Tue, May 26, 202010 mins luesBernhard Meuser

Pourquoi y a-t-il tant de souffrance dans ce monde ?

La souffrance fait que beaucoup de gens se disputent avec Dieu. Comment l'Église catholique explique-t-elle cela ? Un aperçu des passages importants de la Bible et du Catéchisme.

© Photo by Aliyah Jamous on Unsplash.

Qu'est-ce que c'est ?


Souffrance / Théodicée

Non seulement depuis l'Holocauste, l'extermination industrielle du peuple juif pendant la période nazie, on se pose la question : "Pourquoi Dieu permet-il la souffrance ? Cette question est également connue sous le nom de question théodictique. Ce mot vient du grec ancien (de theós = Dieu et díkē = "justice") et décrit le point où la toute-puissance et la bonté apparemment irréconciliables de Dieu entrent en collision. Sa formulation classique est attribuée au philosophe Epicure (341-270 av. J.-C.) : "Dieu veut supprimer les maux et ne le peut, ou bien le peut et ne le veut; ou bien il ne le veut ni ne le peut, ou bien il le veut et le peut. S'il le veut et ne le peut, il est faible, ce qui ne peut échoir à Dieu; s'il le peut et ne le veut, il est jaloux, ce qui est également étranger à Dieu; s'il ne le veut ni ne le peut, il est tout à la fois jaloux et faible, et partant n'est pas Dieu."

Que dit l'Écriture ?


L'Écriture relie la question de la théodicée principalement à la figure de Job. Seul le Livre de Job dissout la conviction de l'Ancien Testament selon laquelle la maladie et la souffrance sont une punition pour s'être détourné de Dieu ; les justes seraient bénis avec le bonheur et la richesse. Il est vrai qu'une vie conforme aux commandements de Dieu est une vie bonne et souvent heureuse. C'est une erreur d'interpréter automatiquement que le début du malheur est une punition de Dieu. Le Job biblique ("Et cet homme était intègre et droit; il craignait Dieu, et se détournait du mal.", Job 1,1) est soumis à toutes sortes de souffrances qu'une personne peut éprouver. Sa femme le pousse même à maudire ce Dieu qui permet que de telles choses se produisent. Mais Job ne laisse pas sa femme, ni les fausses consolations et tentatives d'explication de ses amis, le dissuader de sa foi : "Nous recevons de Dieu le bien, et nous ne recevrions pas aussi le mal!" (Job 2,10) La question de la souffrance n'est pas résolue théoriquement chez Job, mais biographiquement et historiquement, par l'apparition d'un Dieu qui est là, au milieu du drame de l'existence humaine, comme un Dieu compatissant : "J'ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Egypte, et j'ai entendu les cris que lui font pousser ses oppresseurs, car je connais ses douleurs." (Ex 3,7) Cela est également reconnu dans l'épître de Jacques, qui dit : "Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion.“ (Jacques 5,11) Avec Jésus vient la certitude : nous ne devons pas renoncer à la souffrance parce que Dieu ne renonce pas, parce que "Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle." (Jean 3,11) Dieu sur la croix est la seule image qui puisse supporter les souffrances innocentes de la création. "La Croix est en effet le lieu où se manifeste de façon parfaite la compassion de Dieu pour notre monde." (Pape Benoît XVI.)

La petite catéchèse de YOUCAT


Pourquoi y a-t-il tant de souffrance dans ce monde ?

