ven. 1 avril 202210 mins luesBernhard Meuser

Le Premier Commandement

S'il y a une priorité dans les commandements, le premier commandement de Dieu est le plus important, le noyau, le résumé de tout.

Ⓒ Picture by dinax on Cathopic

C’est quoi ?


Les Dix Commandements (également appelés "Dix Paroles" ou "Décalogue" du grec déka = "dix" et lógos = "parole") sont la révélation de Dieu et le texte éthique originel de l'Ancien Testament. Bien que l'Église n'ait jamais formellement dogmatisé les Dix Commandements, ils sont d'une validité absolue. En tant que chrétien, il faut les croire et les suivre. Ils sont une loi divine - c'est-à-dire : L'Église ne peut jamais se passer d’eux. Le premier des dix commandements souligne la priorité absolue du Dieu unique sur tout ce qui voudrait dominer les hommes par ailleurs.

Que dit la Bible ?


Les directives éthiques des Dix Commandements se trouvent dans les passages suivants Ex 20,1-17 et Dt 5,1-22. C'est à partir de ces deux sources que l'Église a rassemblé le texte que nous connaissons aujourd'hui sous le nom des "Dix Commandements." Notons qu’ils sont intitulés "Je suis l'Éternel, ton Dieu". Il est ensuite écrit : « 

  1. Tu n’auras pas d’autres dieux que moi.

  2. Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain.

  3. Tu sanctifieras le jour du Seigneur. 

  4. Tu honoreras ton père et ta mère. 

  5. Tu ne commettras pas de meurtre.

  6. Tu ne commettras pas d'adultère. 

  7. Tu ne commettras pas de vol.

  8. Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.

  9. Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain. 

  10. Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain. » 

Dans le Sermon sur la Montagne, Jésus s'est explicitement engagé à respecter les commandements : « Celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. » (Mt 5,19) Le premier commandement est étroitement lié au "Shema Yisrael", la grande profession de foi du peuple juif : « Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’Unique. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Ces paroles que je te donne aujourd’hui resteront dans ton cœur. Tu les rediras à tes fils, tu les répéteras sans cesse, à la maison ou en voyage, que tu sois couché ou que tu sois levé. » (Dt 6,4-7)

Le petit catéchisme YOUCAT


Sur la montagne de Dieu

Ce fut probablement le voyage le plus mémorable de ma vie : au milieu de la nuit, nous sommes partis de l'oasis pour rejoindre le camp bédouin au pied du monastère des Catherinettes, et de là, nous avons suivi le chemin serpentin que Moïse avait emprunté il y a des milliers d'années pour aller à la rencontre de Dieu. « C’est en partant de Rephidim », lit-on dans l’Exode 19, « qu’ils arrivèrent dans ce désert, et ils y établirent leur camp juste en face de la montagne. Moïse monta vers Dieu. » La nuit était étoilée. Partout, de petits feux de camp scintillaient, au-dessus desquels de pittoresques silhouettes de bergers s'accroupissaient, des moutons bêlaient : Bethehem feeling. Des chameaux décorés de couleurs vives se tenaient prêts, à la lueur des feux, afin de nous faciliter la montée vers la montagne de Dieu à nous les pèlerins : "Camel, Camel ... 5 dollars seulement ...". J'ai résisté à la tentation, j'ai voulu méditer à pied le chemin solitaire de l'homme Moïse à travers les éboulis pierreux jusqu'en haut.

Saint Catherine's Monestary - Sinai Peninsula - Egypt. Photo by Esben Stenfeldt.

Que pouvait bien penser ce Moïse ? 

Confiant en la direction de Dieu, il a fait sortir le peuple de la maison d'esclavage d'Égypte - dans le désert. Et maintenant ? Moïse cherche à tisser des liens intimes avec Dieu. Et il réussit manifestement à le faire au sommet de la montagne. Ce qu'il apprend lui coupe le souffle. Yahvé prend le relais ... - dans une sorte d'acte d'État, Dieu fait savoir à Moïse : « toute la terre m’appartient ; mais vous, vous serez pour moi un royaume de prêtres, une nation sainte. » Condition : « si vous écoutez ma voix et gardez mon alliance. » (Ex 19,5-6)

Ce qui se passe ensuite est décrit dans le livre de l'Exode dans le style d'un grand opéra qui s'étend sur trois jours. Moïse doit préparer le peuple à quelque chose de monstrueux, quelque chose de sacré, à un événement divin singulier : « Gardez-vous de gravir la montagne et d’en toucher le bord ! » Laver les vêtements ! Pas de relations sexuelles pendant trois jours ! Concentration totale ! Le troisième jour, retentissement des coups de tonnerre, des éclairs, d’une puissante sonnerie de cor    et apparition d’une lourde nuée sur la montagne. Puis viennent les Dix Commandements - en quelque sorte la constitution, la loi fondamentale, l'acte fondateur du peuple d'Israël.

