mer. 31 mars 20213 mins luesminicatNina S. Heereman, SSD

Dimanche de Pâques - Année B

Le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !

Le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! Après 46 jours de marche dans le désert du Carême, nous recevons aujourd’hui le message de Pâques : le Christ est ressuscité !

Un petit commentaire sur la lecture d'aujourd'hui : dans l'Évangile, extrait comme chaque année de l'Évangile de Jean, Marie-Madeleine, comme l'épouse du Cantique des Cantiques, vient le matin alors qu'il fait encore nuit, en cherchant son bien-aimé dans les rues et sur les places de la ville, mais elle ne le trouve pas. Elle court vers Pierre et Jean et leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » (Jn 20,2)

Pierre et Jean courent. Jean court plus vite. Pourquoi ? Parce que Jean est celui qui s'est reposé sur le Cœur du Christ lors de la dernière Cène. Il est tellement rempli de la plénitude de l'amour du Sacré-Cœur de Jésus qu'il est considéré comme le disciple de l'amour pour tous les temps. L'amour court plus vite.

Pierre met un peu plus de temps et Jean arrive donc le premier, mais il laisse Pierre passer en premier. Ici, comme dans d'autres passages de l'Évangile, on voit déjà la primauté de Pierre s'enraciner : l'amour cède le pas à la fonction. Pierre entre en premier, Jean suit.

Jean voit les linges posés à plat et croit. Il croit sans voir le Ressuscité. Seul le tombeau vide lui suffit, contrairement à Thomas qui dira : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! » (Jn 20,25) Jean croit sans voir. « Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » (Jn 20,29)

Pierre doit être le premier témoin de la résurrection. Dans le Nouveau Testament, dans la première lettre aux Corinthiens, on lit : « Il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures, il est apparu à Pierre, puis aux Douze ; (...) Et en tout dernier lieu, il est même apparu à l’avorton que je suis." (1 Co 15, 4-5.8) De même que Pierre est le premier à témoigner de la divinité du Christ et que Jésus lui a répondu : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. » (cf. la confession du Christ par Pierre et la promesse de Jésus en Mt 16, 13-20), la première tâche de Pierre est de témoigner de la résurrection du Christ.

C'est précisément ce qu'il fait lorsqu'il se présente devant les Juifs. En effet, dans la première lecture des Actes des Apôtres, nous l'entendons dire : « Telle est la parole qu’il a envoyée aux fils d’Israël, en leur annonçant la bonne nouvelle de la paix par Jésus Christ, lui qui est le Seigneur de tous. Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les commencements en Galilée, après le baptême proclamé par Jean : Jésus de Nazareth, Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance. Là où il passait, il faisait le bien et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable, car Dieu était avec lui. » (Actes 10, 36-38)

Il parle ensuite de ce que nous appelons le "kérygme" : ce qu'il est essentiel d'avoir intériorisé en tant que chrétien, le cœur de la foi. À savoir, que Jésus est mort sur la croix pour nos péchés, que le Père l'a ressuscité le troisième jour, qu'il l'a établi juge des vivants et des morts, et que le pardon des péchés est donné en son nom à tous ceux qui croient en son nom (cf. Ac 10, 39-43).

Ainsi, les quatre points les plus importants pour un chrétien ne sont pas les Dix Commandements ou toute autre loi morale. Bien que notre monde soit rempli de morales, le message le plus important du Christ est différent :

  1. Le Christ est mort pour nos péchés.

  2. Il est ressuscité des morts.

  3. Il est le juge des vivants et des morts.

  4. Quiconque croit en son nom obtient le pardon des péchés en son nom.

Le salut ne nous est donné en aucun autre nom que le nom de Jésus-Christ. Par conséquent, le nom de Jésus est sacré pour nous. Chaque fois que nous prononçons le nom de Jésus, nous expérimentons la guérison qu'il nous donne en son nom. « En effet, si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé. » (Rom 10,9). AMEN. ∎