mer. 6 avril 202210 mins luesFather Hans Buob

Dimanche des Rameaux

Homélies bibliques sur les Évangiles du dimanche en lecture Année C

Christ's Entry into Jerusalem, by Jean-Hippolyte Flandrin (1842-1848).

Passages bibliques


Luc 19,28-40

Après avoir ainsi parlé, Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem. Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de Béthanie, près de l’endroit appelé mont des Oliviers, il envoya deux de ses disciples, en disant : « Allez à ce village d’en face. À l’entrée, vous trouverez un petit âne attaché, sur lequel personne ne s’est encore assis. Détachez-le et amenez-le. Si l’on vous demande : “Pourquoi le détachez-vous ?” vous répondrez : “Parce que le Seigneur en a besoin.” » Les envoyés partirent et trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit. Alors qu’ils détachaient le petit âne, ses maîtres leur demandèrent : « Pourquoi détachez-vous l’âne ? » Ils répondirent : « Parce que le Seigneur en a besoin. » Ils amenèrent l’âne auprès de Jésus, jetèrent leurs manteaux dessus, et y firent monter Jésus. À mesure que Jésus avançait, les gens étendaient leurs manteaux sur le chemin. Alors que déjà Jésus approchait de la descente du mont des Oliviers, toute la foule des disciples, remplie de joie, se mit à louer Dieu à pleine voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus, et ils disaient : « Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur. Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! » Quelques pharisiens, qui se trouvaient dans la foule, dirent à Jésus : « Maître, réprimande tes disciples ! » Mais il prit la parole en disant : « Je vous le dis : si eux se taisent, les pierres crieront. »

Homélies bibliques


Après avoir ainsi parlé, Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem. Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de Béthanie, près de l’endroit appelé mont des Oliviers, il envoya deux de ses disciples, en disant : « Allez à ce village d’en face. À l’entrée, vous trouverez un petit âne attaché, sur lequel personne ne s’est encore assis. Détachez-le et amenez-le. Si l’on vous demande : “Pourquoi le détachez-vous ?” vous répondrez : “Parce que le Seigneur en a besoin.” » Les envoyés partirent et trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit. Alors qu’ils détachaient le petit âne, ses maîtres leur demandèrent : « Pourquoi détachez-vous l’âne ? » Ils répondirent : « Parce que le Seigneur en a besoin. » (cf. verset 28-34)

Jusqu'à présent, Jésus s'est soustrait à l'hommage du peuple. Il ne l'a jamais permis tout au long du chemin de Galilée à Jérusalem, ce que l'on appelle le chemin de la succession de Jésus. En chemin, il a enseigné aux disciples ce que signifie être un disciple. Et maintenant, il arrive enfin à Jérusalem.

Il vient d'abord à Béthanie, près de Béthanie. Et ce qu'il a toujours évité jusqu'à présent, afin que ses ennemis ne puissent pas lui faire quoi que ce soit tant que son heure n'est pas encore venue, il le fait maintenant : il veut aussi se révéler comme le Messie au milieu du peuple. C'est maintenant qu'ils doivent le reconnaître. Car son heure est venue.

Il charge les disciples d'aller chercher un ânon sur lequel personne ne s'est encore assis. Cela indique la grande importance de l'événement à venir, car des animaux qui n'ont jamais été utilisés pour travailler ont été choisis à des fins sacrées. Ainsi, un animal sur lequel personne ne s'est jamais assis indique qu'il s'agit d'un grand événement. Et c'est ainsi que Jésus inaugure sa royauté messianique avec un animal qui n'a pas encore été monté. Si le propriétaire de l'ânon de bât libère l'animal uniquement sur la parole : "Le Seigneur a besoin ...", on peut supposer que Jésus lui est bien connu.

Ils amenèrent l’âne auprès de Jésus, jetèrent leurs manteaux dessus, et y firent monter Jésus. À mesure que Jésus avançait, les gens étendaient leurs manteaux sur le chemin. Alors que déjà Jésus approchait de la descente du mont des Oliviers, toute la foule des disciples, remplie de joie, se mit à louer Dieu à pleine voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus, et ils disaient : « Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur. Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! » (cf. verset 35-38)

Les disciples jettent leurs vêtements de dessus sur l'âne en signe d'hommage, mais aussi en signe de dévotion. Le point culminant de l'exultation se produit lorsqu'ils montent de Béthanie au mont des Oliviers et qu'ils voient Jérusalem et le temple devant eux. C'est le point culminant de l'exultation de ses disciples, c'est-à-dire de tous ceux qui, pendant tous ces mois, sont montés avec lui de Galilée à Jérusalem, où son heure doit s'accomplir : l'heure de la mort et de la résurrection. Et plus ils s'approchent de la ville, en descendant le mont des Oliviers, plus ils se réjouissent des miracles et des grandes œuvres de Jésus, dont ils ont été témoins tout au long du chemin de Galilée jusqu'ici. Ils entament même le grand Hallel, le grand Alléluia, qui est chanté à la fin de la Pâque et lors de la fête des Tabernacles. Dans son début : "qui vient au nom du Seigneur", cet alléluia prend une signification messianique. Celui qui vient est accueilli publiquement par eux comme un roi, et cette royauté lui est promise, chantée et acclamée. Cette acclamation exprime le fait que Jésus est envoyé par Dieu.

