Fri, June 18, 20215 mins luesminicatNina S. Heereman, SSD

Jean, le Baptiste

En principe, l'Église ne célèbre que l'anniversaire de la mort d'un saint, quelle que soit son importance - par exemple, l'anniversaire de la mort de Paul et de Pierre la semaine prochaine. Pourquoi en est-il différemment avec Saint Jean ?

Ⓒ Photo by Ryan Cheng on Unsplash

En principe, l'Église ne célèbre que l'anniversaire de la mort d'un saint, quelle que soit son importance - par exemple, l'anniversaire de la mort de Paul et de Pierre la semaine prochaine. Pourquoi en est-il différemment avec Saint Jean ? Pourquoi fêtons-nous également sa naissance et pourquoi cette fête occupe-t-elle une place plus importante que celle de son martyre ?

D'ailleurs, il n'y a qu'un seul autre saint pour lequel nous fêtons non seulement le jour de sa mort mais aussi celui de son anniversaire, et c'est la Mère de Dieu. Dans le cas de la Mère de Dieu, c'est facile à comprendre : elle a été conçue sans péché originel et sa naissance a représenté la clé du salut de toute l'humanité, puisque c'est par elle que le Christ est venu en ce monde. Mais pourquoi accorder une telle importance à la naissance de saint Jean ? L'Ecriture rapporte qu'au moment où Marie et Elisabeth se rencontrent, Elisabeth est remplie de l'Esprit Saint et l'enfant tressaille de joie (cf. Lc 1,41). La tradition a interprété ce mouvement de danse de saint Jean comme signifiant qu'il était déjà libéré du péché originel dans le sein de sa mère. La première lecture du livre d'Isaïe parle donc de cette sanctification dans le sein maternel : “J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé ; j’étais encore dans les entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom.” (Is 49,1). Jean est le seul saint qui a été libéré du péché originel alors qu'il était encore dans le ventre de sa mère, et il est donc venu au monde parfaitement sanctifié, parfaitement restauré, avec une parfaite harmonie intérieure de l'esprit, de la volonté et des émotions qui lui a permis de travailler entièrement en harmonie avec la grâce de Dieu. Cette grâce extraordinaire lui a été donnée pour lui permettre de préparer Israël à rencontrer le Seigneur.

Comment a-t-il fait cela ? Il a prêché la repentance et la conversion. Saint Jean est, pour ainsi dire, la figure-pont entre l'Ancien et le Nouveau Testament. D'une part, il est le dernier des grands prophètes de l'Ancien Testament qui nous appellent au repentir avec une voix puissante. En même temps, son rôle unique de précurseur du Messie le place carrément dans la Nouvelle Alliance. Instinctivement, nous pouvons avoir un peu peur de lui parce qu'il peut sembler être un surhomme. Jésus a dit oui : “Amen, je vous le dis : parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui.” (Mt 11,11) Il a vécu toute sa vie dans le désert, n'a pas bu de vin, n'a mangé que des sauterelles, a porté une robe de pénitence et n'a pas eu peur de témoigner de la vérité des commandements de Dieu, en particulier de l'indissolubilité du mariage, avec l'abandon de sa propre vie - un saint apparemment inatteignable pour nous.

Néanmoins, nous ne devons pas avoir peur de lui, car le véritable cœur de son message n'est pas le châtiment mais la miséricorde de Dieu. Dans l'Évangile, nous apprenons comment Jean a reçu son nom. Chez les Juifs, le nouveau-né portait toujours le nom de son père ou de son grand-père et le recevait donc avec le temps. Ainsi, après la naissance de Jean, Élisabeth dit aux membres de sa famille quel devrait être son nom. Ils furent étonnés car personne dans leur famille n'était appelé par ce nom. Alors Zacharie est interrogé et il confirme le nom, car il lui a été révélé par un ange. Pourquoi Saint Jean doit-il porter ce nom ? En hébreu, Jean est appelé "Jochanan" (יֹוחָנָן jôḥānān) et signifie "Dieu est gracieux". Dans le fait que Jean nous appelle à la repentance réside la révélation de toute la miséricorde de Dieu. Après tout, la repentance ne servirait à rien si Dieu ne pardonnait pas nos péchés. Ainsi, la première tâche de saint Jean est de nous conduire à l'expérience de la miséricorde divine.

Un mot très important des Écritures dit : “Tous les hommes ont péché, ils sont privés de la gloire de Dieu” (Rm 3,23) Chaque être humain a le même problème : nous sommes captifs de nos passions. Nous venons au monde avec une nature déchue et nous devons réaliser que ce n'est pas Dieu qui souffre de notre péché en premier lieu - ce qui est bien sûr le cas puisqu'il est allé à la croix pour cela - mais c’est nous, parce que ce péché nous éloigne de Dieu. Tout l'Ancien Testament raconte comment le peuple d'Israël, à cause de son péché, s'est retrouvé à plusieurs reprises dans les situations les plus terribles dont Dieu l'a ensuite sauvé, lorsqu'il était prêt à se repentir, en lui pardonnant ses péchés.

L'histoire du peuple d'Israël est un symbole pour notre propre vie : nous sommes esclaves du péché et Dieu veut nous en libérer car il veut que nous vivions dans la liberté des enfants de Dieu. Il veut que nous vivions dans la joie et que nous ne subissions pas les conséquences de nos mauvaises actions. C'est pourquoi Jean Baptiste est un don de la miséricorde de Dieu dans nos vies. Il veut nous ramener à Dieu pour que nous puissions être guéris, devenir des êtres humains pleinement libres et vivants et atteindre la grandeur à laquelle il nous a appelés.

Saint Jean est le Guide de l'Épouse, c'est-à-dire qu'il conduit le Peuple de Dieu, l'Épouse du Messie, à laquelle chacun de nous appartient en vertu du Baptême, vers l'Époux. Mais l'épouse - comme c'était la coutume dans l'Antiquité et comme c'est encore le cas dans certaines cultures - doit être lavée et parée avant les noces. Et c'est exactement ce que fait Jean, qui nous appelle à la repentance et nous conduit au bain de la renaissance en nous mariant au Seigneur (baptême). Cette purification est renouvelée à chaque confession. C'est pourquoi, en ce jour, nous célébrons sa naissance d'une manière particulière et déjà à travers les siècles pour que sa voix ne cesse de résonner, appelant : " Soyez réconciliés avec le Seigneur et recevez le don de sa miséricorde ! ". ∎