Fri, June 4, 20215 mins luesminicatNina S. Heereman, SSD

Solennité du Sacré-Coeur de Jésus

Chaque année, neuf jours après la solennité du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ, encore nommé Fête-Dieu (Corpus Christi en latin), l'Église célèbre la Solennité du Sacré-Cœur de Jésus.

Chaque année, neuf jours après la solennité du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ, encore nommé Fête-Dieu (Corpus Christi en latin), l'Église célèbre la Solennité du Sacré-Cœur de Jésus. Cette fête a une signification incroyable, qui devient encore plus visible dans le contexte de la crise du Coronavirus. Pour nous, peuple du XXIe siècle, elle contient de précieuses promesses.

La fête remonte aux apparitions de Jésus à la religieuse Marguerite-Marie Alacoque de Paray-le-Monial, aujourd'hui canonisée, à qui Jésus est apparu au XVIe siècle et a dit : "Je te promets, dans l’excès de la miséricorde de mon Cœur, que son amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis du mois, neuf fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu’ils ne mourront point dans ma disgrâce, ni sans recevoir leurs Sacrements, et que mon divin Cœur se rendra leur asile assuré à cette dernière heure."

Jésus est fidèle

J'avais l'habitude de penser, eh bien, je me demande si Jésus tient vraiment cette promesse. Elle semble si extraordinaire. Je me suis dit qu’avec cette promesse dans un temps comme le nôtre, où beaucoup de gens ont dû mourir sans prêtre à leur chevet - n'est-ce pas quelque chose de formidable de savoir que Jésus nous promet cela et qu'il est fidèle à sa parole ? En fait, à la fin, je raconterai l'histoire d'un Italien à qui Jésus a prouvé de manière irréfutable qu'il est fidèle à cette promesse. Mais pour l'instant, restons-en à la fête elle-même.

Premièrement, il y a la promesse faite à tous ceux qui se confessent et reçoivent la communion le premier Vendredi pendant neuf mois consécutifs qu'ils ne mourront pas sans avoir reçu les sacrements : et nous ne pouvons rien souhaiter de plus grand ou de plus important pour l'heure de notre mort. Deuxièmement, Jésus a dit qu'ilvoulait qu'une fête soit instituée pour la vénération de son Sacré-Cœur ; cette fête doit être célébrée exactement neuf jours après la Fête-Dieu.

Pourquoi neuf jours après Corpus Christi ?

Parce que cette fête est une fête profondément Eucharistique. Parce que la vénération du Sacré-Cœur consiste à vénérer le centre le plus intime du cœur du Dieu fait homme. C'est-à-dire le cœur dont la plaie ouverte sur la croix a laissé couler le sang et l'eau comme source de miséricorde pour toute l'humanité. Pensez au message de Jésus à Sœur Faustine Kowalska : quelle que soit la grandeur du péché de l'homme, s'il se réfugie dans le Cœur de Jésus, dans sa miséricorde, Dieu lui accordera sa miséricorde et, par ce sang et cette eau, créera un homme nouveau. Le pardon n'est rien d'autre qu'une nouvelle vie à partir de la mort.

Pourquoi la fête est-elle Eucharistique ?

Dans l'Eucharistie, le cœur de Jésus reste physiquement, c'est-à-dire corporellement présent pour nous jusqu'à son retour. Dieu le montre sans cesse d'une manière particulière dans ce que l'on appelle les miracles Eucharistiques. Nous avons rencontré un tel miracle au premier millénaire à Lanciano, en Italie, où l'Eucharistie a été transformée en chair et en sang lors de la consécration dans les mains d'un moine qui doutait de la présence réelle. On peut encore la voir et la vénérer aujourd'hui, 1000 ans plus tard. Mais ce miracle n'a pas seulement eu lieu il y a 1000 ans, il s'est répété de nombreuses fois et dans différents endroits du monde tout au long de l'histoire de l'Église. En 2016, il s'est produit à Legnica, en Pologne. Il est intéressant de noter qu'il est devenu scientifiquement vérifiable grâce aux avancées technologiques modernes. En Pologne, l'hostie est tombée sur le sol. Lorsque cela se produit, on met habituellement l'hostie dans l'eau, car une fois que le pain se dissout, il cesse d'avoir la forme du pain et Jésus cesse alors d'être corporellement présent - car sa présence corporelle est liée à la forme du pain. On fait cela par respect pour le Seigneur. Dans ce cas, cependant, le pain ne s'est pas dissous, mais il s'est transformé en un morceau de chair.  Cette chair a ensuite été soumise à un examen scientifique, qui a révélé qu'il s'agissait de la chair du cœur d'une personne vivant aujourd'hui dans l'agonie sa mort. (À lire ici : https://www.tag-des-herrn.de/content/eucharistisches-wunder)

L'Eucharistie est donc le cœur de Jésus dans l'agonie de la croix.

Nous voyons ici l'intention de Jésus en instituant l'Eucharistie : il a voulu garder présent parmi nous le sacrifice de sa souffrance, afin que tous puissent avoir recours à ce sacrifice qui est le sien et en recevoir le pardon de leurs péchés. L'Eucharistie, que nous ne voyons normalement que comme un morceau de pain, est en fait le cœur de Jésus lui-même et le cœur est un symbole de la personne entière. Il est présent en humanité et en divinité. 

