Thu, May 28, 202010 mins luesBernhard Meuser

Pourquoi avons-nous besoin du Saint-Esprit ?

Pour beaucoup de chrétiens, le Saint-Esprit est une inconnue. Il y joue un rôle central. Un aperçu des passages importants de la Bible et du catéchisme.

© Photo by Fuu J on Unsplash.

Qu'est-ce que c'est ?


Pentecôte / Esprit Saint

La Pentecôte est la troisième fête la plus importante célébrée dans la chrétienté. Il célèbre la descente du Saint-Esprit dans un cercle d'environ 120 personnes : les apôtres, Marie, quelques femmes et d'autres disciples du cercle des amis de Jésus. Ce groupe s'était initialement caché dans le Cénacle "à cause de la crainte qu'ils avaient des Juifs" (Jean 20,19), mais il s'y est ensuite réuni pour attendre en priant une initiative venant d'en haut. La Pentecôte est célébrée le 50e jour de Pâques, d'où le mot "Pentecôte", qui est dérivé du grec pentekostē (= "cinquante"). La Pentecôte est considérée comme la célébration de la naissance réelle de l'Église, où une signification profonde réside dans le fait que le lieu de naissance est identique à l'espace dans lequel le Christ a institué l'Eucharistie. Le Saint-Esprit est la troisième personne de la Sainte Trinité et d'une grandeur divine égale à celle du Père et du Fils. Avant sa mort, Jésus avait promis aux disciples de leur envoyer  "un autre consolateur" (Jean 14,16), s'il n'était plus avec eux. Lorsque le Saint-Esprit a été répandu sur les premiers disciples de l'église, ils ont appris ce que Jésus voulait dire. Ils ont éprouvé une profonde sécurité et joie dans la foi et ont reçu certains charismes (= dons de la grâce), c'est-à-dire qu'ils pouvaient prophétiser, guérir et faire des miracles. C'est l'Esprit Saint "qui vivifie" (Jn 6,63) - le chrétien individuel et l'Eglise entière, qui sans l'Esprit Saint serait en quelque sorte abandonnée par Dieu. Sans les "dons spirituels" (1 Cor 12), l'Église est une entité morte, sans esprit.

Que dit l'Écriture ?

La descente du Saint-Esprit prophétiquement annoncée par Jésus a eu lieu le jour de la moisson juive, un événement dramatique : "Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d'eux." (Actes 2,3) Les disciples, ne sachant pas ce qui leur arrivait, "se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer". (Actes 2,4)

À l'heure de sa naissance, l'Église, remplie de l'Esprit, développe immédiatement un dynamisme missionnaire. C'est ce que Jésus avait également demandé avant son départ : "Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit". (Matthieu 28,19)   Les gens autour de nous se posent des questions. "Hommes frères, que ferons-nous?" La réponse est donnée par Pierre : "Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera." (Actes 2,38) La puissance de l'Esprit Saint est palpable : "Ce jour-là, le nombre des disciples s'augmenta d'environ trois mille âmes." (Actes 2,41) Dans l'Esprit Saint, "ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières." (Actes 2,42) Même avant la Pentecôte, l'Esprit Saint est une réalité divine dans le Nouveau Testament : Marie reçoit Jésus et "la puissance du Très-Haut la couvrira de son ombre." (Luc 1,35) Lors du baptême dans le Jourdain, le Saint-Esprit vient sur Jésus. (Mt 3,16) Dans l'Évangile de Jean, Jésus parle de "l'Esprit de vérité". (Jn 14,17) Dans l'Ancien Testament, la compréhension du Saint-Esprit ne se développe que progressivement. "L'Esprit de Dieu", dit le récit de la création, "se mouvait au-dessus des eaux." (Gn 1,2) L'homme prend vie lorsque Dieu souffle dans son "souffle". (Gn 2,7) Job confesse : "L'esprit de Dieu m'a créé, Et le souffle du Tout-Puissant m'anime." (Job 33,4) Le mot hébreu pour cela est ruach - et il est féminin, signe qu'en Dieu le créateur de la vie maternelle a aussi sa dernière place.

La petite catéchèse de YOUCAT 

Pourquoi avons-nous besoin du Saint-Esprit ?

Quand les gens n'étaient pas encore mieux éduqués en matière de sexe - vers 1968 - un certain Oswalt Kolle a fait un succès international au box-office avec le film "Ta femme, cette étrangère". Aujourd'hui, il faudrait faire un film "Le Saint-Esprit - l'être inconnu". Rien n'est plus inconnu dans l'église et est en même temps aussi essentiel que le Saint-Esprit, surtout à une époque où beaucoup de gens se sont égarés.

