Fri, June 26, 202010 mins luesBernhard Meuser

Catéchisme, fonction d'enseignant et Dogme

Le catéchisme contient l'enseignement officiel de l'Église. L'enseignement est basé sur la Bible et la tradition. Aperçu des faits les plus importants.

© Photo by Dave H on Flickr.

Définition


Catéchisme/Dogma

Le Catéchisme est un manuel officiel de l'Église, avec lequel les personnes qui sont prêtes à croire peuvent s'informer sur la foi engagée de l'Église. La "catéchèse" (du grec kat'echein = diriger, enseigner) est appelée depuis l'Antiquité l'introduction à la foi. Le fait que l'Église ait un fonction d'enseignement vient d'une instruction de Jésus aux apôtres (aujourd'hui : le Pape, les évêques). Avec l'aide du Saint-Esprit, ils doivent enseigner et soutenir "ce que la parole de Dieu écrite ou transmise contient et présente à l'Église telle que révélée par Dieu pour être crue". (I. Concile du Vatican). L'église peut enseigner fermement en matière de foi et de morale et peut exiger des croyants la soi-disant "obéissance dans la foi" pour un tel enseignement. Le mot dogme (du grec dokein = briller) est utilisé pour décrire une doctrine de foi de l'Église révélée par Dieu, qui a été émise avant la mort du dernier apôtre, est considérée comme irrévocable par l'Église et est requise par toute l'Église pour croire. Un catholique qui rejette publiquement un dogme de l'église est un hérétique. Quiconque, en tant que baptisé, rejette la foi entière de l'Église est un apostat. Tous deux ne sont plus en communion avec l'Eglise - ils seraient excommuniés.

Que dit la Bible ?


La première conviction de l'église primitive est qu'il existe une doctrine contraignante (et pas seulement une vague opinion) dans l'église. Ainsi parle Paul : " Je vous rappelle, frères, l'Evangile que je vous ai annoncé, … par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez tel que je vous l'ai annoncé; autrement, vous auriez cru en vain. (1 Cor 15,1-2) L'autorité des apôtres se fonde sur leur témoignage d'yeux et d'oreilles, ainsi que sur la parole de Jésus : "Celui qui vous écoute m'écoute, et celui qui vous rejette me rejette; et celui qui me rejette rejette celui qui m'a envoyé.“ (Luc 10,16) Paul souligne: "Je vous ai enseigné avant tout, comme je l'avais aussi reçu" (1 Co 15,3). Dans les lettres, on trouve sans cesse des formulations telles que : "Faites toutes choses sans murmures ni hésitations, portant la parole de vie" (Ph 2,14-16) ou : " Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre. (2 Th 2,15). Dans 2 Timothée 4,3, l'apôtre met explicitement en garde contre l'apostasie : " Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs.”

Le petit catéchisme YOUCAT


Il est temps de dire au revoir ?

Aujourd'hui, on peut difficilement imaginer l'enthousiasme euphorique du Concile Vatican II (1962-1965). Même en Occident, la foi catholique est restée profondément enracinée dans la société, bien qu'il y ait eu des incrustations et des ruptures inquiétantes auxquelles l'Église a tenté de dire adieu dans une sorte de grève de libération. L'atmosphère des nouveaux départs s'est même étendue à des environnements éloignés de l'église. Je me souviens encore de l'un des plus grands couturiers parisiens qui, par sympathie, a conçu une collection de vêtements liturgiques futuristes qu'il a fait jouer à des mannequins de danse. Les incroyables pantalons des prêtres semblaient provenir de la salle des accessoires de Star Trek. Grâce à Spock, l'Eglise catholique ne s'intéresse plus aux créations parisiennes.

Je dois penser à ce curieux épisode où des chefs d'église bien intentionnés demandent régulièrement la publication de "vérités catéchistiques expirées", comme s'il s'agissait de vêtements tombés en désuétude et puant comme des boules de naphtaline.

Il est certain que les quatre parties du Catéchisme traitent exclusivement de choses anciennes : le Credo a 1500 ans (et renvoie à des formules confessionnelles encore plus anciennes), les sacrements ont 2000 ans, les Dix Commandements ont environ 3000 ans, et le Notre Père, qui structure l'enseignement de l'Église sur la prière, vient de Jésus, c'est-à-dire de l'heure zéro de l'Église.

Moses Showing the Ten Commandments, by Gustave Doré.

Je ne suis pas particulièrement à l'aise avec l'idée que ces vérités historiquement bien argumentées puissent être remplacées par des "connaissances modernes". Les plus modernes d'aujourd'hui, sont comme des pantalons pattes d'éph de demain. Espérons que l'église ne tombe pas dans l'idée que nous devons redéfinir ce qu'il faut croire tous les cinq ans.