Lors de l'apparition à Marguerite-Marie Alacoque, Jésus a exprimé son désir qu'une fête soit instituée en l'honneur de son Sacré-Cœur et que, lors de cette fête, nous recevions la Sainte Communion en réparation (c'est-à-dire en expiation) de toutes les blessures infligées à Jésus.  Le Pape Pie IX a finalement élevé cette fête, qui avait déjà été célébrée sporadiquement dans le monde entier, au rang de fête de l'Église tout entière en 1856.

Jésus a dit ce qui suit à Sainte Marguerite-Marie :

Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qui ne s'est pas ménagé, mais qui s'est donné entièrement et s'est consumé pour leur prouver son amour. Et, pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart que des ingratitudes par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par les mépris et les froideurs qu'ils ont pour moi dans ce Sacrement d'Amour. Et ce qui m'est encore plus sensible, c'est que ce sont des cœurs qui me sont consacrés qui en usent ainsi. Je te demande que le premier vendredi après l'octave du Saint Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon cœur.

Il faut recevoir la Communion ce jour-là et ainsi réparer toutes les blessures infligées au Cœur de Jésus. Quelles sont ces blessures dans le Cœur de Jésus ? C'est notre ingratitude, c'est le refus de son amour, c'est l'indifférence que nous avons à son égard et le fait que beaucoup de chrétiens, même s'il est mort pour nous sur la Croix et même s'il désire ardemment venir à nous dans la Sainte Communion chaque dimanche, considèrent que notre cher Seigneur n'est rien de plus qu'un homme et pensent pouvoir se passer de lui.

Tous ceux qui ont déjà eu un chagrin d'amour savent combien c'est douloureux ; ils savent alors ce que Jésus souffre en permanence et comprennent pourquoi Jésus est même mort de ce chagrin d'amour à la fin.

Dieu nous aime avec un cœur humain.

Pour se racheter, Jésus ne désire rien d'autre qu'un acte d'amour. Pas de flagellation, pas de jeûne, même s'il désire le jeûne à d'autres égards. Mais pour réparer les blessures de son amour, il ne désire rien d'autre que nous l'aimions. Et comment aime-t-on le plus Jésus ? En allant recevoir Jésus et son amour dans l'Eucharistie.

Voici maintenant l'exemple promis en Italie :

Au siècle dernier vivait à Rome un homme appelé Bruno Cornacchiola qui avait acheté une épée pendant la guerre civile espagnole parce que quelqu'un l'avait convaincu que le Pape était l'Antéchrist et que tous les malheurs de l'humanité étaient uniquement dus à l'existence d'un Pape et de l'Église Catholique. Pour faire quelque chose de bien pour le monde, lui avait-on dit, il devait tuer le pape. C'était son objectif à partir de ce moment-là. Il revint à Rome après la guerre civile et dit à sa femme : "Nous quittons l'Église catholique immédiatement car c'est le plus grand mal qui soit." Sa femme le supplia de ne pas le faire, mais après qu’il l’eut battue et maltraitée, elle finit par céder. Toutefois, à la condition qu'ils célébrassent ensemble, au préalable, les neuf Vendredis du Sacré-Cœur.

Dès que cette condition a été satisfaite, Bruno lui a dit : "J'ai tenu ma part du marché et maintenant tu tiens la tienne, nous quittons l'Église". Il devint alors un célèbre rabatteur contre l'Église Catholique et tous ses enseignements. Un jour, il était près de Trois-Fontaines avec ses enfants, préparant un sermon pour prouver que Marie n'était pas l'Immaculée Conception. Soudain, ses enfants ont disparu. Il se mit à leur recherche et les trouva agenouillés dans une grotte, alors qu'il leur avait strictement interdit de s'agenouiller. Il leur cria : "Je vous l'ai interdit ; vite, il faut rentrer à la maison !". Les enfants ne réagirent pas ; ils étaient complètement absents. Il prit son enfant de trois ans et essaya de le soulever du sol, mais l'enfant était aussi lourd que mille tonnes, il ne pouvait pas le ramasser du sol.

Dieu ramène les gens dans sa bergerie

Désespéré, il s’écria : "Dieu, aide-moi !". Ses yeux s'ouvrirent alors et devant lui se tenait la Vierge, une Bible à la main. Un long dialogue s'ensuit et la Vierge finit par lui dire : "Jésus est fidèle à ses promesses. Parce que votre chère épouse a gardé avec vous ces neuf Vendredis du Sacré-Cœur, Dieu a pu maintenant vous faire la grâce de m'envoyer vers vous pour vous ramener à la vraie foi, vous rappeler à la bergerie de mon Fils et vous dire que vous mourrez pénitents." Dieu merci, il n'est pas mort immédiatement mais en 2001 ; il avait des dons prophétiques particuliers, il a été très proche de tous les papes jusqu'à sa mort et les a même conseillés. ∎

{Vous pouvez trouver cela sur Google sous le titre "Apparitions Mariales Trefontane", le voyant Bruno a dit des choses très excitantes sur notre époque. Plus sur ce sujet une autre fois}.