Il y a des gens qui prétendent connaître une réponse à la question de savoir pourquoi il y a de la souffrance sur cette planète. Je ne les ai jamais crus. Dans aucun livre au monde (ni dans la Bible), je ne peux trouver de réponse à cette question. "Le mal dans le monde", dit-on dans YOUCAT 51, "est un sombre et douloureux mystère". Un jour, nos yeux seront ouverts et peut-être que nos bouches seront aussi ouvertes. Nous pourrons demander à Dieu lui-même : "Pourquoi avez-vous permis que tout cela arrive ? Toutes les larmes des personnes perdues, toutes les souffrances des enfants innocents ?" Face à la souffrance, même Jésus a été perturbé pendant un moment. Avant d'entrer dans les rênes de la mort, il suait du sang, dirigeant les questions dans la terreur mortelle vers un ciel apparemment sans réponse. Son Père ne lui a pas épargné le chemin de croix, et Jésus n'a pas non plus échappé à sa terrible souffrance, pour laquelle il n'avait pas de "pourquoi" mais un "pour quoi“.

© Photo by Il ragazzo on Cathopic.

Il n'y a pas de réponse, mais une solution

Le Père céleste ne nous a pas envoyé une réponse, mais une solution. Ou plutôt, un sauveur. Dans YOUCAT 101, il dit : "Le Christ, notre rédempteur, a choisi la croix afin de porter le péché du monde et de souffrir la douleur du monde. Ainsi, par son amour parfait, il a ramené le monde vers Dieu." Qu'est-ce que cela veut dire ? Mourir par amour ? Et à quoi cela sert-il si quelqu'un d'autre meurt, quand d'autres meurent aussi ?

La foi chrétienne repose sur deux postulats. Nous trouvons le premier dans YOUCAT 51 ; là, il est écrit : "Mais nous savons une chose avec certitude : Dieu est bon à cent pour cent. Il ne pourra jamais être l’auteur de quelque chose de mauvais." Dieu ne serait plus Dieu si - comme le croient certains ésotéristes - il était bon et mauvais en même temps. On ne peut que mépriser un tel Dieu. Mais si Dieu n'est pas la cause de notre misère, alors qui l'est ?  

A la recherche d'un coupable

"Dieu ne veut pas que les hommes souffrent et meurent", dit-il dans YOUCAT 66. Le sang et les larmes de l'humanité ont souvent des causes humaines et naturelles. Il n'y a pas que les tyrans monstrueux qui envoient tout un peuple dans les fours des camps de concentration ou qui affament 30 millions de fermiers ukrainiens. Non, nous, les petites gens, sommes aussi la cause de la souffrance et contribuons à la misère du monde au quotidien, parfois de façon remarquable lorsqu'un petit commerçant ne sert plus les Juifs - parfois presque "normal" lorsque nous laissons quelqu'un dans le bureau mourir de faim le bras tendu.

Nous sommes tellement libres de nous détruire nous-mêmes, de détruire les autres et l'environnement. Invisiblement, un bouillon noir de péché a couvert et empoisonné tout ce qui est. Même les catastrophes naturelles - tsunamis, tremblements de terre, pandémies - sont comme une réponse profonde au mal sous la forme des monstruosités que les gens se font les uns les autres comme si ce n'était rien. Les gens se demandent : comment avons-nous fait pour que le bien, le vrai et le beau de la création apparaissent si souillés et détruits ? On peut aussi imaginer que le Créateur de toutes choses ne reconnaît plus guère sa création.

© Photo by Marcin Czerniawski on Unsplash.

Le Paradis mis à jour

Pour les hommes, "Dieu avait un projet initial", dit YOUCAT 66, "le paradis" : la vie pour toujours et la paix entre Dieu, l'homme et son environnement, entre l'homme et la femme. Pourquoi avons-nous perdu le paradis ? Eh bien, - Dieu ne nous a pas créés comme des marionnettes ; il nous a faits un peu comme lui, il nous a donné ce que seuls Dieu et l'homme peuvent donner : une liberté presque illimitée. Quel risque ! En liberté, on peut devenir un meurtrier. On pensait le contraire : dans la "liberté", nous devons choisir Dieu, l'aimer par-dessus tout, faire le bien et éviter le mal autant que possible. Le monde est-il une expérience ratée de Dieu ? Ne serait-il pas logique que Dieu envoie un autre grand déluge dans lequel l'humanité corrompue coulerait à jamais, avec la terre martyrisée ?

