Fri, July 30, 20215 mins luesminicatNina S. Heereman, SSD

La Transfiguration du Seigneur

Le 6 août, l'Église célèbre la fête de la Transfiguration du Seigneur. Il s'agit d'un moment de la vie de Jésus, le seul moment où la nature de Jésus est vraiment révélée dans toute sa gloire.

Passages bibliques


Daniel 7, 9-10, 13-14 ; 2Pierre 1, 16-19 ; Marc 9, 2-10

Minicat


Le 6 août, l'Église célèbre la fête de la Transfiguration du Seigneur. Il s'agit d'un moment de la vie de Jésus, le seul moment où la nature de Jésus est vraiment révélée dans toute sa gloire. C'est le moment où il monte sur le Mont Thabor avec ses disciples Pierre, Jacques et Jean, et "il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille." (Mc 9, 2-3). Sa divinité transparaît visiblement. Normalement, en surface, Jésus ressemble à n'importe quel autre être humain. Le véritable miracle n'est pas que sa divinité devienne visible, mais que la divinité de Jésus soit autrement presque toujours invisible dans sa vie. Mais lors de la Transfiguration, comme les théologiens appellent cette transformation, le Père céleste enlève le voile pendant un instant pour que les trois disciples puissent voir qui est vraiment leur Maître : le Fils de Dieu incarné.

C'est un mystère que personne ne peut saisir du jour au lendemain. Il nous est impossible de comprendre ce que signifie le fait que Dieu se fasse homme. Il n'est donc pas étonnant que Dieu ait préparé l'humanité, ou d'abord le peuple d'Israël, pendant plus de 1000 ans. Tout l'Ancien Testament raconte comment le peuple d'Israël est préparé au mystère de Dieu se faisant homme.

Nous écoutons l'une de ces prophéties annonciatrices dans la première lecture d'aujourd'hui. Le prophète Daniel a une vision dans laquelle il voit la cour céleste : Dieu le Père est dépeint comme un vieux sage, assis sur une chaise et entouré d'images apocalyptiques qui soulignent sa divinité (cf. Dn 7, 1-14). Devant lui est présenté un fils de l'homme à qui est donné le pouvoir sur le monde entier, voire sur l'univers entier : "Et il lui fut donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite." (Dn 7,14). Un exégète et rabbin juif du nom de Daniel Boyarin interprète ce passage comme indiquant qu'il doit y avoir plus d'une personne en Dieu, car ce Fils de l'homme qui est ici amené devant Dieu est plus qu'un homme, plus que les anges. Il est une deuxième personne dans la divinité. Il est donc déjà révélé ici qu'il y a un mystère en Dieu qui est insondable pour les êtres humains et qui ne nous devient accessible que par la plénitude de la révélation en Jésus-Christ.

Dans la deuxième lecture, nous entendons saint Pierre confesser : "En effet, ce n’est pas en ayant recours à des récits imaginaires sophistiqués que nous vous avons fait connaître la puissance et la venue de notre Seigneur Jésus Christ, mais c’est pour avoir été les témoins oculaires de sa grandeur. Car il a reçu de Dieu le Père l’honneur et la gloire quand, depuis la Gloire magnifique, lui parvint une voix qui disait : Celui-ci est mon Fils, mon bien-aimé ; en lui j’ai toute ma joie. Cette voix venant du ciel, nous l’avons nous-mêmes entendue quand nous étions avec lui sur la montagne sainte." (2 P 1, 16-18).

Pierre veut nous dire ici que nous ne croyons pas à une quelconque histoire, mais que les disciples eux-mêmes ont vu que ce Jésus est le Messie promis par tous les prophètes et plus encore. Car aucun des prophètes n'aurait osé rêver qu'il est aussi le Fils du Dieu vivant. Pierre ne suit pas un mythe savamment conçu, mais il a vu la gloire de Dieu, comme en témoigne aussi l'Évangile aujourd'hui :

"Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille." (Mc 9, 2-3). Les vêtements d'un blanc éclatant, qui semblent être faits presque de lumière, symbolisent la divinité du Christ qui perce sous le voile de son humanité et transfigure parfaitement son humanité. Dans l'humanité de Jésus, sa divinité est révélée. La lumière de cette divinité est si écrasante qu'aucun de nous ne pourrait la supporter. Ce n'est pas sans raison que l'Ancien Testament dit : "Tu ne pourras pas voir mon visage, car un être humain ne peut pas me voir et rester en vie." (Ex 33,20). Tout comme nous ne pouvons pas regarder directement le soleil pendant une période prolongée, nous ne pouvons pas non plus contempler la divinité à l'œil nu jusqu'à ce que nous soyons nous-mêmes transformés par la résurrection du corps.

Les trois disciples tombent à terre. Ils ne savent pas quoi dire. Mais le point crucial est qu'ils entendent le prophète Élie et le prophète Moïse parler à Jésus. Ces deux prophètes représentent les deux parties principales de l'Ancien Testament : Moïse représente la Torah, également appelée Pentateuque, et Élie représente les livres historiques allant de Josué au deuxième livre des Rois, appelés "anciens prophètes" dans le judaïsme. Les deux prophètes Élie et Moïse parlent à Jésus. Ceci pour montrer que tout l'Ancien Testament concerne le mystère du Fils de l'homme. Ils le proclament, et il ouvre nos yeux pour comprendre les Écritures.

Avec cette image, l'Évangile de la Transfiguration du Seigneur nous invite à prendre nous-mêmes les Écritures dans nos mains et à entrer en conversation avec Jésus en les lisant. Toute l'Écriture, même l'Ancien Testament, parle de Jésus. Ce que saint Jérôme a dit il y a environ 1600 ans est toujours vrai : "L'ignorance de l'Écriture est l'ignorance du Christ." Mais Dieu nous donne l'Esprit Saint, les Pères de l'Église primitive, les saints et les théologiens, l'exégèse moderne et le catéchisme pour nous ouvrir les Écritures et nous introduire progressivement dans le mystère du Christ qui nous est révélé dans les Écritures. Jésus lui-même a compris le mystère de sa vie à partir de l'Ancien Testament, comme l'illustrent aujourd'hui Élie et Moïse. A combien plus forte raison avons-nous besoin d'étudier l'Ancien Testament pour mieux le connaître et donc l'aimer davantage.

La fête de la Transfiguration du Seigneur est une invitation à aller avec Jésus, comme les Apôtres, sur la montagne - le lieu de la présence de Dieu. Nous ne pouvons connaître Jésus QUE dans la prière. Ce n'est pas nous qui l'étudions comme un scientifique étudie un objet, mais c'est LUI qui se révèle à nous. Il veut se révéler à nous. Il veut se révéler à nous comme il s'est révélé à ses disciples. Il veut nous montrer qui il est : celui à qui est donné le pouvoir sur tout l'univers, Celui pour qui nous sommes créés, celui qui veut nous sauver. Il veut se révéler personnellement à chacun d'entre nous. C'est pourquoi il t’invite à monter sur la montagne avec lui, car nous l'avons rencontré personnellement et il s'est révélé à nous corporellement. ∎