Fri, September 10, 202110 mins luesBernhard Meuser

Le Chapelet (Rosaire)

Après le Notre Père et l'Ave Maria, le Chapelet est la forme de prière la plus répandue dans le christianisme. Parce qu'il présuppose la proximité particulière avec la Mère de Dieu, telle qu'elle est donnée dans le Catholicisme, il y trouve sa place.

Ⓒ Photo by Charith Kodagoda from Pexels

Définition


Le Chapelet est le “nom d’un objet en forme de grains enfilés servant à la prière et le nom de cette prière qui apparut au XIIe siècle surtout chez les Cisterciens et les Chartreux. Les frères convers ne participaient pas à la prière des Heures (en latin) et avaient ainsi, avec la prière du Chapelet, une forme de prière qui leur était propre (« psautier marial »). Plus tard, cette prière fut préconisée surtout par les Dominicains, mais aussi par d’autres ordres.” (YOUCAT 266) Après le Notre Père et l'Ave Maria, le Chapelet est la forme de prière la plus répandue dans le christianisme. Parce qu'il présuppose la proximité particulière avec la Mère de Dieu, telle qu'elle est donnée dans le Catholicisme, il y trouve sa place. Mais les Chrétiens Orthodoxes et Protestants ont également découvert le Chapelet pour eux-mêmes ou utilisent des formes de prière similaires avec des cordons de prière. Nous trouvons des précurseurs du rosaire actuel chez les Ermites du désert des IIIe et IVe siècles, qui cherchaient un moyen de se conformer à l'injonction biblique de « priez sans relâche » (1 Thes, 5,17). La prière du rosaire répète le Credo une fois, le Notre Père 6 fois et l'Ave Maria 53 fois, et nous met dans un état de concentration sur Dieu et l'histoire de notre rédemption pendant 15 à 30 minutes. Il y a les Mystères Joyeux du Rosaire qui méditent sur les mystères de l'Incarnation de Dieu, les Mystères Douloureux du Rosaire qui contemplent la Passion du Christ, les Mystères Glorieux du Rosaire qui font référence aux mystères de la Résurrection, et les Mystères Lumineux du Rosaire qui mettent les mystères de la vie publique du Christ devant l'œil intérieur du priant. Le Saint Pape Jean Paul II a appelé le Rosaire la "voie royale de la contemplation".

Que dit la Bible ?


Les critiques affirment souvent que le rosaire est une invention Catholique non biblique, allant même à l'encontre de l'injonction de Jésus « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé » (Mt 6, 7-8). Cette Écriture n'est pas un affront à la prière fervente et longue ; elle fait référence aux pratiques contemporaines et magiques de supplication. Certes, le rosaire peut aussi être utilisé à tort comme une invocation magique de Dieu. Contrairement à sa réputation, le rosaire est profondément biblique. Le Notre Père se trouve dans Mt 6, 9-13 ; l'Ave Maria est une composition de Lc 1,28 et Lc 1,42, complétée par une demande ajoutée par le Pape Pie V en 1568. Les quatre types de mystères du rosaire méditent exclusivement sur des événements de la vie de Jésus et se réfèrent à des récits bibliques. De manière concise, YOUCAT 149 énonce le Rosaire : « C’est un résumé des évangiles ».

Le petit catéchisme YOUCAT


Temps pour Dieu

Vous avez donc décidé de laisser à Dieu la première place dans votre vie ? Alors je vous le demande : combien de vos 1,440 minutes - car c'est le nombre de minutes de votre journée - donnez-vous à Dieu ? Prenons seulement la moitié (parce qu'à un moment donné, les gens doivent dormir, manger et travailler) : combien de vos 720 minutes appartiennent à Dieu ? 3 minutes ? 5 minutes ? 10 minutes ? Ce serait 0,4 % ou 0,7 % ou 1,4 %. C'est la maigre réalité. Au moins, c'est mieux que de ne pas prier du tout. Ou que de maintenir son Christianisme en équilibre dans une alternance de prières intermittentes ("Au secours, Seigneur, tu es mon dernier recours !") et de malédictions ("Va au diable, idiot !").

