut "la guérison de notre corps et de notre âme, il nous demande d’y croire et de reconnaître que le Royaume de Dieu arrive." (YOUCAT 241) On peut même "recevoir l’onction des malades plusieurs fois dans sa vie." (YOUCAT 243)

Que dit la Bible ?


Si Jésus a une relation particulière avec un groupe de personnes, c'est avec les malades. C'est un amour mutuel. Car tout au long du Nouveau Testament, ce sont précisément les malades qui recherchent la proximité de Jésus ; "Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous." (Lc 6,19) Toute la mission de Jésus est la guérison, et en elle la guérison symbolique des maladies corporelles passe après la guérison spirituelle par le pardon des péchés : "Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. Je te le dis, lève-toi, prends ton brancard, et rentre dans ta maison. »" (Mc 2,5.11) De cette façon, Jésus s'adresse surtout aux pécheurs et il leur déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » (Mc 2,17) Jésus guérit en devenant lui-même une personne souffrante; "Le soir venu, on présenta à Jésus beaucoup de possédés. D’une parole, il expulsa les esprits et, tous ceux qui étaient atteints d’un mal, il les guérit, pour que soit accomplie la parole prononcée par le prophète Isaïe : Il a pris nos souffrances, il a porté nos maladies." (Mt 8,16-17) Jésus envoie aussi ses disciples - et nous retrouvons ici l'"onction" des malades, que Jésus a probablement faite lui-même : "Ils expulsaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient." (Mc 6,13) Dans les premiers temps de l'église, l'onction des malades est déjà fermement établie : "L’un de vous est malade ? Qu’il appelle les Anciens en fonction dans l’Église : ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur." (Jac 5,14)

Le petit catéchisme YOUCAT


Fit for Battle

L'onction des malades n'est pas un signe vide de sens. Comme derrière chaque sacrement, ici aussi l'Église entière garantit que derrière le signe saint se trouve la puissance d'une action divine invisible. L'Église nous assure que le sacrement que vous recevez maintenant cause en profondeur ce qui est indiqué par ses signes extérieurs.

Le signe de ce sacrement est l'onction. Mais qu'est-ce que l'onction ? Deux mandats suivent. 1. la protection et 2. la transmission d'une force nouvelle. Commençons par la protection !

Ⓒ Photo by Attentie Attentie on Unsplash.

Protection I : la sagesse des bergers âgés

Certains disent que la coutume protectrice de l'onction est basée sur la sagesse des anciens pasteurs. La vermine nidifiait dans la fourrure du mouton. Les petits animaux peuvent également infester la tête des moutons et pénétrer dans le conduit auditif - un danger mortel pour les agneaux. C'est pourquoi les bergers trempaient leur tête dans l'huile d'olive. Cela empêchait la pénétration de la vermine - les insectes s'y glissaient. Pour le sacrement de l'onction des malades, cela signifie : le mal ne peut pas me pénétrer. Et nous comprenons donc mieux que dans l'Onction des malades que les organes des sens - et aussi les oreilles - sont oints. "La foi naît de ce que l’on entend". (cf. Rom 10,17) Vous êtes dans le besoin - combien il est important que vous puissiez entendre en ce moment. Le Seigneur accorde que vos voies auditives restent ouvertes. Aucun poison ne peut désormais vous pénétrer, s'installer en vous et déployer son effet destructeur. La Parole de Dieu qui guérit vous atteindra au plus profond de vous et vous donnera la paix.

Protection II : échapper à la strangulation

Dans les temps anciens, les hommes se frottaient l'un à l'autre avec de l'huile d'olive lorsqu'ils entraient dans l'arène pour se battre. C'est encore le cas aujourd'hui en Turquie dans la lutte pour le pétrole. Cette coutume a une explication très simple : l'adversaire est incapable de tenir. Ses mains glissent, et même si vous êtes dans une situation d'étranglement, vous pouvez toujours réussir à sortir de l'étrangleur.

La maladie peut entraîner l'étranglement des personnes. Rien ne semble les protéger de la fin. Jour après jour, leurs forces diminuent. Vous ne vous contrôlez plus, vous devez voir comment les choses semblent n'aller que vers le bas. La bataille est presque impossible à gagner. Mais en réalité, les chrétiens croient qu'il n'y a qu'un seul moyen d'échapper à la domination de la mort : l'union avec Jésus, auquel le grand corrupteur ne peut pas nuire. Dans YOUCAT 245, nous lisons : "L’onction des malades apporte réconfort, paix et courage, et unit profondément le malade, dans sa situation précaire et de souffrance, avec le Christ, notre Seigneur, qui a connu nos angoisses, et qui a porté nos douleurs en son corps. Chez certains, l’onction des malades opère une guérison corporelle. Mais si Dieu veut rappeler quelqu’un à lui, il lui donne, par l’onction des malades, la force d’affronter les luttes de l’âme et du corps pour se préparer au dernier passage. Dans tous les cas, l’onction des malades offre la grâce du pardon des péchés."