Dieu n'est pas comme ça. "Dieu est amour" (1 Jean 4:8). Dans YOUCAT 33, il est dit : "La foi affirme cela fortement bien que l’expérience de la souffrance et du mal dans le monde permette aux hommes de douter que Dieu soit véritablement amour." Dieu fait quelque chose d'incompréhensible : il ne nous détruit pas. Il n'observe pas non plus sans s'impliquer, en restant à l'écart du désordre. Il laisse la tragédie de l'humanité venir dans son cœur, un cœur plein de miséricorde. Il nous envoie la chose la plus précieuse qu'il ait, son fils, à la mort. C'est pour nous dire : là où les hommes souffrent, Dieu souffre. On dit parfois : quelqu'un souffre comme un animal. Non, quelqu'un ici souffre comme Dieu. Plus encore : Dieu ne souffre pas comme un être humain, mais Il est un être humain, afin que nous puissions savoir comment est l'Eternel au plus profond de Son être. Il souffre comme pour montrer un amour parfait, un amour sans limites, un amour dans lequel l'un donne sa vie pour l'autre. Et il souffre pour que personne ne puisse dire : "Je connais un endroit où toi, Dieu, tu n'étais pas : dans ma douleur !"

Dieu ne l'abandonne pas lors d'une performance d'exposition ("Regarde, moi, l'innocent, je souffre aussi de ta misère !"). Dans sa compassion universelle, le créateur du monde nous construit, à nous les êtres humains, un chemin de retour au paradis, un pont sur les abîmes de la mort. Les chrétiens croient à juste titre que Jésus-Christ est le seul chemin, le seul pont vers la vie. "Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes", dit le livre des Actes des Apôtres, "par lequel nous devions être sauvés." (Actes 4:12)

Jésus - le pont vers la vie

Jésus porte tout sur ses épaules. Il faudrait payer et payer pour nos bêtises aussi. Mais il continue à réparer d'une autre manière. Il faudrait payer, payer aussi pour nos échecs. Il paie cependant toutes les factures en suspens. Nous devrions souffrir, subir certaines des choses que nous avons causées. Mais Il crucifie les péchés du monde entier. Nous devrions mourir en guise de punition. Mourir pour nous, - mourir pour que nous puissions retourner au paradis la mort la plus terrible que l'ancien monde a pensé pour les criminels : la mort par la torture sur la croix.

Et alors le miracle se produit : Lui, qui a assumé et subi toute la misère du péché, toute la souffrance, pour nous, - Il ne reste pas dans la mort. Le Père le fait sortir du royaume de la mort. Le Christ vit et se montre aux témoins de sa résurrection comme une personne vivante et palpable. La résurrection de Jésus n'a pas été un acte solitaire ni un "une fois pour toutes". La résurrection de Jésus est votre assurance-vie et la mienne. C'est le pont qui nous sort du caractère temporaire et de la futilité de nos jours. Comment ? Il y a plus à dire à ce sujet qu'on ne peut le faire ici. Juste ceci : "Car tout n'est pas fini avec la mort, la joie et l'espoir sont venus dans le monde". (YOUCAT 108) En tout cas, au milieu de la souffrance, les chrétiens ont la folle certitude que derrière chaque douleur se lève le soleil du matin de Pâques.

Avec le soleil derrière vous

Avec le soleil de Pâques dans le dos, vous pouvez comprendre s'il y a des gens qui disent même : "Dieu merci, tu as mis des pierres sur mon chemin, tu m'as rendu mes sens et le chemin de la vie" et en tout cas, ce que Saint François de Sales a réalisé est vrai : "Ta souffrance serait aussi lourde que les montagnes si tu devais la porter seul. Mais c'est un joug que le Seigneur vous aide à porter, et il vous porte avec lui, vous et votre fardeau." ∎