ven. 8 octobre 202110 mins luesBernhard Meuser

Sexualité prémaritale

"Que les relations sexuelles avant le mariage rendent le choix du bon partenaire de vie plus difficile que facile" (St. Pape Jean-Paul II)

Ⓒ Photo by cottonbro from Pexels.

C’est quoi ?


Les "relations sexuelles prémaritales" désignent la relation d'un couple, d’un jeune homme et d’une jeune femme qui couchent déjà ensemble sans avoir pris une décision définitive concernant leur relation. L'Église n'est pas hostile au corps et ne veut pas gâcher le plaisir de la sexualité pour les jeunes, mais elle recommande vivement de n'entamer des relations sexuelles complètes que lorsque tout ce qui suit est réuni : l’amour et le désir, la fidélité totale, la décision exclusive prise devant Dieu l'un pour l'autre et la volonté de donner la vie à des enfants. L'Église est la grande protectrice de l'amour surtout lorsqu'elle s'exprime clairement sur ce point. Coucher ensemble n'est pas seulement l'expression agréable d'une tendre affection ; cela peut aussi signifier (malgré une "contraception infaillible") que l'on donne la vie à un enfant qui pourrait alors devoir se passer de la sécurité d'un foyer parental avec père et mère. L'expérience montre également "que les relations sexuelles avant le mariage rendent le choix du bon partenaire de vie plus difficile que facile" (St. Pape Jean-Paul II).

Que dit la Bible ?


L'Écriture Sainte ne dit rien à ce sujet car, à l'époque de Jésus, il allait de soi que les gens ne vivaient pas ensemble avant le mariage. L'importance du mariage est d'autant plus clairement soulignée dès le premier livre de l'Écriture Sainte : puisqu’il « n'est pas bon que l’homme soit seul. » Dieu veut « lui faire une aide qui lui correspondra. » (Genèse 2,18) ; et c'est pourquoi « l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. » (Genèse 2,24) Jésus renforce cette unité si vivement exprimée (" ... une seule chair... ") en ajoutant une phrase qui est devenue comme un pilier du mariage pour les Chrétiens : « Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » (Matthieu 19,6). Lorsqu’ils deviennent un sexuellement lors du mariage, un nouvel élément voit le jour : une unité qui ne peut plus être divisée. C'est en même temps le tournant existentiel dans la vie d'un homme et de sa femme, car c'est quelque chose de divin. Dieu unit les deux personnes, Il crée une alliance dans laquelle Il entre Lui-même et Il déclare cette alliance indissoluble. En effet, le mariage devient un "sacrement", un signe sacré de quelque chose de bien plus grand : les gens doivent y voir combien Dieu s'est engagé de manière indissoluble envers son peuple et le Christ envers l'Église. C'est pourquoi l'Église rappelle sans cesse que la relation sexuelle n'est pas un jeu qui se joue entre les personnes qui se plaisent. La relation sexuelle est le signal de liaison le plus contraignant du langage corporel et le contraire d’une relation "sans engagement". Les relations prémaritales, extra-maritales et co-maritales indiquent uniquement que les gens n’ont pas encore atteint (ou qu’ils ne sont plus à celui-ci) le niveau d'amour pour lequel Dieu les a créées.

Le petit catéchisme YOUCAT


Le jardin de la reine

Un évêque avec qui je discutais de la catéchèse n'était manifestement pas un grand fan des catéchismes - et pas non plus du catéchisme des jeunes : "le YOUCAT n’est pas d’actualité", disait-il. "Qu'est-ce que vous entendez par là ?" J'ai voulu en savoir plus. "Oui, ce qu'il dit sur les relations sexuelles avant le mariage, plus personne n'y adhère !". Je n'ai pas vraiment trouvé ce point de vue convaincant. S'il est vrai, par exemple, que l'on ne doit pas battre un enfant, alors cela est vrai, qu’un seul, tous ou simplement personne n'utilise la violence contre les enfants. Le prêtre suisse un peu plus âgé qui a fait la leçon à un jeune visiteur polonais sur le fait qu'en Suisse catholique, on est un peu plus avancé en matière d'homosexualité et de relations prémaritales que dans son pays d'origine, m’a également surpris par ses propos. Ces gentils messieurs plus âgés font un petit clin d'œil et pensent que ça va bien finir pour les générations futures !

