ven. 20 novembre 202010 mins lues

Quels sont les 7 dons du Saint-Esprit ?

Quels sont les 7 dons du Saint-Esprit et comment sont-ils décrits dans la Bible. Dans cet article, vous trouverez toutes les réponses.

© Image by Tobias Huber from Pixabay.

Définition


Les sept dons du Saint-Esprit

L'Esprit Saint promis par Jésus aux disciples est présent dans le Nouveau Testament en trois mots : dynamis (= omnipotence de Dieu), energeia (= puissance efficace), pneuma (= souffle vivant). Dans l'Esprit Saint, nous avons reçu la plénitude de la grâce. Le discours biblique sur les "Sept dons du Saint-Esprit" précise quels dons peuvent et doivent devenir visibles et possibles pour chaque croyant grâce au don du Saint-Esprit. Il parle de charisme ou de charismes (en grec ancien = don donné par la bonté.)

Que dit la Bible ?


Dans le Nouveau Testament, nous trouvons dans plusieurs passages des listes des "dons du Saint-Esprit", dont beaucoup se recoupent - par exemple Romains 12,6-8 ; 1 Corinthiens 12,8-10 ; 1 Corinthiens 12,28-31 ; Ephésiens 4,7.11s. ; 1 Pierre 4,10-11. Traditionnellement, dans l'église, on parle des "sept" dons du Saint-Esprit. YOUCAT 310 : "Les dons du Saint-Esprit sont : la sagesse, l’intelligence, le conseil, la force, la science, la piété et la crainte de Dieu. L’Esprit-Saint en « dote » les chrétiens : c’est-à-dire qu’il leur accorde certaines forces pour compléter leurs dispositions naturelles, et leur donne ainsi la possibilité de devenir des instruments spécifiques de Dieu en ce monde."

Le petit catéchisme YOUCAT


Le plan secret de l'Eglise

À Neuburg an der Donau (Allemagne), il y a une belle église ancienne où il suffit de regarder le plafond pour découvrir les "Sept dons du Saint-Esprit". Dans un court métrage, Annemarie Strahl explique en quoi consiste ce curieux travail. Son explication est belle et précise : le Saint-Esprit est représenté "pendant la construction de l'église. Il est là, là où dans un plafond voûté se trouve la clé de voûte, sans laquelle une voûte s'effondre. Notre église n'existe que parce que le Saint-Esprit est présent et déverse ses dons... Les sept cadeaux circulent dans sept directions différentes, et chacun d'entre eux, je crois, a reçu un ou plusieurs cadeaux - je ne pense pas qu'une seule personne les ait tous reçus." C'est exactement ce qu'il dit dans YOUCAT 119 à la question "Quelle est l’action de l’Esprit-Saint dans l’Église ?" Réponse : "L’Esprit-Saint édifie l’ Église. Il la stimule et lui rappelle sa mission. Il appelle des personnes à son service et leur confère les dons nécessaires. Il nous conduit dans une communion de plus en plus profonde avec la Sainte Trinité."

De nombreux architectes gâchent l'église

En Allemagne, il existe un dicton : "Beaucoup de cuisiniers gâchent le bouillon". L'un d'eux ajoute un peu de sel. L'autre dit : "Maintenant, une autre cuillère de miel !" Le troisième dit : "Du porridge sans ail ? Il n'y a pas d'ail ! Vous pariez que le porridge ne sera pas comestible !" L'église devient tout aussi immangeable lorsque les architectes autoproclamés pensent que l'église est ce que nous, les humains, en faisons. Voici un autre livre intelligent ! Il y a un nouveau comité ! Et voici un fabuleux mémoire ! Sans restriction, ils retouchent l'église pour en adoucir les bords et en rendre l'apparence plus acceptable aux yeux des contemporains. Les gens peuvent servir l'église en écoutant Dieu. Mais en fin de compte, l'église n'a qu'un seul maître d'œuvre. Il est invisible, il ne peut être perçu qu'avec les sens les plus fins, mais il est très actif. C’est l’Esprit-Saint "qui maintient l’ensemble de l’Église dans la vérité et qui la mène toujours plus loin dans la connaissance de Dieu. C’est l’Esprit-Saint qui agit dans les sacrements et qui rend vivante pour nous l’Écriture sainte." (YOUCAT 119) Et c'est ce qui compte. En tant qu'association avec des idéaux élevés, en tant que communauté humaine, en tant que groupe, en tant que parti - en général en tant qu'entité sociologique - l'église n'est pas intéressante.

Le fait que c'est le Saint-Esprit qui agit dans l'Église est évident, du simple fait qu'il existe toujours après 2000 ans. Au cours de sa longue histoire, tout a été fait avec l'Église : elle a été interdite ou utilisée, élevée au ciel ou maudite, soudoyée ou persécutée, emprisonnée ou exclue - et tous les quelques ans, elle a été déclarée morte. Napoléon a un jour menacé le négociateur du Vatican Consalvi : "Vous rendez-vous compte, Éminence, que je peux détruire votre Église à tout moment ?" Consalvi a répondu : "Vous vous rendez compte, Éminence, que même nous, prêtres, n'avons pas réussi à faire cela en dix-huit siècles" et une autre chose parle au nom du mystérieux architecte spirituel : "Ses deux mille ans d’existence et les nombreux saints de toute époque et de toute culture sont à eux seuls les preuves visibles de la présence de l’Esprit-Saint." (YOUCAT 119).