Un pape de Pologne et la crise de la foi

Lorsque, à partir du Conclave * de 1978, un évêque de Pologne étonnamment jeune et puissant a fait la course, l'Église catholique a été surprise par l'agenda de l'homme qui est aujourd'hui vénéré comme le Saint Pape Jean-Paul II. Son avis s'adressait aux églises locales de l'Ouest, en particulier aux Pays-Bas et en France, qui, au lieu d'être en état de veille, étaient en pleine décadence. Le jeune pape a résolument pris des contre-mesures. Presque dès le premier jour de son pontificat, il a poursuivi un projet dans lequel il voyait le véritable achèvement des réformes du Concile Vatican II : la création d'un "nouveau catéchisme" pour l'Église universelle. Il y avait un modèle historique pour cela. Le livre précédent - le "Catechismus Romanus" du Concile de Trente - s'était avéré avoir exactement 400 ans et avait contribué de manière substantielle à la reconstruction de l'Église catholique après la Réforme.

Une tâche similaire consistait maintenant à s'assurer que l'essence de l'Évangile ne se dissolve pas en quoi que ce soit dans les sociétés hautement sécularisées. Pour faire ce travail, il a obtenu le meilleur esprit théologique que l'église avait à l'époque. Le nom de l'homme qui, au début, était plutôt réticent à prendre sa place à la présidence de l'évêque de Munich était Joseph Ratzinger. Lorsque le nouveau préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi s'est finalement mis au travail et que le projet a été connu, une tempête d'indignation a balayé les églises locales en Occident, qui s'est intensifiée en un ouragan lorsque le CEC (Catéchisme de l'Église catholique) a été approuvé par le pape Jean-Paul II en 1992 comme "norme sûre de la foi", est apparu dans plus de 50 langues et a été imprimé des millions de fois. Les forces réformistes autoproclamées ont vu dans sa publication un acte de manipulation autoritaire. Le pape voulait-il ramener l'Église catholique au Moyen Âge ?

Trois arguments contre le catéchisme

Le premier argument qu'ils ont avancé est que le catéchisme n'est plus à jour parce que nous savons maintenant que la foi est quelque chose de vivant, qu'elle ne peut être préservée dans des doctrines mortes et embouteillées. Le deuxième argument concernait une nouvelle appréciation des Écritures. Cette première et plus importante source de révélation devait-elle être à nouveau affaiblie ? Le peuple de Dieu devait-il à nouveau étancher sa soif de foi par l'infusion diluée de la doctrine de l'Église, plutôt que par l'eau claire de la Parole de Dieu ? Le troisième argument concerne l'auto-compréhension de la théologie et va bien au-delà de la critique du catéchisme. Une Église qui a travaillé avec le Magistère, le Dogme et le catéchisme ne prive-t-elle pas une théologie scientifique de son fondement ? Ne devrions-nous pas nécessairement respecter les décisions de conscience des gens au lieu de toujours les mesurer à des règles abstraites ?

Trois arguments contre les arguments

Le premier argument est correct. S'il y avait encore quelqu'un dans l'Église qui disait à ses enfants : "Apprends ton catéchisme par cœur, alors tu as la foi", il faudrait le considérer comme borné. La foi doit être transmise de personne à personne, de cœur à cœur - dans une catéchèse dialogique. Toutefois, cela ne signifie pas que son contenu ne peut pas être raisonnablement présenté et appris. Dans YOUCAT 25, il est dit : "Quand on exprime la foi, il ne s’agit pas de paroles vides de sens mais de réalité. Au cours des siècles, des formulations de foi différentes ont été composées dans l’Église. En nous appuyant sur elles, nous pouvons contempler cette réalité, l’exprimer, l’apprendre, la partager, la célébrer et en vivre. Sans formule fixe, le contenu de la foi se dissout. L’Église accorde donc une grande importance à certaines phrases, dont le texte exact n’a été formulé la plupart du temps que difficilement, afin de protéger le message du Christ d’incompréhensions ou de falsifications.“

Le deuxième argument est également vrai, au moins à moitié. Ce n'est pas le catéchisme qui est la "norma normans non normata" * de l'Église, mais les Saintes Écritures. Il était temps pour l'Église de rouvrir les trésors de la parole de Dieu au peuple de Dieu et d'ériger la plus riche "Tablette de la Parole", comme le Concile l'a utilement demandé. Cela ne signifie pas pour autant que l'église ne vivrait qu'en se référant à la Sainte Écriture comme quelque chose de fermé dans le passé, comme si Dieu n'y était pas aussi une présence vivante. C'est pourquoi YOUCAT 12 dit : "Nous trouvons la vraie foi dans les Saintes Écritures et dans la transmission vivante qu’en fait l’Église (la Tradition). Le Nouveau Testament est né de la foi de l’Église. Écriture et Tradition sont liées. La transmission de la foi ne repose pas en premier lieu sur des textes. Dans les premiers temps de l’Église, on disait que l’Écriture sainte « avant d’être écrite sur du parchemin était écrite dans le cœur de l’Église »." Déjà les disciples et les apôtres ont fait l'expérience de la vie nouvelle surtout à travers la communauté vivante avec Jésus.