Mais que dit YOUCAT 407 sur la raison pour laquelle certaines alertes rouges se déclenchent toujours dans l'enseignement de l'Église lorsque des jeunes se mettent à coucher ensemble comme ça ? Pour quelles raisons ? La réponse est la suivante : « Parce qu'elle voudrait protéger l'amour. Une personne ne peut offrir à l'autre un plus grand cadeau que lui-même.  "Je t'aime" signifie à la fois : "Je ne veux que toi, je veux tout ce que tu es et je veux me donner à toi pour toujours". Parce qu'il en est ainsi, nous ne pouvons pas vraiment dire : 'Je t'aime' de manière temporaire ou expérimentale, même avec notre corps." Ensuite il est dit : "Grand nombre de personnes prennent au sérieux leurs relations prémaritales, et pourtant, il y a deux réserves qui sont incompatibles avec l'amour : « l'option de sortie » et « la crainte d'avoir un enfant. » Parce que l'amour est si grand, si sacré et si unique, l'Église enseigne aux jeunes l'obligation d'attendre d'être mariés avant de commencer à avoir des relations sexuelles. » Est-ce déraisonnable ? Non. Est-ce exagéré ? Pour certains, voire pour la plupart : peut-être.

A la porte de son jardin...

... se tenait une fois une belle jeune reine. Un jour, un jeune homme frappa à sa porte et demanda à entrer. La reine l'a pris en affection et lui a dit : "Je vais te laisser entrer. Viens ! Je t'offre ce que j'ai, l'espace et le temps, mon royaume et mon amour. Tu es fort et tu protégeras les limites de notre jardin. Ensemble, nous le cultiverons, nous vivrons de ses fruits et nous vieillirons avec les arbres. Nos enfants joueront dans le jardin et nous y passerons de bons moments. Mais sache que : Tu ne quitteras plus jamais ce jardin !" Alors le visage du jeune chevalier s'assombrit et il dit : "Je voulais te rendre visite et jouer avec toi. Mais je ne voulais pas devenir ton prisonnier. Il y a tant de jardins dans le monde, et je ne les ai pas tous vus." - "Tu avais le choix", dit la reine et elle se détourna.

Ce n'est qu'un conte de fées. Dans la réalité de notre époque, le jeune homme dit : "Tu le veux aussi !" La belle jeune reine a peur que peut-être aucun vrai chevalier ne vienne plus jamais à la porte du jardin. Elle lui ouvre la porte et les deux jouent ensemble. Ils s'amusent jusqu'à ce que le jeune homme se souvienne qu'il y a peut-être d'autres jardins où quelque chose est à prendre.

Après le troisième chevalier de ce genre, la belle jeune reine est également transformée - elle oublie le jardin royal et "le veut aussi". Néanmoins, la vérité demeure : au fond, chaque femme est une reine et mérite d'être traitée comme telle, et en fait, il y a un chevalier secret dans chaque homme qui mérite d'être défié comme un chevalier.

Le jardin fermé

Dans le livre le plus explicite de l'Écriture Sainte - le Cantique des Cantiques- le jardin joue un rôle important ; il est dit : « Jardin fermé, ma sœur fiancée, fontaine close, source scellée » (Cantique des Cantiques 4,12). Le jardin est une image de la richesse intérieure d'une jeune femme qui est encore "fermée", c'est-à-dire qui ne s'est pas encore donnée à un homme. Elle ne veut certainement pas garder pour elle les trésors de son amour, elle aspire au jeu de l'amour et de l'union, et elle dit :« Qu’il entre dans son jardin, mon bien-aimé, qu’il en mange les fruits délicieux. » (Cantique des Cantiques 4,16). Et en effet, il y a la promesse de tous les délices – « myrrhe … miel … vin … lait. CHŒUR Mangez, amis ! Buvez, bien-aimés, enivrez-vous ! » (Le Cantique des Cantiques 5,1)