Il y a ceux qui soumettent le Saint-Esprit à l'expression vague : "Ce dont nous avons besoin, c'est de plus d'enthousiasme. Cependant, le Saint-Esprit n'est pas destiné à élever la température du fonctionnement émotionnel dans le culte. Dans YOUCAT 38, il est dit : "L’Esprit-Saint est la troisième personne de la Sainte Trinité. Il est Dieu et partage avec le Père et le Fils la même majesté divine." - et YC 113 le renforce encore une fois : "Croire en l’Esprit-Saint, c’est l’adorer en tant que Dieu avec le Père et le Fils comme l’une des personnes de la Sainte Trinité « consubstantielle au Père et au fils »."

Sans le Saint-Esprit, Dieu n'est pas complet, en quelque sorte. Et surtout : sans l'Esprit Saint, Dieu n'est pas - pour le dire encore une fois de façon très humaine - "là".

© Photo by Valentina Uribe on Cathopic.

Un fantôme... ou quoi ?

Nous pouvons imaginer quelque chose sous le titre de Dieu le Père - l'image naïve d'un vieil homme à la longue barbe. Avec le Fils, le Nouveau Testament devient presque palpable : "Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de la vie." (1 Jean 1,1) Mais quand on parle d'"esprit", certains ne pensent qu'aux fantômes des châteaux et autres phénomènes aériens d'une réalité douteuse.

Il y a maintenant des choses invisibles qui sont aussi réelles que la pierre et le fer - "l'amour", par exemple. Personne n'a jamais vu l'amour, mais il existe sans aucun doute. Chez les gens, l'amour est une sorte de chose entre les deux - le latin utilise le mot "intérêt" (= être entre les deux) pour cela. Parce que par Jésus, nous sommes capables de regarder à l'intérieur de Dieu, nous y découvrons aussi un intérêt. Dieu n'est pas un bloc monolithique. En lui, il y a la vie, la communauté, un dialogue d'amour sans fin. L'intérêt du Père pour le Fils (et vice versa) est d'une telle intensité que l'"entre-deux" de l'amour divin n'est pas un vague sentiment ou une qualité de la relation, mais une personne : le Saint-Esprit.

Une relation qui est un "quelqu'un" - cela dépasse toute imagination humaine. Et cela devient encore plus incroyable ! Jésus veut nous faire entrer dans la relation de toutes les relations, l'intérêt de Dieu. Nous sommes absolument intéressants pour lui. Pour cela, il ne nous donne pas de règles d'association, et nous n'avons pas non plus à nous créer artificiellement un certain "esprit".

Il nous donne un Dieu, pour ainsi dire

Pardon ? Que pensaient les pauvres Corinthiens lorsque Paul leur demanda : "Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ? "Notre corps", conclut YC 120, " est en quelque sorte la demeure de Dieu." Le Dieu infini - en petit format ? Dans un arrangement de chair, de sang et de pensées douteuses ? Voyons comment Jésus en est arrivé là. L'Évangile de Jean donne les discours d'adieu de Jésus. On peut imaginer ce qui se passait chez les amis de Jésus lorsqu'il a annoncé l'échec de son projet. Ces pêcheurs, agriculteurs et fonctionnaires, qui avaient abandonné leurs professions civiques, ont tout misé sur le tout. Leur héros partirait-il maintenant ? Une explication est le moins qu'ils puissent demander.

Et Jésus le leur donne. Premier message : "Je ne vous laisserai pas orphelins" (Jean 14,18). Message 2 : "Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous." (Jean 14,16-17)

Je me demande si les apôtres ont compris quelque chose. J'en doute.

Divulgation dans la relation

On sait encore aujourd'hui où la relation a eu lieu. C'est-à-dire le lieu où les disciples sont entrés dans la relation de toutes les relations. Il se trouve à Jérusalem, sur le mont Sion (pour les propriétaires de smartphones : GPS 31.772167, 35.229281). De la rue Ma'ale Shazkh, on monte d'environ 40 m jusqu'au "Cénacle", d'où le célèbre archéologue Bargil Pixner jure qu'ici - juste en dessous de l'église des Croisés du 14ème siècle - se trouvait la salle où se sont déroulés deux moments cruciaux de l'histoire de Dieu avec le monde : la Cène et la Pentecôte.

