mer. 10 février 20213 mins luesminicatNina S. Heereman, SSD

Mercredi des Cendres - Année de lecture B

Le mercredi des Cendres marque le début du Carême. Signification de la croix des cendres et du jeûne. Interprétation basée sur la 1ère lecture et l'Evangile.

Passages bibliques


Première lecture : Joël 2, 12-18

Bible : Matthieu 6, 1-6, 16-18

Minicat


Chaque année le jour du Mercredi des Cendres, le Pape reçoit la Croix des Cendres dans la Basilique Sainte Sabine située à Rome sur l’Aventin. Il entend les mots suivants : « Homme, souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière » (Genèse 319). Nous aussi pouvons recevoir la Croix des Cendres. Le Carême nous rappelle que nous n’avons pas donné vie à nous-même, mais que nous l’avons reçu de notre Créateur et que le jour viendra où nous allons la lui rendre. Notre corps va en effet redevenir poussière. Le seul à pouvoir nous donner vie après la mort est notre Créateur lui-même – à travers la souffrance, la mort et la résurrection de Jésus Christ.

Depuis notre Baptême, la vie éternelle coule dans nos veines. Mais cette vie éternelle est tout aussi fragile et précaire que notre vie sur terre et doit toujours être ravitaillée et protégée de toute maladie. Effectivement, c’est ce que l’Eglise fait chaque année durant le Carême. Au cours de six semaines, nous nous efforçons de nous consacrer entièrement à cette vie intérieure, cette vie éternelle qui réside dans chacun d’entre nous. Nous veillons à la nourrir, à lui redonner vie et enfin à renouveler notre Baptême durant la Vigile pascale (aussi connue sous le nom de Veillée pascale). Ainsi, le Carême est comme un temps de réflexion annuel pour les croyants durant lequel l’Eglise suit les pas de Jésus pour 40 jours dans et à travers le désert.

Durant le Mercredi des Cendres, l’Église nous rappelle dans l’Evangile des trois piliers de la vie chrétienne qui ne sont autre que : l’aumône, la prière et le jeûne. Ce sont les trois éléments sur lesquels repose la vie chrétienne.

Attardons-nous sur le Jeûne. Ce n’est pas une fin en soi, mais cet acte doit nous libérer afin de pouvoir aimer notre prochain et aimer Dieu. Qu’est-ce qui nous permettra de nous libérer et d’aimer notre voisin et Dieu durant le Carême ? Il n’est pas nécessaire que ce soit un jeûne alimentaire ardu : par exemple, un élève qui se prépare pour ses examens et qui est en train de jeûner peut souffrir de manque d’attention. Cependant, si le jeûne n’affecte pas les obligations professionnelles de la personne, elle doit absolument le faire. Diverses choses peuvent nous libérer afin de pouvoir aimer autrui et aimer Dieu : nous pouvons nous abstenir de consommer de l'alcool, de fumer, ou de faire des achats. Notre garde-robe survivra même si nous n’achetons rien avant Pâques. Evitons tout ce qui est superflu afin d’avoir plus de temps à consacrer pour notre foi, d’entendre la parole de Dieu et d’être présent pour les autres. Nous avons 40 jours pour accomplir tout cela. ∎