Il va sans dire qu'il ne peut s'agir des principes idéologiques de la révolution sexuelle. Ces idées, dont le monde est actuellement envahi, ne sont pas faites pour les reines et les chevaliers, mais pour les personnes qui ont fait leur choix concernant l'amour romantique. Un nouveau niveau de bonheur est promis (à tous ceux qui y participent). Oubliez tout - disent ceux de la révolution sexuelle - ce que vous avez entendu sur l'homme, la femme, l'amour, le mariage, les enfants, la décence, la moralité, Dieu et la responsabilité ! Il n'y a que de pures relations sexuelles! Celles que tout le monde recherche - les enfants, les jeunes, les adultes, les vieux ! Admettez-le ! Derrière votre façade innocente, vous ne voulez tous qu'une chose : un maximum de plaisir ! Alors lâchez-vous ! Jouez ! Essayez ! Mettez-vous d'accord sur ce que vous aimez ! Si vous avez encore besoin d'amour, de mariage, d'enfants, de décence, de moralité et de responsabilité - je vous en prie, personne ne vous en empêche !

Tout ce qu'il faut pour un miracle

Une femme qui est encore un "jardin fermé" semble être ridicule dans cette perspective. En fait, certaines filles âgées de 12 à 16 ans n'ont pas de plus gros problème que de cesser d'être vierge le plus rapidement possible. Ce n'est "techniquement" pas un problème et cela se passe généralement rapidement. Cependant, les filles se demandent souvent comment, au lieu d'acquérir une expérience, elles se font infliger une blessure qui les blesse émotionnellement de manière profonde et permanente. Les adolescents formés par la pornographie, qui violent fille après fille, n'ont aucune idée du "jardin clos" ; parfois, ils ne savent même pas qu'une femme a un utérus et que le secret le plus profond est que cet être mystérieux dont ils ont profité pendant dix minutes a de la place à l'intérieur - de la place pour un autre être humain qui n'est pas encore là. C'est tout ce qu'il faut pour un miracle.

Pour qu'un enfant vienne au monde et dans le ventre de sa mère, il a besoin de l'homme. Et il a besoin, par la pénétration du pénis de l'homme dans la vulve, d'une "violation" de l'intégrité corporelle de la femme. Une femme sage garde à juste titre le "jardin fermé" comme un trésor. Seul l'amour avec l'homme idéal, soigneusement choisi et testé, permet de porter atteinte à la précieuse inviolabilité de la femme. Ce n'est que dans l'amour que cette percée blessante est désirée par la femme. Car c'est à travers une blessure d'amour que le miracle de la vie se produit.

Ce n'est que dans l'amour digne de ce nom que le sexe n'est pas un franchissement illégitime des limites, et toute "utilisation" d'un être humain sans cet amour est un abus. Dieu a été l'inventeur du schéma humain ; il a mis dans l'être humain les pulsions élémentaires qui font que les belles femmes et les hommes forts se désirent et veulent s'unir. Mais il ne faut pas croire que Dieu soit si peu imaginatif que s'il n'avait doté les êtres humains d'une "libido" appropriée que dans ce but. Dieu a intégré ce désir dans quelque chose de bien plus grand - dans l'amour. Encore plus imaginatif : dans l'amour dont les femmes ont besoin et qu'elles peuvent donner à leur manière. Et dans l'amour, comme les hommes en ont besoin et peuvent le donner à leur manière.

Bernhard-Viktor Christoph-Carl von Bülow (1923 – 2011), known as Vicco von Bülow or Loriot, was a German comedian, humorist, cartoonist, film director, actor and writer.

"Les femmes sont différentes - et les hommes aussi..."

balbutie l'humoriste allemand Loriot (1923-2011) en essayant d'éclairer son fils. Comme il a raison. Comment les femmes aiment-elles ? Les femmes veulent être vues et reconnues, c'est pourquoi elles se font si belles que les hommes ne peuvent les quitter des yeux. Ce sont des êtres qui rêvent d'avenir, de beauté, de convivialité - et d'un jardin où les enfants grandissent et sont heureux. La clé de cette vision est un homme fort. Il doit être en bonne santé et rayonner la volonté de créer avec elle une réalité nouvelle et fascinante. Elle veut pouvoir lui faire confiance pour construire un haut mur autour de leur intimité partagée et leur nid prêt à accueillir des enfants, si nécessaire. Le projet d'enfants présuppose la stabilité et un milieu sûr pendant au moins deux décennies. Cela ne peut se faire avec un garçon infantile.

