ven. 20 août 202110 mins luesBernhard Meuser

Le désir

Exiger quelque chose - et l'exiger avec force – est une caractéristique propre à l'homme.

Ⓒ Photo by cottonbro from Pexels

C’est quoi ?


Exiger quelque chose - et l'exiger avec force – est une caractéristique propre à l'homme. Dieu l'a créé de telle sorte qu'il ait des besoins fondamentaux (vouloir vivre, se rassasier, se reproduire), auxquels correspondent de puissantes pulsions pré-rationnelles : la pulsion de puissance, la pulsion d'autoconservation et la pulsion sexuelle. « Le neuvième commandement, est-il dit dans YOUCAT 462, ne s'oppose pas à la luxure en soi, mais plutôt au désir désordonné. ‘La convoitise’, contre laquelle la Sainte Écriture met en garde, est la domination des pulsions sur l'esprit, la domination de l'instinct sur l'homme tout entier, et la tendance au péché qui en découle. » L'attraction érotique entre l'homme et la femme, dit YOUCAT 462, « ... a été créée par Dieu et est donc bonne ; elle fait partie de la nature sexuelle et de la constitution biologique de la personne. Elle garantit que l'homme et la femme puissent s'unir l'un à l'autre et qu'une descendance puisse naître de leur amour. » Le mot latin ‘concupiscence’ (pour mauvais désir) désigne la désintégration des forces motrices naturelles, la résistance au bien et l'inclination continue de l'homme au mal, qui demeure en lui, même après son baptême. « La convoitise conduit à la cupidité, à l'avarice, au vol, au cambriolage et à la fraude, à la violence et à l'injustice, à la jalousie et aux désirs immodérés de posséder ce qui appartient aux autres. » (YOUCAT 465)

Que dit la Bible ?


Les neuvième et dixième commandements sont tous deux consacrés aux mauvais souhaits : « Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne : rien de ce qui lui appartient. » (Exode 20,17) Dans le Nouveau Testament, la domination du désir sur l'homme est fondamentalement surmontée – dans 2 Pierre 1,3 ce dernier écrit que « Sa puissance divine nous a fait don de tout ce qui permet de vivre avec piété, grâce à la vraie connaissance de celui qui nous a appelés par la gloire et la force qui lui appartiennent. » (Tite 2, 11-12) – S'abandonner à la domination de faux désirs et de fausses convoitises est considéré comme un comportement d’un mode de vie dépassé ; c'est pourquoi Paul exhorte dans Ephésiens 4, 22-25 : « Il s’agit de vous défaire de votre conduite d’autrefois, c’est-à-dire de l’homme ancien corrompu par les convoitises qui l’entraînent dans l’erreur. Laissez-vous renouveler par la transformation spirituelle de votre pensée. Revêtez-vous de l’homme nouveau, créé, selon Dieu, dans la justice et la sainteté conformes à la vérité. Débarrassez-vous donc du mensonge, et dites la vérité, chacun à son prochain, parce que nous sommes membres les uns des autres. »

Le petit catéchisme YOUCAT


Les abîmes sont habitables

Lorsque mon âme était un véritable champ de bataille, j'ai rendu visite aux moines de Taizé. Ce petit village de Bourgogne, en France, est un endroit merveilleux où l'on vient se reposer, prier ainsi que lire les Saintes Écritures. Bien sûr, j'y étais venu (comme des milliers d'autres) à cause de cela – et à cause du légendaire frère Roger Schutz. À cette époque, les gens allaient à Taizé pour l'entendre et recevoir un enseignement des profondeurs de la présence divine. C’était quelques années avant que le vieux prieur de la communauté n’ait été assassiné au cours de l'été 2005. Nous n'avons pas été déçus. Ce que le vieil homme a tiré du silence était passionnant. Je ne peux plus reproduire les mots mais je les ai retrouvés plus tard dans un de ses livres. C’était à propos du chaos en moi, des tirs croisés dans mon âme, avec lesquels je croyais être seul au monde. Mais sur ce point, je devais me tromper. Frère Roger parlait d'une réalité présente "en chacun de nous".

Brother Roger Schütz, Founder of Taizé Community.

Comment ça ? En chacun de nous ?

Frère Roger nous l'a dit : " En chacun de nous, il y a des abîmes, des inconnues, des doutes, des passions sauvages, des peines secrètes, ... mais aussi des sentiments de culpabilité, jamais avoués, tant et si bien que des vides immenses s'ouvrent à nous. Des pulsions nous agitent, on ne sait pas d'où elles viennent - souvenirs primordiaux ou détermination génétique ?". Jusque-là, c'était l'aveu que l'homme en qui nous voyions une sorte de saint était familier des abîmes derrière les yeux, du désir sauvage, du chaos mental, des tirs croisés et du vide intérieur. Mais le sage moine-père ne s'est pas arrêté là. Il nous a fait une promesse : "Si nous laissons le Christ prier en nous avec une confiance enfantine, un jour les abîmes seront habitables. Un jour, plus tard, nous constaterons qu'une révolution a eu lieu en nous." Laissez-moi traduire cela : ne priez pas ! Laissez le Christ prier en vous ! Ne désirez pas ! Laissez le Christ désirer en vous ! Ne cherchez pas ! Laissez le Christ chercher en vous ! Et cela dit tout, vraiment.