Extreme Unction by Nicolas Poussin, 1638–1640.

La transmission de la force réelle

Non seulement dans les Saintes Écritures, mais partout dans l'Antiquité, nous trouvons l'onction, dans tous les lieux où les rois étaient oints. Nous ne comprenons plus tout à fait ce que les gens ont vu (ou devraient voir) dans cette "onction". Les empereurs étaient représentés comme des dieux, comme si l'onction leur donnait un pouvoir d'autorité de la part de Dieu. Aujourd'hui, nous dirions : on leur a donné une autorité plus ou moins démocratique, dont ils ont si souvent abusé de manière cruelle.

Jésus aimait s'exprimer et exprimer son message dans les choses matérielles : dans le pain, le vin, le sel et le levain, nous le retrouvons. Il reprend également l'"onction", oui, dans l'Evangile de Luc il commence son travail dans ce signe : "L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction." (Lucas 4,18). Jésus permet aussi à une femme de se briser "avec un flacon d’albâtre contenant un parfum très pur et de grande valeur." (Mc 14,3) et le renverser sur sa tête. Le nom d'honneur le plus fort de Jésus était "Christ", qui signifie en grec : l'Oint. Tout l'espoir d'Israël était centré sur la venue de l'Oint - l'hébreu : le Messie. Au milieu des persécutions, les premiers chrétiens n'étaient fiers de rien d'autre que d'être en communion avec Jésus. Pierre et Jean ont été persécutés et jetés en prison, et ils ne comprenaient pas du tout comment on pouvait se mettre en colère et en rage contre celui qui est manifestement contre Jésus. "Hérode et Ponce Pilate, avec les nations et le peuple d’Israël, se sont ligués contre Jésus, ton Saint, ton Serviteur, le Christ à qui tu as donné l’onction." (Actes 4,27) Il est clair que l'onction est une transmission de pouvoir. Et ce pouvoir n'est pas une vague chose divine : c'est le Saint-Esprit. Et ce Saint-Esprit n'est pas une possession exclusive de Jésus. dit Paul : "Celui qui nous rend solides pour le Christ dans nos relations avec vous, celui qui nous a consacrés, c’est Dieu." (2 Cor 1,21)

J'ai besoin de votre onction !

Il y a une merveilleuse histoire des premiers jours du christianisme. Ignace d'Antioche était le troisième évêque de cette ville turque qui s'appelle aujourd'hui Antakya. On dit que Pierre lui-même (!) l'a toujours fait évêque. Vers l'an 107, l'empereur Trajan fit enlever ce vénérable homme et l'amena à Rome pour le jeter aux lions. 2100 km à vol d'oiseau, un long voyage vers une mort certaine. Au cours de ce voyage d'adieu, le vieil évêque a trouvé le temps d'écrire sept lettres à sept paroisses, qui comptent parmi les plus beaux documents de l'église primitive.

Ignace n'y donne pas de conseils démodés et fait semblant : "... comme si j'étais quelque chose. Car bien que je sois enchaîné par mon nom, je ne suis pas encore parfait en Jésus-Christ. Car c'est seulement maintenant que je commence à être le disciple du Christ et que je leur parle comme à mes compagnons". Et c'est à ce niveau qu'Ignace a un dernier souhait pour les chrétiens d'Ephèse : "De vous, j'ai dû être oint pour le combat de la foi, de l'encouragement, de la patience et de la tolerance." Bien qu'Ignace n'ait peut-être pas reçu officiellement le sacrement de l'Onction des malades, j'en suis sûr : l'Onction du Saint-Esprit était sur Ignace lorsque la porte de l'Arène à Rome a été ouverte et que le vieil évêque a été poussé devant les lions. Dans YOUCAT 173, nous lisons : "par l’onction des malades, des désespérés reprennent confiance. Dans tous les sacrements, c’est le Christ lui-même qui est le sacrement. Abandonnant notre égocentrisme, nous grandissons en lui vers la vraie vie qui ne finira jamais." ∎