Wed, April 8, 202010 mins luesBernhard Meuser

Pourquoi Dieu permet-il le coronavirus ?

Dieu peut tout faire ! Il est tout-puissant ! Alors pourquoi ne pas arrêter ce petit virus dévastateur, qui a tué des milliers de personnes, qui a semé la panique et le choc dans des nations entières et qui a ruiné, comme on pouvait s'y attendre, l'économie mondiale, et il disparaît dans la boîte à empoisonnement de l'histoire médicale ?

© Photo by Patrick Assalé on Unsplash.

Qu'est-ce que c'est ?


La question du sens / pourquoi

Presque tous les gens se demandent le sens ou le pourquoi de leur vie : "Pourquoi suis-je dans le monde ? Pourquoi ceci ou cela m'arrive-t-il ? Pourquoi ai-je tel destin ?" On peut laisser la question du sens sans réponse et vivre dans un monde sans horizon spirituel. On peut se retirer dans le cocon d'une interprétation purement privée du sens. On peut nier l'existence d'un but et considérer le monde entier et l'humanité comme absurdes. Mais on peut aussi croire, et cela signifie : vivre en ayant confiance en Dieu, même si nous ne comprenons pas tout ce qui nous arrive.

Que dit l'Écriture ?


Le premier récit de la création dans la Bible se termine par la phrase : "Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici, cela était très bon". (Gen 1,31). Malgré tout le péché et la rébellion contre le Créateur de toutes choses, Dieu ne revient jamais sur ce "très bon" principe (et donc sur le sens) du monde. Le premier nom de Dieu qui apparaît dans l'Ancien Testament est El Shaddai (Genèse 17,1 : "Je suis le Dieu tout-puissant."), donc le mot "Shad" signifie aussi le sein de la mère, indiquant les soins maternels de Dieu. Dieu est bon, bien qu'humainement non calculable ; Il reste un mystère : "Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l'eternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées." (Is 55, 8-9). Les gens qui se sentent "dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort" (Luc 1,79) demandent sans cesse : "Pourquoi regarderais-tu les perfides, et te tairais-tu, quand le méchant dévore celui qui est plus juste que lui?" (Hab 1,13). Job n'est pas le seul à s'accrocher à la croyance que Dieu est bon pour l'humanité à travers toutes les épreuves et les tribulations. L'espoir en Dieu dans le besoin - cela s'exprime au nom de Dieu Emmanuel (= Dieu avec nous) ; il indique prophétiquement le prochain rédempteur: "C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d'emmanuel." (Is 7,14) En Jésus, Dieu marche sur tous les chemins avec nous. En lui, il est enfin clair que Dieu le comprend avec nous : "Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein" (Rom 8,28). Confiants dans l'amour fidèle de Dieu, les chrétiens peuvent continuer à vivre de manière significative même si, humainement, tous les ponts semblent être brisés pour eux.

La petite catéchèse de YOUCAT


Pourquoi Dieu permet-il le coronavirus ?

Dieu peut tout faire ! Il est tout-puissant ! Alors pourquoi ne pas arrêter ce petit virus dévastateur, qui a tué des milliers de personnes, qui a semé la panique et le choc dans des nations entières et qui a ruiné, comme on pouvait s'y attendre, l'économie mondiale, et il disparaît dans la boîte à empoisonnement de l'histoire médicale ?

Oui, "rien n'est impossible à Dieu". Il pourrait le faire s'il le voulait. Après tout, Dieu est le créateur du monde et celui qui le garde dans son être est aussi "le Seigneur de l'histoire". "Il dirige toutes choses et peut tout. " - c'est ce que dit Youcat 40, mais déjà dans la phrase suivante, il dit : "La manière dont il utilise librement sa toute- puissance reste un mystère."

Un autre secret ! - Certains peuvent penser dans le secret: "Oh, c'est une excuse des théologiens ! Dieu n'existe pas... vous pouvez le voir ! Et s'il existe, ou s'il est faible, il ne peut rien faire, ou est désintéressé. Alors nous n'avons pas du tout besoin de lui !"

© Photo by Tony Eight Media on Unsplash

Dieu n'est ni inexistant, ni faible, ni mauvais...

Dieu est différent. Il défie toute imagination. Aucun homme ne peut voir ses cartes. "Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l'Eternel." (Is 55,8), dit le prophète Esaïe. Un vieux prêtre pieux a un jour défié toute ma foi en disant : "Écoutez ! Dieu ne fait pas d'erreurs ! Croyez-vous cela ?" Quand j'ai répondu seulement mais..., il m'a regardé sévèrement par-dessus ses lunettes sans bord et a répété la phrase : "Dieu ne fait pas d'erreurs ! Croyez-vous cela ?" Oui. Je le crois maintenant, surtout parce que saint Thomas d'Aquin m'a fait penser : "Dieu ne tolère le mal que pour en faire sortir quelque chose de mieux. " (YOUCAT 51)  

Sur la différence entre destin, chance, punition, aveu et signe

Si Corona n'était que le destin, alors le désastre serait une malédiction insignifiante qui s'abattrait sur nous. La dernière chose humaine que l'on pourrait dire à ce sujet serait : "Pas de chance ! Le destin est le destin". Au niveau d'interprétation suivant, on entend : "C'est une coïncidence - un concours de circonstances défavorables". Que dites-vous alors ? "La prochaine fois, nous serons plus intelligents, alors nous tricherons sur l'occasion". Je ne connais aucun malade à qui une telle réponse aurait donné réconfort et confiance.