C'est l'espace où Jésus est entré dans une relation nouvelle et sans précédent avec ses disciples qui l'a rendu, pour ainsi dire, absent. Ici, Jésus s'est offert eucharistiquement à manger et à boire, pour toujours et partout. Et c'est cette pièce de Jérusalem, appelée dans les Actes "Cénacle", qui est devenue la plus proche confidente de Jésus après que le Seigneur se soit montré à eux comme le Ressuscité : "Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe, Thomas, Barthélemy, Matthieu, Jacques, fils d'Alphée, Simon le Zélote, et Jude, fils de Jacques." (Actes 1,13) Ils avaient reçu une instruction mystérieuse : "Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre." (Actes 1,8) Qu'est-ce que cela signifie ?

The Descent Of The Spirit, by Gustave Doré.

Le magasin a fermé. Une tension qui ne peut plus durer.

Que faites-vous dans un moment pareil ? Attendre.

"Tous d'un commun accord persévéraient dans la prière, avec les femmes, et Marie, mère de Jésus, et avec les frères de Jésus." (Actes 1,14) Au centre : Marie, la spécialiste des relations depuis le début ("Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre.", Lc 1,35). Par son "oui", l'espace a été ouvert pour l'incarnation de Dieu.

Et puis ils - la mère, les épouses, les amis - sont surpris par la Pentecôte. Une nouvelle réalité commence. "Cinquante jours après sa résurrection", dit YC 118, "le Seigneur a envoyé du ciel l’Esprit-Saint sur ses disciples. Le temps de l’ Église a commence. Le jour de la Pentecôte, l’Esprit-Saint a transformé des apôtres bloqués par la peur en courageux témoins du Christ. En très peu de temps, des milliers de personnes se sont fait baptiser : ce fut la naissance de l’Église. Le miracle des langues de la Pentecôte indique que, dès le début, l’Église est faite pour tous : elle est universelle (le mot catholique vient d’une expression grecque qui signifie ouverte à tous) et missionnaire. Elle s’adresse à tous, surmonte les barrières ethniques et linguistiques et peut être comprise de tous. Jusqu’à nos jours, l’Esprit-Saint est l’élixir de vie de l’Église."

Être un chrétien sans conscience ? C'est absurde !

Depuis la Pentecôte, Dieu attend. Il habite au cœur de l'église et dans le cœur de chaque croyant. Chaque contact avec Dieu, chaque demande adressée à Lui, chaque conversation à son sujet est "spirituelle" - sinon, c'est une fausse étiquette. Lorsque nous prions, Dieu appelle Dieu en nous à côté de nous, et lorsque nous reconnaissons Dieu, Dieu reconnaît en nous le Dieu qui est au-dessus de nous. "Toute l’oeuvre de Jésus ne peut se comprendre que comme animée par l’Esprit-Saint", dit YC 114. Lorsque la guérison se produit dans l'église, c'est une guérison dans l'Esprit Saint. Sans Lui, personne n'est réconforté, renforcé, converti, guidé et réconcilié. Sans le Veni Sancte Spiritus, personne dans l'église ne peut enseigner, bénir, guider. Sans "l'onction d'en haut", aucune théologie ne peut être pratiquée. "Les sacrements ne peuvent pas non plus être administrés sans elle ; les dons de la terre restent transformés. Sans le Saint-Esprit, les pasteurs ne sont que des guides aveugles pour les aveugles. Sans l'Esprit Saint, tout le complexe très différencié de l'église n'est qu'un pauvre morceau de sociologie. Et "la sagesse, l’intelligence, le conseil, la force, la science, la piété et la crainte de Dieu" (YC 310) sont des capacités normales, du moins pas les sept dons du Saint-Esprit. Le monde est toujours le monde, rien ne vient d'en haut.

Ignace Hazim, ancien patriarche grec orthodoxe d'Antioche (1920-2012), l'a exprimé d'une manière inimitable : "Sans le Saint-Esprit, Dieu est loin, le Christ reste dans le passé, l'Evangile est un livre mort, l'Eglise est une organisation, l'autorité n'est que domination, la mission est propagande, le culte est un enchantement, et l'action chrétienne est la morale de l'esclave. Mais avec l'Esprit Saint, le cosmos se lève et gémit dans les douleurs de la naissance du Royaume, le Christ ressuscité est là, l'Évangile est la force de vie, l'Église est la communion trinitaire, l'autorité est un ministère libérateur, la mission est une nouvelle Pentecôte, la liturgie est souvenir et anticipation, l'action humaine est glorifiée." ∎