Il faut être clair : une priorité est une priorité si elle prend du temps. Ou bien ce n'est pas une priorité. "On ne peut pas, a dit un jour Romano Guardini, être à la longue un bon Chrétien sans prier - pas plus qu'on ne peut vivre sans respirer." Mais en même temps, Guardini déclare très sobrement : "En général, l'homme n'aime pas prier. Il ressent facilement un ennui, une gêne, un manque de volonté, voire une hostilité. Tout le reste lui semble plus délicieux et plus important." Rien ne plaît plus au diable que de nous éloigner de Dieu et de l'amour. Pour la prière, il faut donc une décision, une volonté ferme, un budget temps. Et peut-être le rosaire. Il y a plus de vingt ans, un bon ami m'a conseillé dans mon besoin de prier : " Prends ça. Et commence à le faire !"

Romano Guardini was a German Catholic priest, author, and academic. He was one of the most important figures in Catholic intellectual life in the 20th century.

Le cordon de liaison

C'était peut-être le meilleur conseil de ma vie. Depuis, je fais partie de la communauté. Ce sont des gens généreux qui adhèrent sans réfléchir au plus grand modèle de réussite spirituelle du Christianisme et qui prennent délibérément du temps dans leur journée lorsqu'ils ne sont pas en train de payer des factures, de faire la conversation, de se faire plaisir devant des écrans ou de s'occuper des enfants. Ils font une promenade, se retirent dans un coin de l'appartement, mettent le smartphone en mode silencieux et entrent dans le milieu de Jésus, que Marie a rendu accueillant. Le Pape François fait d'ailleurs partie de ceux qui pensent qu'il n'y a pas de meilleur lien avec l'Évangile et la présence de Dieu que le chapelet. Ce qui est encore plus surprenant, c'est qu'au cours des trois dernières décennies, il y a eu de plus en plus de jeunes qui voulaient suivre le programme complet au lieu de s'engager dans un Christianisme bourgeois et superficiel. La faute en revient en partie à un vieil homme qui ne lâchait jamais la ficelle de ses mains malades et qui criait aux jeunes partout où il les rencontrait lors de ses voyages dans le monde : "Ne vous contentez jamais de la médiocrité !". Le nom de cet homme : Jean-Paul II. Les catholiques d'Europe occidentale, qui venaient de faire le voyage de la plus grande adaptation possible au monde, ne pouvaient pas expliquer leur fascination pour l'homme au chapelet. Après tout, ils considéraient la dévotion mariale comme une étape dépassée de l'éducation catholique et le chapelet comme une relique du Moyen Âge.

Mysticisme pour les débutants

Si seulement ils avaient écouté le célèbre théologien Karl Rahner, qui a dit un jour : "L'homme pieux de demain sera un mystique, celui qui a fait l'expérience de quelque chose, ou il ne sera plus." Le rosaire est un mysticisme pour les débutants. Le mysticisme est un amour qui comprend toujours plus profondément. Celui qui se confie à la logique de l'Évangile et cherche la personne qui a été en proximité mystique avec Jésus, tombera sur sa mère. Romano Guardini parle de la prière du Rosaire comme d'un "séjour dans la sphère de la vie de Marie, dont le contenu est le Christ". On entre dans un espace rempli du tendre arôme de l'amour, on reste, on regarde, on contemple, on ressent, ... encore et encore, chaque jour, pendant toute une vie. Paul Badde a un jour comparé les vingt mystères du Rosaire à des "trous de serrure dans l'espace des Évangiles", "à travers lesquels, comme avec un prisme, nous saisissons de plus en plus la réalité de l'apparition de Dieu en Jésus - et "avec les yeux de sa mère", comme l'a dit Jean-Paul II."  

Un calcul qui fonctionne

A propos : celui qui prie le chapelet chaque jour est déjà avec Jésus 7 x 20 minutes/semaine. Cela fait 7 280 minutes/an. Cela fait 5 jours complets où vous êtes avec Jésus. Pas plutôt avec Marie ? Je ne peux que confirmer ce que disait St Louis-Marie Grignon de Montfort : "Marie est le chemin le plus rapide, le plus court, le plus sûr, le plus facile et le plus parfait vers Jésus-Christ." Le plus rapide : Marie est déjà là où vous voulez aller en tant que chrétien. Le plus court : Marie vous évite mille détours. Le plus sûr : elle sait comment arriver à Jésus. Le plus facile : vous pouvez vous abandonner et vous laisser entraîner. Le plus parfait : vous ne trouverez nulle part une plus grande confiance en Jésus. ∎