Le coronavirus est-elle une punition de Dieu, une punition pour avoir détruit la terre ? Pas du tout ! Dans l'Ancien Testament, Dieu punit les péchés de son peuple. Mais il ne faut pas en conclure que lorsque les êtres humains sont victimes d'une catastrophe, c'est un Dieu qui les punit. En tout cas, Jésus n'a pas fait le lien entre la catastrophe de Silo, où 18 personnes sont mortes, et les péchés des victimes : "Croyez-vous qu'elles fussent plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem?" (Lc 13, 4). Ils avaient tous besoin de se repentir.

Et la plupart du temps, nous produisons nous-mêmes les feux qui se transforment en ferraille qui nous fait souffrir et pour lesquels nous cherchons volontiers un bouc émissaire. Il est plus utile de parler des permissions de Dieu. Parce que c'est une connaissance sûre de la foi qu'il n'y a rien d'autre que Dieu, c'est-à-dire rien qu'Il ne permet pas aussi, que nous le comprenions ou non. "Dieu est présent à toutes les vicissitudes de notre vie", dit-il dans YOUCAT 49, "même dans les événements douloureux ou dans les coups du sort apparemment insensés."

Brian and Katie Rutter watch a Mass that their pastor, Fr. Tom Kovatch, live-streamed from St. Charles Borromeo Catholic Church in Bloomington, Ind., March 28, 2020. © CNS Photo/Katie Rutter.

Quoi ? Un grand moment ?

Il existe un mot beaucoup plus approprié pour interpréter la crise de le coronavirus à partir de Dieu. Ce mot est "signe". La miséricorde est l'art de lire la lettre de Dieu, de déchiffrer ses signes, dans tout ce qui se passe. Le coronavirus - aussi terribles que soient les choses - ne pourrait-elle pas être aussi un temps mort décrété d'en haut ? Un acte de secours d'urgence ? Un signal d'arrêt fort pour nous empêcher de pousser la planète avec tous ses habitants dans l'abîme sans contrôle ?

Récemment, quelqu'un a regardé par la fenêtre dans une lettre au rédacteur en chef : "Serait-it un grand moment pour les hommes politiques intelligents qui réclament maintenant des voies radicalement nouvelles pour l'avenir ? ... Continuer à construire des voitures sales, des bateaux de croisière, des milliers d'autres avions de tourisme ? Pourquoi ne pas passer maintenant à l'agriculture biologique en général ?" Politiquement, les avis peuvent être partagés sur l'un ou l'autre point. Mais une chose est incontestable : "La façon dont le monde va actuellement", le pape François déclarait déjà en 2016 dans la préface du DOCAT : "cela ne peut pas continuer comme ça". ... Des régions entières sont dépeuplées parce que les pauvres du monde fuient vers les bidonvilles des métropoles, dans l'espoir d'y trouver quelque chose pour survivre. La logique de production d'une économie mondiale a détruit les modestes structures économiques et agricoles de leurs régions d'origine. Environ un pour cent de la population mondiale possède aujourd'hui quarante pour cent de la richesse totale du monde et dix pour cent de la population mondiale en possède quatre-vingt-cinq pour cent. D'autre part, la moitié de la population mondiale "possède" seulement un pour cent du monde. Un milliard quatre cent millions de personnes vivent avec moins d'un euro par jour. Si nous n'avions pas continué comme cela pour toujours, Dieu nous aurait-il interrompus ? On dit maintenant : les anomalies sont prioritaires. Peut-être pouvons-nous retrouver la raison avant qu'il ne soit trop tard.

Le maître de l'impossible

Beaucoup de gens diront maintenant : je le vois aussi. Mais je ne sais pas ce que je peux faire pour arrêter la machine de destruction. Dans ces moments-là, j'aime regarder les saints, en particulier Charles de Foucauld, l'un des plus grands chrétiens des temps modernes. Il pensait avec une audace remarquable - même un peu trop - dans la prière : "N'ayons pas peur de demander à Dieu même les choses les plus difficiles (comme la conversion de grands pécheurs ou de peuples entiers). Demandons-lui plus, plus les choses sont difficiles, en ayant confiance que Dieu nous aime passionnément et qu'un amoureux passionné donne plus, plus le cadeau que nous avons demandé est grand". "Jésus", dit Foucauld, "est le maître de l'impossible". ∎