Fri, April 16, 202110 mins luesBernhard Meuser

Conversion

La conversion dans le christianisme signifie l'initiation personnelle avec Dieu. Une interprétation actualisée basée sur la Bible et le Catéchisme.

Ⓒ Image by Free-Photos from Pixabay

C’est quoi ?


La conversion dans le christianisme signifie le début d’une relation personnelle avec Dieu. C’est le fait de prendre la décision de son plein gré de croire en Jésus Christ comme vrai Dieu et vrai homme et de croire en tout ce qu’il nous a dévoilé. La conversion mène au baptême ou c’est le retour au baptême. La personne convertie peut venir en communion avec Dieu et vivre une vie éternelle, et tout cela est rendu possible par la grâce de Dieu. Dans YOUCAT 196, il est dit que : « Celui qui adhère au christianisme ne change pas seulement son regard sur le monde, il s'engage sur un chemin d'initiation, que l'on appelle catéchuménat, au cours duquel il devient un être nouveau grâce au don du baptême et par sa conversion personnelle. Il est alors un membre vivant du Corps du Christ. »

Que dit la Bible ?


La principale préoccupation de Jésus est que les hommes se tournent vers Dieu : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » (Marc 1,15) Dans la langue grecque du Nouveau Testament, deux mots désignent cette conversion :

  1. Epistrepho = Se tourner vers, retourner, revenir- par exemple lorsqu’il est dit que Jean « fera revenir de nombreux fils d’Israël au Seigneur leur Dieu. » (Luc 1,16) Ou bien lorsque Pierre s’adresse à certains Chrétiens qui étaient « errants comme des brebis ; mais à présent vous êtes retournés vers votre berger, le gardien de vos âmes. » (1 Pierre 2,25), cela fait référence à Jésus.

  2. Metanoia = conversion, repentance, repentir – est un mot encore plus important. Le mot est divisé en deux parties : noein = penser et meta = après. Ce que l’on entend par là est une nouvelle façon de penser, de réévaluer les choses. Jésus a employé ce mot 21 fois, par exemple dans Marc 1,15 : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » A travers cette conversion, Jésus veut défaire le désordre fondamental qui sépare le peuple de Dieu et va jusqu’à l’extraire de sa source. Sans la conversion cela demeure impossible : « et il déclara : ‘Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.’ » (Matthieu 18,3)

Le petit catéchisme YOUCAT


Ensuite il y aura des festivités dans le ciel…

Pour répondre à la question « Comment devenir Chrétien ? », certains diront « Quelle question stupide, ça arrive automatiquement ! ». Personne n’aurait penser ainsi durant le début de la chrétienté. En fait la réponse standard qu’ils auraient eue serait : « Tu dois te repentir ! » Il existe de nombreuses références à ce que cela signifie depuis les cent premières années de notre ère. Par exemple, il y est dit que la personne concernée doit se détourner « de la conduite superficielle héritée de vos pères » (1 Pierre 1,18) et doit mettre de côté « l’homme ancien corrompu par les convoitises qui l’entraînent dans l’erreur. » (Éphésiens 4,22) Nous ne pouvons être Chrétiens si nous continuons d’être « débauché, ou profiteur, idolâtre, ou diffamateur, ivrogne, ou escroc. » (1 Corinthiens 5,11). Être Chrétien revient à être en communion étroite avec le Dieu vivant. Ce qui nous empêche de vivre cette communion est ce qu’on appelle péché. Dans YOUCAT 231, il est dit que « ce qui est indispensable pour le pardon des péchés est la personne qui se convertit. »

Je crois que les premiers Chrétiens avaient raison : être Chrétien n’est pas un automatisme par lequel quelqu’un peut changer de comportement. Être Chrétien est un changement de vie fondamental qui culmine lors du Baptême, mais qui surgit du plus profond de l’âme humaine. S’il s’agissait d’un échange commercial, ce serait un business au cours duquel la personne renoncerait à tout pour tout gagner. Être Chrétien n’est pas une addition pour embellir notre vie quotidienne et la décorer avec un peu d’encens et de sens. C’est un pas vers une nouvelle réalité dans laquelle nous aurons « la vie, la vie en abondance » (Jean 10,10).  