Les mots "Au ciel, paix et gloire au plus haut des cieux !" sont alors un hymne d'adoration au Christ. Elles trouvent leur équivalent dans le chant de louange des anges sur les couloirs de Bethléem lors de la naissance du Seigneur au début de sa vie. Et ici, à la fin de sa vie, les mêmes paroles. Il y a la paix dans le ciel, parce que Dieu a eu pitié de son peuple - par le Messie qui entre maintenant dans sa ville, et par sa mission de roi de paix.

Quelques pharisiens, qui se trouvaient dans la foule, dirent à Jésus : « Maître, réprimande tes disciples ! » Mais il prit la parole en disant : « Je vous le dis : si eux se taisent, les pierres crieront. » (cf. verset 39-40)

Les acclamations ne passent évidemment pas inaperçues. Et pour voir ce qui se passe, les pharisiens se mêlent à la foule en liesse. Mais ils ne parviennent pas à faire taire le peuple. Les disciples de Jésus ne peuvent plus être freinés dans leur enthousiasme, parce qu'ils ont justement vu les exploits de Jésus et entendu ses paroles pendant des mois sur tout le chemin vers Jérusalem.

Jesus aber bekennt sich ohne Zögern zum Jubel des Volkes:

"S'ils se taisent, les pierres crieront". C'est une allusion à la destruction de Jérusalem en l'an 70 de notre ère. Alors les pierres crieront. Alors s'abattra sur elles le jugement que Jésus a prédit. Les pierres de la ville et du temple témoigneront alors du rejet du Messie, car ce rejet était la raison de la destruction de Jérusalem. C'est ce que Jésus leur dit ici très clairement.

Jusqu'à présent, pendant les trois années du long voyage vers Jérusalem, Jésus a toujours interdit aux gens de l'appeler Messie, parce que son heure n'était pas encore venue. Mais maintenant, elle est là. Maintenant, avant sa mort, il veut que les gens sachent qu'il est le Sauveur. Déjà à Jéricho, avant de monter à Jérusalem à travers le désert, il s'est laissé appeler "fils de David" par l'aveugle et ne s'est plus opposé à ce titre. Et maintenant, Jérusalem, voire tout Israël, doit décider s'il l'accepte ou non comme son roi et son sauveur.

Les pharisiens, qui le rejettent et ne l'acceptent pas comme roi et sauveur, témoignent en fait très clairement de l'ambiance qui règne à Jérusalem. Et cela conduit ensuite à sa mort et à la ruine de Jérusalem en 70 : ils ne laisseront "pas pierre sur pierre, car tu n'as pas connu le temps de la grâce". (Lc 19,44) et : "Un temps viendra où, de tout ce que vous voyez ici, il ne restera pas pierre sur pierre ; tout sera renversé". (Lc 21,6)

La question qui nous est posée aujourd'hui, en ce dimanche des Rameaux, est donc la suivante : est-ce que j'accepte Jésus comme mon sauveur et mon roi ? Est-ce que je le reconnais seulement ou est-ce que j'accepte aussi son salut ? Est-ce que j'accepte sa grâce ? Est-ce que j'accepte sa réconciliation dans les sacrements ? Est-ce que j'accepte tout cela ou suis-je un chrétien qui n'accepte rien ? Mais alors, suis-je encore chrétien ?

Les pierres qui ne restent plus les unes sur les autres parce qu'elles ne reconnaissent pas l'heure de la visitation, cela devrait aussi nous rappeler les signes des temps. Est-ce que je me laisse encore interpeller par les signes des temps et est-ce que j'en suis conscient : si nous rejetons le Christ, la conséquence en est la destruction, et non la paix et la liberté ? Le rejet de Dieu conduit à la destruction. Cela s'est déjà produit au paradis. Par le péché, l'homme s'est détruit lui-même et a détruit son bonheur. Si nous ne retrouvons pas le Christ personnellement, mais aussi en tant qu'église et peuple, la conséquence en est la destruction sous une forme ou une autre. Regardons donc notre peuple, combien il est déjà malade, combien d'âmes sont déjà détruites. Beaucoup sont tellement détruites que personne ne peut plus les guérir, sauf Dieu. Ce sont des questions très importantes que chacun doit se poser aujourd'hui. ∎