ven. 6 août 202110 mins luesBernhard Meuser

La prière dans la Bible

Ils sont un recueil de chants et de prières, certains d'entre eux vieux de plusieurs milliers d'années, qui sont encore priés aujourd'hui dans la communauté de l'église - dans la Liturgie des Heures.

© Photo by Tima Miroshnichenko from Pexels

Qu'est-ce que c'est ?


Les Saintes Écritures ne sont pas un seul livre, mais toute une bibliothèque. Elle contient les textes les plus divers, - récits mythiques, récits historiques, hymnes, textes de loi, chansons d'amour ; on y trouve même de petits romans. Un ensemble de textes raconte l'histoire d'Israël et les débuts de l'Église. Tissées dans ce corpus comme de précieuses perles étincelantes, on trouve une série de prières. Avec elles, encore et encore, les hommes et les femmes ont levé les bras pour se connecter au le ciel et à la terre. Pour les chrétiens comme pour les juifs, tout commence et se termine par une prière :  « Tant que Moïse levait les bras, Israël était plus fort ; mais á chaque fois qu'il baissait les bras, Amalek était plus fort. Aaron et Hur soutenaient ses bras, un à droite et l'autre à gauche, de sorte que ses mains restèrent levées jusqu'au coucher du soleil. » (Ex 17,11) Quelqu'un a compté et a découvert un total de 215 prières dans les Écritures. Il n'est pas rare que ces prières se trouvent aux tournants et aux points culminants des relations entre les croyants et Dieu. « Priez sans cesse », recommande Paul dans 1 Thess 5,17.

Que dit la Bible ?


L'histoire d'Israël est l'histoire de la découverte du seul vrai Dieu. La première personne dans la Bible à entrer dans un échange vivant avec Dieu, et donc à prier, fut Abraham (Gn 20,17) « Abraham, » dit YOUCAT 471, « écoutait Dieu. Il voulait aller là où Dieu voulait et de faire ce que Dieu voulait... Quand Abraham vit que Dieu voulait détruire la ville pécheresse de Sodome, il intercéda en sa faveur. Il lutta même avec persistance avec Dieu. Son intercession pour Sodome est la première grande supplication dans l'histoire du peuple de Dieu. » Depuis Abraham, le croyant prie. Les principaux héros de la prière dans l'Ancien Testament sont Moïse (« Le Seigneur et Moïse parlaient face à face, comme les hommes se parlent. » Ex 3,11) et David, que la tradition nomme comme l'auteur de 150 psaumes de la Bible. « Les Psaumes, » dit YOUCAT 473, « appartiennent, avec l'Oraison dominicale, au plus grand trésor de prière de l'Église. En eux, la louange de Dieu est chantée d'une manière éternelle. Ils sont un recueil de chants et de prières, certains d'entre eux vieux de plusieurs milliers d'années, qui sont encore priés aujourd'hui dans la communauté de l'église - dans la Liturgie des Heures. Les Psaumes sont parmi les plus beaux textes de la littérature mondiale et touchent aussi les hommes modernes directement à travers leur spiritualité. Puissance. » Israël appelle Dieu « le soir, le matin et à midi » (Ps 55,18) et à partir du verset du Psaume « Sept fois par jour je chante ta louange » (Ps 119,164) est développée la prière des heures de l'Église. D´autres traditions religieuses, comme l’islam s’en inspirent : les cinq temps de prière quotidienne, le Salah et le Tawāf, ou les sept temps autour de la Kaaba. Dans le Nouveau Testament, la prière prend son envol avec l'hymne de louange de Marie, le Magnificat. « Jésus » est dit dans YOUCAT 474 « apprit à prier dans sa famille et à la synagogue. Mais Jésus est allé au-delà des limites de la prière traditionnelle. Sa prière montre une telle connexion avec le Père céleste que seul celui qui est 'Fils de Dieu' peut l'avoir. » Au cœur des Evangiles, la prière de Jésus, le Notre-Père, qui est le modèle de la prière chrétienne.

Le petit catéchisme YOUCAT


Centrée sur Dieu 

Sainte Mère Teresa de Calcutta (1910-1997) a autant d'admirateurs que de détracteurs. Ceux qui ne l'aiment pas la considèrent comme une catholique un peu étroite d'esprit et faisant du prosélytisme et cherchant à convertir chacun au catholicisme. C’est faux ! Elle a accompagné plus d'hindous et de musulmans dans leur dernière heure que de chrétiens, respectant toujours leurs croyances et coutumes religieuses. Elle financait des funérailles selon les rites propres de ces personnes. "La race et la religion ?", a-t-elle dit un jour, "peu importe, nous sommes tous des enfants de Dieu, créés pour aimer et être aimés".  Elle était fascinée par plusieurs expressions de foi des autres traditions religieuses et essayait d'en tirer des enseignements. Ainsi, un jour, elle dit à ses sœurs : « Les hindous donnent un tikka sur le front (un point rouge) - ils l'utilisent pour la beauté, mais il a une signification immense : il recentre l’homme sur Dieu. » 

Mother Teresa prays at the Missionaries of Charity in East Beirut, Aug. 15, 1982. Ⓒ Alexis Duclos, The Associated Press.