St. John-Marie Vianney

Il ne s’agit pas d’un piège

Nous pouvons même dire qu’il n’est même pas nécessaire de se convertir. Saint Jean-Marie Vianney (le Curé d’Ars) disait : « Si vous demandez réellement la conversion, elle vous sera donnée. » Il faut qu'il y ait ce premier tournant fondamental dans la vie. Mais après ce moment, ce motif reste en nous, afin qu'il y ait une conversion dans la conversion dans la conversion. Cela pourrait en dissuader certains, mais nous pouvons le regarder sous un autre angle. En effet, la beauté de la foi Chrétienne réside dans le savoir que nous tous sommes des débutants, ou plutôt les compagnons peu reluisants de ceux qui sont choisis par Dieu. Même les saints sont des débutants et ne sont pas des experts qui ont tout cerné. D’ailleurs, les saints sont des gens normaux qui essaient de vivre selon la volonté de Dieu jusqu’à ce qu’ils soient officiellement canonisés après leur mort. Lorsque Thérèse d’Avila, principale figure mystique de l’Eglise, a rendu son dernier souffle à Alma de Torres en 1581, elle se considérait comme le plus grand pécheur du monde. Peut-être à juste titre. Elle avait été éblouie par tant de lumière, et avait fait l’expérience d’une union si profonde avec Dieu. Cependant, lorsqu’on revient au monde humain on succombe sous son poids deux fois plus qu’avant. Alors, c'est tout sauf de belles paroles pieuses dites du bout des lèvres quand le Pape va régulièrement se confesser puisque tout Chrétien recommence chaque jour de zéro. Il n’existe pas de professionnels qui commencent directement du niveau 7, et tous ceux qui pensent avoir tout compris et sont convaincus qu’ils sont enfin au niveau 7 devraient veiller à retourner sur le terrain et à recommencer de zéro le plus rapidement possible. Il n’y a pas de piège. Etre un Chrétien n’est pas un piège.

Ai-je vraiment raté ma chance ?

Certaines personnes se disent que c’est trop tard, qu’elles ont ‘raté leur chance’ lorsqu’elles pensent à leurs vies personnelles. Elles croient qu’elles ont trop de bagages, trop de vécu, pour vraiment prendre ce chemin. De plus, elles ont leur fierté, elles ne veulent pas ‘ramper vers la croix’, comme l’a dit Heinrich Heine. Aucune condition préalable n’est requise pour monter à bord de ce bateau en particulier, mais ce n’est pas sans conséquence. Vous n'avez pas besoin d'obtenir un billet spécial qui vous oblige à vous soumettre à un test de talent ou à une fouille corporelle au préalable. N’importe qui peut embarquer, même ceux qui sont dans le pétrin ou qui se sentent sans valeur. Cela englobe également tous ceux qui sombrent sous le poids des dettes, ceux qui sont incapables de gérer leurs émotions, ceux qui sont dans des relations instables ou encore ceux qui ont plus de questions que de réponses. Vous pouvez être divorcé pour la troisième, quatrième ou cinquième fois, être dépendent à l’alcool, aux drogues, à l’internet (ou les trois en même temps), vous pouvez être un ancien croyant et avoir perdu votre foi au milieu de la foule. Tout cela n’a aucune importance. Devenir Chrétien ne nécessite pas d’avoir une vie parfaite comme le slogan qui dit « Tout d’abord je vais mettre ma vie en ordre ensuite je me rendrai devant Dieu ». Vous ne serez jamais Chrétiens de cette façon. Personne n’a une vie parfaite ! C’est l’instant présent qui compte le plus, ce moment uniquement, peu importe les évènements passés. Erik Peterson a observé que Jésus est entouré par des gens malades qui ont des imperfections comme s’il les avait attirés vers lui. Avoir des faiblesses est soi-disant la ‘carte de permis’ permanente pour accéder à Jésus, il ne peut rien accomplir avec des personnes sans faiblesses. Celui qui n'a pas de zone d’ombre n'aspire pas à la lumière et c’est cette aspiration, cette soif qui importe le plus. Dans YOUCAT 408, nous lisons : « Nous sommes entourés par l’amour de Dieu à chaque instant, dans chaque situation ‘complexe’ voire même dans notre état de péché. Dieu nous aide à chercher toute la vérité sur l’amour et à trouver des moyens afin de vivre de plus en plus sans ambiguïté et de manière plus décisive. » Luc nous dit dans l’Evangile « qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion. » (Luc 15,7) J’aime mettre cela en perspective avec des termes concrets. Nous faisons un petit pas vers Dieu ici, sur Terre, et il y aura des festivités au paradis !

Que gagne-t-on ?

Que vous le croyez ou non, il y a des années, j'ai dressé une liste de tous les avantages matériaux et tangibles- tels que je les ai vécus, dans le but de convaincre les sceptiques avant qu'ils ne meurent. Je lis encore cette liste avec une ferme conviction intérieure. La voici :

  • Vous éprouvez une joie intérieure profonde.

  • Vous commencez votre journée différemment et la terminez de même.

  • Vous pouvez regarder en arrière sans amertume.