Désir bouddhiste et chrétien

Au XXe siècle, une rencontre fascinante a eu lieu en divers endroits d'Europe, d'Asie et d'Amérique : pour la première fois dans l'histoire des deux religions, des moines chrétiens et bouddhistes ont passé un certain temps à vivre ensemble, à prier et à apprendre les uns des autres. Au passage, ils ont également échangé à propos du ZEN et du fait de "ne pas convoiter". Cette injonction frappante existe aussi bien dans le bouddhisme que dans le christianisme. Les chrétiens la connaissent grâce aux dix commandements : « Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain ... les biens de ton prochain ». Prenons un texte du bouddhisme taoïste à titre de comparaison : Bodhidharma, un maître du 6ème siècle, enseigne : « Partout où il y a du désir, on trouve de la souffrance ; lorsque le désir cesse, on est libéré de la souffrance. Le non-désir est la voie de la vérité. C'est pourquoi je vous dis : Soyez sans désir ! »

Dans son classique "Avoir ou être" (1976), le philosophe social et psYOUCAThanalyste Erich Fromm (1900-1980) a également relevé cet accord. Le bouddhisme et le christianisme s'unissent pour protester contre les pratiques humaines qui promettent le bonheur par "l'avoir" - et non par "l'être". « L'avidité », dit Erich Fromm, « est toujours le résultat d'un vide intérieur ». Les personnes qui vivent dans le mode de « l'avoir » finissent par tomber proie de l'avidité ; elles ne sont quelque chose que si elles possèdent le plus possible ; elles se définissent par la quantité et la splendeur des objets qui les entourent ; elles disent : « Je suis ce que je possède. » La personne avide n'a d'amour que pour les morts ; elle ne peut pas aimer les vivants. Il ne peut pas laisser la belle fleur en vie ; il doit la détruire pour la posséder. C'est pourquoi il pille, vole, conquiert et tue. À la fin, il a tout et n'est rien. L'avidité pour les choses mortes s’est étendue englobant aujourd'hui l'avidité pour les images mortes que nous rencontrons dans la pornographie. Là aussi, on peut tout avoir et ne rien obtenir. Ce qu'il faut, ce sont des mirages. La personne en chair et en os, que l'on désire ardemment, est un bluff électronique. Le "vous" est le moniteur qui propose les objets du désir dans une variété illimitée. Aucune rencontre humaine n'a lieu. La concupiscence et le faux désir, apportent une satisfaction qui dérobe la paix. Elle ne fait que nourrir la faim et accumuler des trésors qui n'existent pas. Et ici aussi, ce qui s'applique à la dépendance aux choses mortes : « Tu es fou » dit le Dieu des chrétiens : « cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. » (Luc 12, 20-21). Maître Bodhidharma recommanderait maintenant : « La non-demande est la voie de la vérité. » Une intersection avec le biblique : « Tu ne convoiteras pas (...). » (Dtn 5,21).

Un consensus trompeur

L'accord est trompeur, c'est un consensus en apparence. Le bouddhisme et le christianisme arrivent à la même conclusion pour des raisons diamétralement opposées. Le bouddhiste ne doit pas désirer parce que la plénitude des choses est erronée. Il ne doit pas convoiter pour que la vie ne continue pas à s'emballer. « Toute vie est souffrance », telle est la première phrase des "quatre nobles vérités" du Bouddha. Pour surmonter la souffrance, il faut vaincre l'avidité, rejeter nos désirs, les considérer comme des mensonges, dire non. Pour les bouddhistes, il est donc sage de se défaire de l'habitude de désirer pour devenir heureux sans désir. Un message très pessimiste ! La phrase "ne pas désirer" du chrétien a des raisons complètement différentes.

Les chrétiens partent du principe que tout ce que Dieu a créé est bon. Les choses sont tentantes parce que sur elles reposent encore la splendeur et le reflet de la créativité divine : « Belles sont les fleurs, plus belles sont les personnes... », dit un vieux cantique. Nous devons nous réjouir de tout ce qui est créé, mais nous ne devons pas idolâtrer le reflet. Paul recommande "d'avoir" comme si nous n'avions pas, « ceux qui font des achats, comme s’ils ne possédaient rien, ceux qui profitent de ce monde, comme s’ils n’en profitaient pas vraiment. » (1 Cor 7, 30-31). Pourquoi ? Parce que l'homme est destiné à un excès de plénitude et qu'il ne doit pas céder ses désirs à des objets trop infimes pour le satisfaire vraiment.

Heureux sans désir

Et que dire du vide qui s'ouvre une fois que l'on a compris que l'on peut encore jeter tant de bilan comptables, de diplômes universitaires, de supermen/femmes de luxe, de voyages de rêve et de SUV de luxe dans le trou béant de notre désir sans même être proche de le combler ? L'image des gouffres en nous qui seront un jour " habitables " avait associé Frère Roger au nom du Christ priant en nous, appelant en nous le " Abba. " Seul Dieu nous rend heureux sans désir.

Désirer quelque chose - et le désirer fortement – est une caractéristique propre à l'homme. Dieu l'a créé ainsi. Il ne doit pas gaspiller son désir sur ce qui ne vaut rien : il doit avoir un vide pour Dieu. Valoriser et désirer le bien où qu'il apparaisse ne nous conduit qu'au Bien qui vaut tout, au Dieu inestimable qui ne peut être acheté. Dans le même souffle que l'exigence de "ne pas convoiter !", il faut donc toujours se rappeler la phrase outrageusement provocatrice de Thérèse de Lisieux (1873-1897) : « Nous ne pouvons jamais trop attendre de Dieu ; nous obtenons de lui autant que nous l'espérons ». ∎