Les femmes sont plutôt des décoratrices d'intérieur qui savent déjà à quoi ressemblera la chambre d'enfant, même si elles ne connaissent pas encore l'architecte. Les hommes sont plutôt des architectes. Ils ne sont pas tellement intéressés par le linge de lit et le papier peint à fleurs. Ils veulent construire quelque chose qui mérite le respect. Il y a aussi un petit conquérant dans chaque homme. Si ce "conquérant" n'est pas dompté par une femme intelligente, la conquête devient une fin en soi. Un tel homme ne laisse derrière lui que des ruines conquises.

Une femme qui sait ce qu'elle vaut se laisse conquérir par son mari de telle sorte qu'il soit "arrivé", qu'il n'ait plus à errer sans cesse d'une porte de jardin à l'autre pour "collecter d'autres trophées". Les hommes vraiment forts trouvent les femmes fières et belles, irrésistibles. La chose la plus stupide que les jeunes femmes puissent faire est de se laisser conquérir sans résistance. Et parfois, la meilleure expérience sexuelle pour un jeune homme qui ne sait pas garder ses mains pour lui est une gifle.

Mais quand la "reine" fait signe au "chevalier" : "Tu peux m'avoir. Mais cela te coûtera la vie" - alors un jeune homme apprend que l'amour ne lui coûte pas une place de cinéma et quelques fleurs achetées du supermarché. Il doit alors tout donner pour la femme qui en vaut la peine, et entrer dans le projet du mariage et de la famille.

L'ordre importe

Dans le passé, les gens apprenaient à se connaître. Puis devenaient amis. Puis tombaient amoureux. Puis rendent leur amour public. Puis obtenaient l'accord de Dieu et s’étaient mariés ("...jusqu'à ce que la mort vous sépare"). Puis ils faisaient l'amour. Puis viennent les enfants. C'était un ordre excellent pour atteindre le bonheur. Aujourd'hui, il est fréquent que l'on fasse d'abord l'amour. Puis vient l'enfant. Puis on apprend à se connaître. Puis on tombe amoureux. Et puis on dit à nos amis via smartphone que "nous resterons de bons amis".

Le pape sait aussi que l'ordre est confondu pour diverses raisons : « Dans certains pays, de nombreux jeunes sont souvent induits à repousser leur mariage pour des problèmes économiques, de travail ou d’études. Parfois aussi pour d’autres raisons, comme l’influence des idéologies qui dévaluent le mariage et la famille, l’expérience de l’échec d’autres couples qu’ils ne veulent pas risquer de vivre à leur tour, la peur de quelque chose qu’ils considèrent comme trop grand et trop sacré » (Amoris Laetitia, 40).

Il peut être incroyablement difficile pour les jeunes de se désirer physiquement et de devoir attendre le mariage pour une union complète. Mais c'est la seule solution céleste. D'une certaine manière, la relation sexuelle est un mariage. Et pour un vrai mariage, il ne peut manquer aucun des éléments qui constituent le véritable amour - la sécurité, l’engagement à vie, la décision de ne plus jamais se quitter. Si vous commencez simplement par le mauvais ordre après une nuit de folie en boîte de nuit, des blessures peuvent se produire et elles sont presque impossibles à guérir. Car si l'un ou l'autre ne peut tenir ce qu'il promet avec son corps, ce n'est pas un mariage. Généralement, de nombreux mensonges suivent : les escapades sexuelles, le mariage avec réservations et l’amour temporaire.

Le mariage est la meilleure et la plus incroyable des expériences. Une expérience unique dans la vie. On ne peut pas répéter le mariage aussi souvent qu'on le souhaite. Il est conseillé de le faire une fois et jamais plus. Avec une seule personne. Pour toujours. ∎