Lorsque l'Eglise a été plongée dans l'argent, le pouvoir et la gloire il y a 800 ans, ce ne sont pas les papes et les prélats qui l'ont sauvée de la ruine. Un petit homme nommé Francis l'a reconstruite dans l'Esprit Saint. Et lorsque Rome a été jugée par la Réforme il y a 500 ans et mise à sac par des armées de mercenaires, ce ne sont pas encore les papes et les prélats qui l'ont tirée de la boue, mais un saint fou de Dieu, Philippe Néri, et un saint soldat de Dieu, Ignace de Loyola.

Les éléments constitutifs d'une église avec un esprit de mouvement

L'Église a d'abord besoin du don de la sagesse - ou (pour utiliser un autre terme) de "l'esprit de discernement". Dans 1 Jean 4,1, il est dit : "Bien-aimés, ne vous fiez pas à n’importe quelle inspiration, mais examinez les esprits pour voir s’ils sont de Dieu, car beaucoup de faux prophètes se sont répandus dans le monde." C'est pourquoi les sages chrétiens disent souvent : "Laissez-moi prier et dormir une nuit, ensuite je pourrai décider."

L'église a alors besoin du don de compréhension. Comprendre signifie : ne restez pas à la surface, mais regardez dans les profondeurs ! Recevez ce que Dieu veut vous dire ou vous montrer. Le "cœur qui écoute" (1 Rois 3,9) que le sage roi Salomon a demandé se retrouve chez les deux disciples d'Emmaüs, qui sortent avec des pensées sombres jusqu'à ce qu'une mystérieuse troisième personne les rejoigne. Les yeux des désespérés ne s'ouvrent qu'à la rupture du pain. Sans leur compréhension, nous ne saurions jamais, "ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas venu à l’esprit de l’homme, ce que Dieu a préparé pour ceux dont il est aimé.Et c’est à nous que Dieu, par l’Esprit, en a fait la révélation. Car l’Esprit scrute le fond de toutes choses, même les profondeurs de Dieu." (1 Co 2,9-10)

L'Église a besoin du don de conseil. Parce que nous sommes souvent perdus - et notre perplexité provoque des actions de court-circuit. Être chrétien, c'est vivre de confiance et de patience, c'est attendre la main de Dieu. Le moment venu, nous saurons clairement ce qui est juste. Nous pouvons penser à la parole que Jésus a donnée à ses disciples pour l'heure où ils seraient amenés en jugement : "Quand on vous livrera, ne vous inquiétez pas de savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n’est pas vous qui parlerez, c’est l’Esprit de votre Père qui parlera en vous." (Mt 10, 19-20)

L'Église a besoin du don de la force. On peut aussi dire : Il faut du courage et des prophètes.. "Celui qui est fort", dit YOUCAT 303, "intervient constamment pour le défendre, quand bien même il lui faudrait, en cas extrême, aller jusqu’au sacrifice de sa vie." Les vrais serviteurs de Dieu se conforment à 2 Tim 4,2 : "Proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps." Un courageux résistant à Hitler, Robert Prince d'Arenberg, a déclaré : "Ils ne peuvent rien faire d'autre que me tuer. Et même s'ils me tuent, ils ne me tueront pas".

L'Église a également besoin du don de la connaissance. Par là, elle ne se réfère pas simplement à la raison humaine, mais à cette "connaissance" qui est rapportée sur Jésus dans l'histoire de la femme au puits de Jacob (Jn 4). Bien que Jésus ne connaisse pas la femme, il est capable de saisir son besoin intérieur et de lui montrer le chemin de la guérison. Dans l'Église, nous trouvons souvent ce don de la connaissance chez des confesseurs sages et des personnes qui accompagnent spirituellement les autres.

L'Église a alors besoin du don de la piété. Une personne est pieuse lorsqu'elle a fait de Dieu le centre de sa pensée, de son jugement et de son action. "Lorsque vous avez reconnu Dieu", dit-il dans YOUCAT 34, "il convient de lui donner la première place dans votre vie." La miséricorde est un autre mot pour désigner l'abandon à Dieu. De la grâce de Dieu, Tite 2,11-12 dit : "Car la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. Elle nous apprend à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété."

Enfin, l'Église a besoin du don de la crainte de Dieu. Pour beaucoup d'hommes et de femmes modernes, cela semble étrange. Mais l'homme qui craint Dieu place la volonté de Dieu au-dessus de ses plans personnels ; il fait tout son possible pour vivre selon les commandements de Dieu et ne pas les transgresser. ∎