Fri, May 28, 202110 mins luesBernhard Meuser

Mère du Dieu

Quand l’Église oublie la mère…

Ⓒ Photo by franciscogonzalez on Cathopic

Qu’est-ce que cela signifie ?


Appeler Marie, une simple femme de Galilée, « Mère de Dieu » ou « Porteuse de Dieu » (en grec Theotokos) était et est encore aujourd’hui controversé. Après l’an 200, le mot apparaît pour la première fois dans une prière qui est encore utilisée de nos jours : « Sous ta protection nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu ». Gregory Nazianzen a écrit aux alentours de 382 : « Si quelqu’un ne reconnaît pas la Sainte Marie comme Porteuse de Dieu, il est séparé de Dieu. » En YOUCAT 82 il est écrit : « Alors que le christianisme primitif débattait de qui était Jésus, le titre Theotokos (“porteur de Dieu”) est devenu la marque de l'interprétation orthodoxe de la Sainte Écriture : Marie n'a pas simplement donné naissance à un homme qui, après sa naissance, “est devenu” Dieu ; au contraire, même dans son sein, son enfant est le vrai Fils de Dieu. Ce débat ne porte pas sur Marie en premier lieu ; la question est bien de savoir si Jésus est à la fois vrai homme et vrai Dieu. » En 431, le Concile d’Ephèse a présenté cet enseignement comme un dogme pour tous les croyants.

Que dit la Bible ?


Dans de nombreux endroits du Nouveau Testament, Marie est mentionnée comme la mère de Dieu, mais à un seul endroit sa maternité est liée à une intervention divine, à savoir en Mt 1,18: « Or, voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. » A travers la naissance de la Vierge (cf. Is 7,14), Dieu voulait que Jésus Christ ait une véritable mère humaine mais lui seul comme Père, parce qu’il voulait inaugurer un nouveau commencement, qui soit reconnu comme venant de lui et non de forces terrestres. (cf. YOUCAT 80)

Le petit catéchisme YOUCAT


Quand l’Église oublie la mère…

Le féminisme radical, qui heureusement n’atteint plus beaucoup de jeunes femmes, avait une image ennemie : la mère. En tant que femme tu devrais pouvoir être appelée à tout – être un cadre, être un professionnel du rugby, être pilote de camion – sauf à devenir mère, à être mère. Il faut lire Simone de Beauvoir (1908-1986), la « mère du féminisme », pour ne pas encore comprendre comment une femme pourrait avoir l'idée absurde de se libérer de sa propre nature. Les femmes, écrit-elle, doivent échapper à « l'esclavage de la maternité » ; le bébé dans le ventre de sa mère lui apparaissait comme un « parasite ». Simone de Beauvoir a elle-même avorté à deux reprises, et dans son salon parisien, elle a ouvert une clinique d'avortement. Le philosophe Robert Spaemann a un jour déclaré : « L'émancipation de notre nature ne peut signifier que la libération de nous-mêmes. » Les malheureuses filles spirituelles de cette femme se font entendre fort chaque année en marge des manifestations pour le droit à la vie des enfants à naître lorsqu'ils crient : « Si Marie avait avorté, nous n'aurions pas été épargnés par Jésus! »

La plus grande unité symbiotique entre deux êtres humains se produit lorsqu'un être humain vient au monde en mûrissant dans l'utérus d'un autre être humain. Probablement chez chaque femme qui a vécu cela une fois, une expérience profonde a lieu : bien que dès la première minute de fécondation, il soit en fait clair que l'être qui se cache dans les profondeurs des intestins est quelqu'un d'autre, un autre être humain - ma chair et pourtant pas ma chair - une femme a besoin de beaucoup de temps pour rattraper ce mystère avec son cœur et avec son esprit. Et l'enfant a besoin d'un certain temps, parfois d'une vie, pour comprendre qu’il n'est pas la maman.

Mary nursing the Infant Jesus. Early image from the Catacomb of Priscilla, Rome, c. 2nd century.