The Catechism Lesson, by Jules-Alexis Muenier.

Tout ce que vous devez savoir

Le catéchisme est donc, en un sens, le "livre de la tradition" de l'Église. Il se réfère toujours aux Saintes Écritures et ne dit rien qui ne soit au moins implicitement contenu dans les Saintes Écritures ; mais il contient aussi les éléments qui se sont développés au cours du progrès de la connaissance dans l'Église et qui sont devenus un bien commun de foi contraignante. Sans le Catéchisme, nous ne saurions pas ce que c'est un prêtre, pourquoi nous nous réunissons pour la Sainte Messe le dimanche, pourquoi nous jeûnons pendant le Carême, quand, pourquoi et quoi nous célébrons à Pâques, et mille autres choses et règles de vie de la communauté chrétienne. Refuser le catéchisme au peuple de Dieu, c'est le priver de l'environnement dans lequel il peut vivre et respirer en tant que chrétien. Le troisième argument est complètement faux. L'Église catholique est inconcevable sans un fonction d'enseignement et de dogme. Celui qui la voit ne pratique pas la théologie (= la science de Dieu) - elle sape les fondements. La théologie est la science de la foi, c'est-à-dire : elle ne crée pas la foi, elle la présuppose. Elle éclaire, purifie et explique la foi reçue de l'Église, qui à son tour est dotée de "l'Esprit de vérité" (Jn 14,17) et sait la recevoir de Dieu dans cet esprit. "Parce que Jésus-Christ lui-même ", dit-il dans YOUCAT 13, "a donné l’ordre à ses apôtres d’enseigner, l’Église dispose d’un Magistère et elle ne peut se taire. Certes, des membres individuels de l’Église peuvent se tromper et même commettre des fautes graves, mais considérée dans son ensemble l’Église ne peut jamais tomber hors de la vérité de Dieu. À travers les siècles, l’Église porte une vérité vivante qui est plus grande qu’elle-même. On parle du depositum fidei, du dépôt de la foi qu’il s’agit de conserver. Quand cette vérité est ouvertement contestée ou défigurée, l’Église est invitée à faire briller de nouveau « ce qui a été cru partout, toujours et par tous » (saint Vincent de Lérins, † 450).“

Malheureusement, il y a toujours des théologiens qui disent du mal du catéchisme et ridiculisent le Magistère, comme s'ils s'intéressaient au fait que "nous ne le connaissons pas si bien". Cela ne rend service ni à la société ni à l'église. Parce qu'on dérange les fidèles et qu'on contribue à faire croire au public que le contenu de la foi est un champ de bataille d'opinions et fondamentalement une accumulation irrationnelle de déclarations indéfendables. Toute personne qui accepte la foi pour y construire la maison de sa vie a le droit de savoir ce qu'elle obtient. Dans de vagues hypothèses, il est certain que personne ne deviendrait chrétien. Moi, je demande à savoir ce que ça implique.

Ce que le catéchisme fait et ce qu'il ne fait pas

Il existe une définition claire qui permet de poser chaque mot sur la balance de l'or. Il dit : "Le catéchisme est un livre de l'Église, dans lequel toutes ces choses sont nommées de façon cohérente, éclairées par la raison et garanties par l'Église, ce à quoi on peut raisonnablement s'attendre, ce à quoi on doit nécessairement croire et ce qu'on doit faire constamment pour être chrétien. Dans le catéchisme, il y a des formulations bien couvertes, qui, il est vrai, n'ont pas de valeur éternelle ; elles peuvent être remplacées par des formulations encore meilleures. Même un dogme n'est rien d'autre qu'une formulation standard qui fixe des limites vers le bas ; un jour, avec l'aide de Dieu, nous pourrons peut-être le dire de manière plus précise, plus profonde, plus belle. Mais nous ne pourrons plus nous laisser distancer par ces règlements.

Une église qui cache ses vérités de foi au lieu de les maintenir dans une conversation animée et de les regarder ensemble à chaque nouvelle tentative perd son profil. Mais une église sans profil produit des chrétiens sans profil, si il y a quelqu'un qui s'intéresse encore à elle. Ce qui se passe quand la foi ne peut plus être saisie, Georges Bernanos le décrivait déjà en 1936 dans son journal d'un prêtre de campagne : "Je n'ai pas perdu ma foi. Au fait, l'expression « perdre la foi », comme perdre son portefeuille ou son trousseau de clés, m'a toujours semblé un peu idiote... On ne perd pas sa foi, mais on cesse de former la vie. C'est tout".

Lire le catéchisme - et se remettre en forme, est une recette brillante pour tous les chrétiens et ceux qui veulent l'être. ∎