  • On a besoin de vous.

  • Vous vous sentez en sécurité avec Dieu.

  • Vous avez une vision claire des choses et bénéficiez d'un support intérieur.

  • Vous pouvez vous réconcilier avec votre passé.

  • Vous devenez reconnaissant.

  • Vous pouvez regarder vers l'avenir sans crainte.

  • La fête fera partie de votre vie.

  • Vous ressentez une paix intérieure.

  • Vous avez une raison d’être et une raison pour lutter.

  • Vous devenez immunisés contre le désespoir.

  • Vous devenez un soutien pour ceux qui vous entourent.

  • Vous pouvez lever les yeux vers le ciel et savoir qu'il y a quelqu'un là-haut qui vous aime.

  • Vous voyez au-delà du "hasard" et vous vous sentez guidés par Dieu.

  • Vous découvrez votre dignité et vous êtes libérés de l’autodépréciation.

  • Vous soudez des amitiés solides.

  • Vous savez par où commencer lorsque vous êtes exposé à des dépendances et des addictions.

  • Vous réfléchissez mieux.

  • Vous trouvez des rituels anciens qui sont bons pour votre âme.

  • Vous vous sentez plus libre.

  • Vous voyez le monde avec des yeux neufs et vous vous réjouissez de la Création.

  • Vous éprouvez la grâce et la protection de Dieu.

  • Vous devenez plus aimable et faites preuve de bonté.

  • Votre peur de la vie et de l'avenir décroît.

  • Vous recevez de la force pour traverser de très longues distances et pour accomplir les tâches difficiles.

  • Vous pouvez bien canaliser vos émotions et mieux gérer la souffrance.

  • Vous devenez membre d'un réseau mondial, où que vous alliez, les gens vous accueillent comme "l'un des nôtres".  Vous éprouverez les sentiments de la convivialité et de l'hospitalité au-delà des langues et des frontières nationales.

  • Vous acceptez la défaite calmement.

  • Vous pouvez lâcher prise.

  • Vous avez une idée de ce que sera la mort.

  • Vous trouvez le courage d'avoir une attente incroyable de la vie.

Quel est le piège ?

Les points positifs semblent parfaits. Cependant où réside le piège ? Quel est le prix à payer ? Devons-nous laisser notre cerveau de côté et marcher les yeux fermés ? Devons-nous nous plier en quatre ? Devons-nous dire « oui » et « amen » pour tout ? Sombrons-nous dans un irrationalisme sans fondement ? Cela signifie-t-il que rien n’est impossible ? Allons-nous finir dans une zone où tout divertissement est interdit, dans un dédale singulier de règles et d’interdits ? Est-ce que tout ce qui est amusant sera écarté ? Allons-nous trouver de mauvaises personnes et de la mauvaise musique ? Tout sera-t-il extrêmement épuisant ? Et bien non. Il n’y a pas de piège sauf si vous vous attendez à un paradis sans aucun problème et avec la compagnie de gens parfaits. Ou peut-être pensez-vous que tout ce que vous avez à faire, c’est de changer les réglages de votre cerveau pour voir la vie en rose. Des millions de personnes se sont assises devant leurs écrans en avril 2005 lorsque le nouveau Pape Benoît XVI a pris ses fonctions. En ce temps-là, l'homme de 78 ans s'est explicitement adressé aux jeunes. Il fit référence à sa longue vie et à son expérience en affirmant : "Ne craignez pas le Christ ! Il ne prend rien, et vous donne tout. Quiconque se donne à Lui recevra tout au centuple." Il ne prend rien, et vous donne tout. Le Pape Benoît a invité les gens à la foi chrétienne et a trouvé de forts arguments pour le faire : « Nous ne sommes pas l’accidentel ou le vain produit de l’évolution. Chacun de nous est le fruit de la volonté de Dieu. Nous sommes tous désirés, aimés et nécessaires. Il n’y a rien de plus beau que de se retrouver grâce à l’Evangile, et au Christ. Il n’y a rien de plus beau que de Le connaitre et d’offrir cette amitié avec Lui aux autres. Je suis saisi par cela. Néanmoins, je voudrais dire : si vous croyez et si vous voulez bâtir votre vie sur de nouvelles fondations - ne le faites pas pour les avantages ou pour les effets positifs. Ne le faites pas pour votre équilibre émotionnel, ni pour confronter votre peur ou pour parvenir à une plus grande stabilité émotionnelle. Surtout, ne le faites pas car vous accordez une faveur à votre mère ou petit(e) ami.

Faites-le parce que Dieu est là.

C'est la seule raison pour prendre le "nouveau chemin" et pour changer de cap complètement. » ∎