Jésus-Christ avait une mère

Qu'un Dieu entre précisément dans ce mystère fait partie du mystère qui donne au christianisme la saveur de la vérité. À travers le message de l'ange, quelque chose grandit chez une fille d’un village de Galilée de 14 ou 15 ans, qui a l'impression de croître dans son tissu cellulaire - comme de la chair de sa chair. Et pourtant, ce n'est pas seulement un Autre, mais bien l'Autre : Dieu. Marie se sentait complètement unie à son enfant, à Jésus, mais avant même la non-unité. De simples bergers attirèrent prophétiquement son attention sur ce que le ciel rempli d'anges avait proclamé à propos de son enfant « enveloppé de langes » : « Car aujourd'hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur » (Lc 2,11). On pourrait appeler cela un engin explosif pour l'amour naïf d'une mère pour « son bébé ». Marie, dit-on, « retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur » (Lc 2,19). Marie était certainement la personne la plus profondément attachée à Jésus, mais en même temps, elle a dû apprendre que cet enfant ne pouvait pas être absorbé dans les structures d'une famille terrestre et les routines du clan. « On le lui fit savoir : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui veulent te voir. » Il leur répondit : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. »  (Lc 8, 20-21) Néanmoins, elle, la mère - après que tous les autres se furent enfuis - se tient sous la croix, elle et Jean, l'ami fidèle. La Pietá de Michel-Ange a capturé à jamais ce que la piété a ressenti lorsque le corps de son Fils a été placé dans son ventre, pour évoquer à nouveau dans cette seconde conception la symbiose du commencement. La symbiose signifie une unité sans faille. Et c'est précisément tout le message, que l'unité entre la mère et l'enfant ne pouvait pas être brisée - pas même par l'enfant mort dans les bras de la mère. Si nous ne voyions pas l'aube de la résurrection derrière la Pietá, ce serait l'image la plus sombre du monde. La mère et l'enfant seraient séparés pour toujours.

L'Église est ma mère

De la croix, Jésus rassemble une nouvelle famille. Il « dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit à Jean : « Voici ta mère. »  (Jn 19, 26-27) « Le deuxième commandement, que Jésus a prononcé de la Croix à Jean, selon le YOUCAT 82, a toujours été compris par l'Église comme un acte de confier toute l'Église à Marie. Ainsi, Marie est aussi notre mère. Nous pouvons l'invoquer et lui demander d'intercéder auprès de Dieu. « Jésus lui-même a transformé l'union symbiotique qu'il avait avec Marie quand il a « pris chair » « de la Vierge Marie » à l'Église. (cf. Credo de Nicée). Comme Marie, l'Église n'est pas Jésus. Mais tout comme Jésus ne serait pas devenu un homme sans cette fille discrète qu’est Marie, Jésus ne devient pas présent corporellement dans le monde aujourd'hui sans l'Église. Certes, Dieu peut aussi agir au-delà de l'Église, mais avant tout, Il nous l'a donnée comme Mère. « Plus l'Église vit à l'image de Marie, plus elle devient maternelle, plus il est possible de naître de nouveau de Dieu en elle, de faire une réconciliation », - paroles du prieur évangélique de Taizé, frère Roger Schutz. Hans Urs von Balthasar, le grand théologien du siècle dernier, a parlé du principe marial, ce qui signifie que l'intensité inouïe de la relation entre Marie et Jésus ouvre un espace aussi vaste que toute l'Église. Tout ce qui est vie et amour dans l'Église est vie et amour ; tout ce que l’esprit écoute et reçoit quand il demeure avec Jésus jusque sous la croix, entre Marie et Jésus, s'y passe. « Mère sainte, daigne imprimer les plaies de Jésus crucifié en mon cœur très fortement. », dit-il dans la célèbre chanson Stabat Mater. C'est être chrétien. C'est le début du discipulat.

Quand l’Église oublie sa mère

Quand l'Église oublie Marie (et avec elle l’amour), elle devient laide et froide. Et en effet, Hans Urs von Balthasar a dû déclarer dès 1971 ce qui s'est multiplié épidémiquement depuis lors. L'Église « a largement perdu ses traits mystiques ; c'est une Église de conversations permanentes, d'organisations, de conseils consultatifs, de congrès, de synodes, de commissions, d'académies, de partis, de groupes de pression, de fonctions, de structures et de restructurations, d'expériences sociologiques, de statistiques: plus que jamais une Église masculine, si ce n’est une entité sans genre dans laquelle les femmes conquièrent leur place dans la mesure où elles sont elles-mêmes prêtes à le devenir. » Dans son cœur, l'Église est féminine et maternelle, et nous ne devons pas envoyer notre « mère » à la maison de retraite comme si elle était l'Église d'hier et comme si nous étions en train de la réinventer. « Cette Eglise », confesse un autre grand théologien du siècle dernier, Henri de Lubac, « elle est ma mère. L’Église est ma mère parce qu’elle m’a enfanté à la Vie. Elle est ma mère parce qu’elle ne cesse de m’entretenir et si peu que je m’y prête, de m’approfondir dans la Vie. » ∎