L'aube d'un jour nouveau

Quiconque a déjà visité le mont Sinaï sait pourquoi les photographes du monde entier gravissent cette montagne pour y découvrir la symphonie de couleurs du lever du soleil. Du bleu noir de la nuit se déploient peu à peu toutes les couleurs imaginables, du violet le plus profond au pourpre, en passant par un rouge lumineux et des tons orangés magiques, jusqu'à ce que le jaune éclatant du soleil fasse apparaître le bleu radieux d'un nouveau jour. En redescendant de la montagne dans cette orgie de beauté, je pouvais presque sentir quel cadeau les Dix Commandements étaient et le sont toujours - pour Israël, mais pas seulement pour Israël, non, pour l'humanité. 

Au cours de l'année sainte 2000, le vieux Jean-Paul II, déjà gravement malade à l'époque, a réalisé son vœu le plus cher en visitant le Sinaï. A cette occasion, il a déclaré : « Les dix Commandements ne sont pas imposés arbitrairement par un seigneur tyrannique ... Aujourd'hui comme toujours, elles constituent le seul avenir pour la famille humaine. Elles sauvent l'humanité des forces destructrices de l'égoïsme, de la haine et du mensonge. Elles mettent en évidence les faux dieux qui maintiennent les hommes dans l'esclavage : l'amour de soi jusqu'au refus de Dieu, l'avidité pour le pouvoir et le plaisir qui bouleverse l'ordre de la justice et dégrade notre dignité humaine et celle de notre prochain. » 

S'il y a une priorité ...

S'il y a une priorité dans les commandements, le premier commandement de Dieu est le plus important, le noyau, le résumé de tout. Tout autour d'Israël, les peuples païens adoraient une multitude de dieux auxquels il fallait sacrifier pour les rendre favorables. Seul Israël a reconnu l'issue de la tyrannie : qu'il n'y avait qu'un seul Dieu, qu'un seul Dieu possible - le Dieu qui s'était montré au peuple élu comme le vrai Dieu et le libérateur de la détresse. 

Avoir un seul Dieu, un seul (!) quel soulagement. Ne plus devoir servir n'importe quel maître, être libre comme un oiseau - quelle joie !  Et pourtant, le "commandement" ne sonne-t-il pas comme une restriction et une privation de liberté ?  Il faut le lire autrement : En réalité, chacun des commandements de Dieu consiste en un acte d'amour prévenant de la part de Dieu, une protection spécifique des hommes contre l'autodestruction et la destruction du milieu humain. Tout comme on "interdit" aux petits enfants de traverser l'autoroute, Dieu "interdit" avec amour ce qui nous détruit, nous et notre monde. A propos du premier commandement, YOUCAT 355 dit : "Ce commandement nous interdit : d'adorer d'autres dieux et idoles, ou d'adorer une idole terrestre, ou de nous consacrer entièrement à un bien terrestre (argent, influence, succès, beauté, jeunesse, etc. ), d'être superstitieux, c'est-à-dire de s'adonner à des pratiques ésotériques, magiques ou occultes au lieu de croire au pouvoir, à la guidance et aux bénédictions de Dieu, ou de s'adonner à la divination ou au spiritisme, de défier Dieu en paroles ou en actes, de commettre un sacrilège (= la profanation ou la profanation de quelque chose de sacré), d'acquérir un pouvoir spirituel par la corruption et de profaner le sacré par le commerce (simonie)".

Beaucoup de souffrances pour celui qui sert des dieux étrangers

Le premier commandement ne se réfère pas à quelques grains d'encens devant une fausse image de culte. "Dieu" n'est pas non plus l'objet de jardinage souriant que l'on trouve dans les magasins de bricolage. Dieu est le plus grand. C'est Celui qui est adoré en oubliant soi-même et le monde. Si Dieu n'est pas le vrai Dieu, d'autres dieux impitoyables apparaissent. On retourne en Égypte, dans la maison des esclaves. "Mon dieu" peut être tout ce que j'autorise à avoir du pouvoir sur moi, même s'il est mortel. "Mon dieu" peut être la peur à laquelle je m'accroche pour ne pas devoir changer. "Mon Dieu" peut être ce qui me fait sombrer dans la poussière, ce pour quoi je cours pour sauver ma vie, la carte sur laquelle je mise tout. "Mon Dieu" peut être la gloire à laquelle je me soumets en tant que serviteur, le pouvoir qui me fait marcher sur des cadavres, le succès qui me rend malade. Le maître de moi peut aussi être toutes les manifestations de la sexualité, dans lesquelles je me soumets à une puissance étrangère comme le junkie à la pression de la dépendance - mal conditionné, par faiblesse, de manière compulsive, poussé par la cupidité, quelle qu'en soit la raison. « Toutes les idoles du pays (…) on se rue à leur suite. Je n'irai pas eur offrir le sang des sacrifices ; leur nom ne viendra pas sur mes lèvres ! (Ps 15, 3 - 4). ∎