Le point sur le front 

J'aime le mot "centrée sur Dieu". Il réunit deux mondes - le monde des Écritures et celui de ma vie. Nous nous interrogeons tous : quel est le sens de la vie ? Que va-t-il m'arriver ? Quel avenir pour mes enfants ? Comment évolue notre société ? Quel avenir pour la planète ? Que sera demain pour nous ? Sur quoi devons-nous nous concentrer ? « Concentrez-vous sur votre rêve », dit le coach lifestyle. Bouddha dit : « Concentrez-vous sur le moment présent. Le consultant en affaires recommande : « Concentrez-vous sur votre compétence de base ». Le Dalaï Lama dit : « Concentrez-vous sur la beauté intérieure. Seules les Écritures m'éloignent d'un cercle fermé et centré sur mom seul « moi ». La Parole nous invite à nous décentrer : « Écoute, Israël ! L'Éternel notre Dieu, l'Éternel est seul. C'est pourquoi tu aimeras l'Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Et ces paroles, auxquelles je t'engage aujourd'hui, seront écrites sur ton cœur... Elles deviendront un ornement sur ton front. » (Dt 6, 4.8)

Et revoilà - le tikka, (le point rouge), la marque sur le front. C'est lui qui nous recentre, c'est-à-dire qui nous dirige vers l’essentiel. Il indique le but du voyage porté par la prière. C'est pourquoi le christianisme sans prière - c'est-à-dire sans contact vivant avec Dieu - est tout simplement impensable, il ressemblerait à … une « soupe froide ». 

Se relier à Dieu 

Dans l'Ancien Testament, on voit déjà comment le chaos devient un monde. Mais dont on a l'impression qu'il s'éloigne chaque jour davantage de son origine, du Paradis. Depuis toujours et sans cesse, de nouvelles vagues de violence et de destruction déferlent sur l'humanité. Même si des gens héroïques se dressent contre lui, le mal est puissant. Sans l’intervention de Dieu, l'histoire de l’humanité ne serait qu’un drame, une histoire désastreuse et triste. Le salut vient dans le monde par l’intervention de Dieu.

Dans l'Ancien Testament Dieu s'avance et entame une conversation avec l’humanité. Souvent de façon inattendue. Ce fut ainsi avec Moïse. Ce n'est pas lui qui a eu l'idée de prier. Dieu l'a conduit dans le néant de la steppe, près d'un buisson d'épines à moitié séché qui « brûlait sans se consumer ». YOUCAT 472 dit : « De Moïse, nous pouvons apprendre que prier, c'est 'parler avec Dieu'. Au buisson ardent, Dieu est entré dans une vraie conversation avec Moïse et lui a donné un message. Moïse a soulevé des objections et posé des questions. Finalement, Dieu lui a révélé son saint nom. Tout comme Moïse a fait confiance à Dieu à ce moment-là et s'est permis d'être complètement mandaté, nous devons donc nous aussi prier et entrer ainsi à l'école de Dieu." 

Dieu parle toujours de la même manière aujourd’hui. Il frappe à toutes les portes de nos vies. Mais, nous n'entendons pas toujours son appel. Mais quand nous ouvrons la porte, IL est là et nous parle. YOUCAT 470 : « On se sent seul, on n'a personne à qui parler, puis on sent que Dieu est toujours là pour parler. On est en danger et on apprend que l'appel à l'aide est entendu par Dieu. Prier est aussi humain que respirer, manger, aimer. Prier purifie. Prier permet de résister à la tentation. Prier renforce le faible. Prier enlève la peur, intensifie la force, rend endurant. Prier nous rend heureux.Les chrétiens portent « un point invisible sur leur front ». On pourrait dire qu’ ils portent une étoile dans leur poitrine, un mystère qui les guide infailliblement, qui les rend proches de Dieu. 

Prier avec Jésus 

Si prier signifie être en contact avec la source de tout, alors seul Jésus est maître en matière de prière. Jésus est le point focal des Saintes Écritures. Toutes les prières, toutes les louanges, les demandes, les actions de grâce, les lamentations sont orientées vers Jésus. La récitation des Psaumes, qui existe depuis des millénaires, est un cri sans fin formulé dans des millions de monastères, d'églises et de cathédrales. Réciter et prier les psaumes, c'est parler, crier, se réjouir « par, avec et en Jésus ». Une grande image de Jésus en prière est celle de l’agonie au Mont des Oliviers. Jésus, pleinement humain y porte toutes les peurs humaines. Les mains levées vers le ciel, il sue du sang (Lc 22,44). Jésus transforme le drame de tout échec sur terre en une confiance avec Dieu, c'est pourquoi il dit, alors que tout semble perdu: « ... pas ma volonté, mais la tienne. «  (Lc 22,42) Tout l'Évangile de Jean gravite autour de cette relation unique et décisive, maintes fois évoquée par l’évangéliste : la relation du Fils au Père. Cette relation conduit au plus intime de Dieu, à l'amour lui-même. Cette prière est puissante, suffisamment pour changer le monde : « Le Père aime le Fils et a remis toutes choses entre ses mains. » (Jn 3,35)Les chrétiens croient que « tout » a été remis entre les mains de Jésus, jusque dans les moindres soucis de notre vie quotidienne et de notre famille. Ainsi, lorsque nous nous concentrons sur Jésus, lorsque nous sommes dans une relation de prière avec lui, nous sommes en fait au cœur des choses : en relation avec notre Père. YOUCAT 477 dit : « Apprendre à prier auprès de Jésus, c'est entrer dans sa confiance illimitée, se mettre à l'écoute de sa prière et être conduit par lui pas à pas vers le Père. » Le Père est, en un sens, le tikka sur le front de Jésus. Et la prière la plus courte - le signe de la croix - est le tikka des chrétiens : « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ». 

Apportez votre cœur là-bas ! 

L'un des grands maîtres de la foi, François de Sales, a dit un jour : « Lorsque votre cœur s'égare ou souffre, remettez-le doucement à sa place et transférez-le doucement dans la présence de votre Seigneur. Et même si vous n'avez rien fait dans votre toute ta vie sauf pour ramener ton cœur et le remettre en présence de notre Dieu, même s'il s'égarait à chaque fois, alors tu as accompli ta vie. »  ∎